Le profil: un nouveau territoire imaginaire ? par L. Merzeau

Ce billet est un résumé de l’intervention de Louise Merzeau à la Journée d’étude « Territoires numériques de marques: transposition et/ou autorités? » organisée le 16 avril 2015, à l’Université de Poitiers – IAE. Les vidéos de la journée sont en ligne sur le site web de l’Université de Poitiers (petit conseil: les télécharger).

L. Merzeau présente le profil comme une matrice d’un territoire imaginaire commune à diverses logiques (mémorielles, identitaires, communicationnelles, stratégiques ou marketing).

Le profil se différencie de l’image numérique de quelqu’un d’un point de vue identitaire ou réputationnel. Il permet de fédérer des communautés autour de récits unifiants. Ces territoires imaginaires peuvent relever de la fiction et être liés également à des bases de données. Ils obtiennent alors une certaine forme d’objectivité.

L. Merzeau nous rappelle la crise des médiations institutionnelles, traditionnelles qui a placé les personnes sont au cœur des transactions relationnelles et marchandes. Les mass media sont passés organisés autour de la cérémonie aux magasins de données et à un monde on-demand. Avec la fin de ces repères normatifs, la personne devient un nouveau cadre du lien social. L’identité devient une source de légitimation (un capital, un projet) et un capital de réagencement de contenus, de techniques et de comportements. L’environnement informationnel gagne en plasticité pour s’adapter aux identités, au profil. La personnalisation touche dorénavant l’accès aux contenus et les contenus eux-mêmes.

Ainsi, la raison communicationnelle change de paradigme avec la fin d’un dénominateur commun, des audiences, des cibles. L’environnement numérique produit de l’information sur mesure, monyahoo, mon.service-public.fr, par exemple. Les mythologies sont évacuées (Barthes), le type (structuralisme) également. La médiation identitaire repose sur la différenciation. Elle s’éloigne de l’idéaltype. La médiation identitaire ne valorise plus l’unité mais repose sur la plasticité et la conversion machinique.

L’individu est donc indexé pour avoir l’information qui lui correspond et il est traduit en profil. Le profil est une grappe de données afin de traiter la personne elle-même. Il est calculable par des machines. Cette grappe de données se déplace en même temps que la personne, entraînant des re-territorialisations.

 Le profil a une double activité :

  1. l’activité algorithmique qui est une production de calcul, de métadonnées et de traces ;
  2. en parallèle, se développe une activité narrative et spéculaire, comme un habiter quelque chose qui serait du territoire.

L’identité en graphes est décomposée et recomposée sur des murs. L’individu devient son propre média. C’est autoréférentiel. Cette identité se développe par circonférence et non par planisphère. Les communautés existent uniquement l’individu qui est le dénominateur commun.

Le profil est un moyen de circonscrire, de segmenter et d’agréger.

Son usage se retrouve dans les arts plastiques : il est contour pour permettre la saisie. On le retrouve en médecine, en anthropométrie puis en informatique notamment dans le profil-user et le user modeling. Ce sont des paramètres, un historique : c’est auto-adaptatif. Des catégories sommaires sont créées comme celles de novice, d’expert.

L. Merzeau présente ensuite une histoire de ce profil et de sa présentation syncrétique.

Dans les années 1980, les marqueurs de l’identité numérique étaient le nom et l’affiliation professionnelle.

Puis arrivent le pseudonyme, les goûts et les citations dans la signature qui faisaient office de miniprofil. Il s’agissait d’un don sur sa personne par la contrainte soft, l’imitation.

Dans les années 1990, la homepage se développe en lien avec la logique de l’accès, du portail web. On est auteur d’une page, d’un espace, d’un chez soi administré et ouvert vers l’extérieur. Les fournisseurs sont AOL par exemple.

Puis, début 2000, les blogs ont reposé sur une production normalisée, une automatisation de la présentation et une récupération de données.

Milieu des années 2000, les réseaux socionumériques émergent. C’est l’avènement d’une nouvelle définition du profil comme dispositif visuel et dynamique. On conserve les couches antérieures, les data, les logs et on y ajoute les commentaires, la curation… le profil devient combinatoire. Les photographies sont capitalisées sous forme d’album et partagées selon des communautés, des préférences, des habitudes, des styles de vie.

