Extraire une liste d’une page Wikipédia. Exemple des stations de radio locales

Dans le cadre du projet RELOC, Réseaux sociaux et localisation du financement participatif (financement DEPS/Ministère de la Culture et de la Communication), la recherche des équipements culturels sur un territoire m’a amenée à récupérer différentes bases de données et des informations sur l’encyclopédie collaborative Wikipédia.

Extraire la liste des radios françaises de Wikipédia dans un tableur

Notre objectif est d’obtenir le nombre de radios par ville en France.

Il existe différentes manières de le faire d’après de nombreux blogs sur le web, avec google spreadsheet ou le projet BDpediaFR.

J’ai essayé à partir d’un article très bien fait sur data.hypotheses.org, celui d’Alexandre Hobeika et Étienne Ollion mais leur billet se base sur une extraction à partir d’un tableau, ce qui n’est pas le cas ici.

On va donc détailler l’intérêt de maîtriser quelques commandes basiques héritées du monde Unix pour traiter des fichiers textes. Ces commandes sont valides pour un environnement GNU/Linux (type Debian Jessie). Pour MacOS, elles peuvent légèrement varier dans leur forme ou leurs options.

Extraire le code source HTML

Enregistrer le contenu du code source html (de la page Wikipédia archivée et non modifiée par le navigateur) dans un fichier encodé en UTF-8 nommé par exemple sources dans votre répertoire personnel. Ici les extensions de fichier sont optionnelles.

On notera que le fichier obtenu est très bien formaté puisque chaque station est sur une ligne distincte. Cela va nous permettre de sauter une étape de sélection des données par xpath et de nous concentrer sur l’utilisation de méthodes de sélection et d’édition de flux qui travaillent ligne par ligne.

sources vu dans atom

sources vu dans Atom

Vous allez devoir taper des commandes dans votre Terminal. Par exemple pour accéder à votre fichier vous devez taper la commande suivante (lien si vous êtes déjà perdu) :

  • pwd : où je suis
  • ls: liste
  • cd: change directory, exemple: cd/home/personel/…

Pour cette extraction, voici les principales commandes à connaître:

  • man <command> : affiche l’aide sur une commande, alternative à Google
  • grep <pattern> [<file>] : sélectionne les lignes correspondant à un motif
  • sed <command>: c’est très réducteur, mais dans notre cas, on va dire que cette commande sert à transformer les lignes
  • le symbole pipe | sert à rediriger la sortie de la commande à gauche en tant qu’entrée de la commande de droite. Bonne chance pour le trouver sur un clavier Mac. Bon allez on est sympa on vous donne la combinaison : ALT+SHIFT+L (et après on nous répète à l’envie qu MacOS est ergonomique…)
  • while et for sont des instructions de boucle commune à beaucoup de langages de programmation impératifs (tant que vrai faire …., pour chaque élément dans … faire … )

Un bonne connaissance des expressions régulières/rationnelles est un gros plus. Si vous aimez les maths, la théorie des langages et des automates, tant mieux, sinon, une référence sur le sujet : www.rexegg.com.

Restreindre les lignes correspondantes aux stations et villes

Les lignes qui nous intéressent sont les lignes qui commencent par <li> et, de manière étonnante, elles ont toutes au moins un groupe entre parenthèses. On veut également conserver les titres intermédiaires correspondants aux départements.
On ne prend que ces lignes (commande grep) et on ne conserve que ce qui se trouve entre la première parenthèse ouvrante et la dernière parenthèse fermante de la ligne (commande sed). Le fichier créé sera nommé frequences.
# Cette commande se présente sur deux lignes grâce au back slash \ pour
# être un peu plus lisible. Elle se lit de cette manière:
# Pour chaque ligne dans le fichier sources correspondant au motif
#   0 ou plusieurs blancs (espace, tabulation) suivis de <li> suivi d'au
#   moins un caractère suivi d'au moins un caractère entre parenthèses;
# transformer cette ligne pour ne conserver que le groupe entre ( )
# et envoie tous les résultats dans un nouveau fichier nommé frequences
grep -E '^\s*(<li>.+\(.+\)|<h3><span class="mw-headline")' sources \
  | sed -E 's@[^(]+(\(.+\))[^)]+@\1@' > frequences
frequences vu dans atom

frequences vu dans Atom

On retire tous les liens sur les villes pour ne garder que les noms de communes, cela évite d’avoir des noms avec du Percent Encoding.

# Le sed transforme les lignes du fichier frequences pour retirer les
# éléments html des liens et ne conserver que le texte de la balise a
sed -i -E 's@<a href[^>]+>([^<]+)</a>@\1@g' frequences

# sous mac os, ne pas mettre -i 
# et diriger vers un nouveau fichier en ajoutant > frequences2
sed -E 's@<a href[^>]+>([^<]+)</a>@\1@g' frequences > frequences2

Extraire les noms de communes

Pour chaque ligne du fichier villes que l’on va créer, on ne garde que le contenu du dernier groupe entre parenthèses. Il faut également supprimer les lignes correspondantes aux radios émettant dans une langue régionale situées en fin de fichier. Ces stations sont déjà répertoriées dans la liste par département.

# Transforme les lignes du fichier frequences pour ne conserver que le
# dernier groupe entre ( ).
# Le résultat de cette commande est envoyé dans fichier villes
sed -E 's@^.+\(([^\)]+)\)$@\1@g' frequences > villes

Malheureusement, certaines lignes avaient un commentaire en fin de ligne entre parenthèses et