C’est une matrice de visibilité complexe décrite par D. Cardon[1]. Le profil est une manière d’occuper un territoire, un « périmètre » selon l’auteur. Ce territoire repose sur des lois algorithmiques, il est espace normé. Il s’agit alors d’interroger la dimension territoriale du profil. Comment gérer la distance et la proximité informationnelle qui deviennent moins statiques et proviennent dorénavant d’anamorphoses mouvantes plus ou moins repoussées selon le territoire profilaire ?

Les RSN permettent de nouer l’adressage et les recommandations, de mettre en forme la plasticité de l’environnement numérique. Ils permettent de signaliser, caractériser et pointer vers des contenus en ligne. L’accessibilité aux contenus se fait en fonction du profil et de ses connexions. Le filtrage, la pertinence et le zoom sont réalisés par les algorithmes et les traces. La distance informationnelle diffère selon les individus par rapport aux métriques des plateformes et des relations entretenues. Les traces sont alors le double de l’individu et des boucles de feedback.

Les territoires bougent en fonction des traces laissées. Le territoire est « une mise en réseau de liens autour de signes transposables, activables selon les situations »[2]. Les territoires numériques sont anamorphosés par les traces. Le territoire n’est plus un espace donné mais dépend des représentations circulantes et portatives dans les échanges. L’échelle territoriale devient activable selon la situation. Les systèmes de référence partagés laissent place au profil qui agit comme une matrice référentielle.

L’échelle territoriale du profil pourrait être définie par le mur, son aménagement ou par son jardin. L’expression « cultiver son identité numérique » l’exprime bien selon L. Merzeau. L’échelle est celle d’une collection de traces générées en ligne. Nous avons alors une propension à collecter et conserver dans un lieu.Dans le même temps, ce lieu est dans la mobilité. Le rapport espace/lieu/territoire a été étudié par de M. de Certeau [3] qui définit le lieu comme pratiqué. Le profil est de nature à construire un territoire car il résulte de l’usage. La localisation et la traversée sont deux rapports au lieu différents. Il existe une dichotomie entre la localisation, la géolocalisation et les mouvements, la mobilité, le continuum.

L. Merzeau conclut sa présentation par les territoires mémoriels et fictifs. Le profil est mémoire et peut montrer une appartenance territoriale. Les profils peuvent être imaginés, ou relever de la fiction, comme l’ont décrit A. Coutant et T. Stenger[4]. La créativité intègre la représentativité de la personne. L’invention des profils se retrouve dans des tags et des avatars. Les archives peuvent permettre de créer des individus fictifs, comme Léon Vivien à partir des archives du Musée de Meaux sur la Grande Guerre. Les posts étaient nourris à partir des archives. Le profil dans cette expérience reposait sur une hybridation entre archives et documents, une redocumentarisation d’archives à laquelle venaient s’ajouter les commentaires des internautes.

 Questions à Louise Merzeau :

? C. Alloing : L’expérience profilaire est déterminée par le cloisonnement par silos et les applications.

Réponse de L. Merzeau : Le lieu se dérobe. L’expérience est transmédiatique, et dans cette habileté à traverser l’espace. Le topos est clos et statique. Or là il existe une tension entre la géolocalisation et la traversée.

?: Comment peut-il y avoir du commun si la médiation identitaire est individuelle ?

Réponse : Les marqueurs sont issus d’un profil qui est décomposé. Les communs sont éphémères et partiels. Le profil est issu de plusieurs personnes, d’une constellation de traces et pourtant il renvoie au collectif. Le profil est un support potentiel de collectif.

[1] D. CARDON, (2008) « Le design de la visibilité  », Réseaux 6/2008 (n° 152) , p. 93-137 URL : www.cairn.info/revue-reseaux-2008-6-page-93.htm.

[2] M. LEBECHEC, D. BOULLIER, « Communautés imaginées et signes transposables sur un « web territorial » », Études de communication [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 16 juin 2015. URL : http://edc.revues.org/5737

[3] M. de CERTEAU (1990), L’invention du quotidien : Arts de faire, tome 1, Gallimard.

[4] T. STENGER, A. COUTANT (dir.) (2011), « Ces réseaux numériques dits sociaux », Hermès, n° 59 et A. COUTANT, T. STENGER (2013), Identités Numériques, coll. « Communication et Civilisation », L’Harmattan.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *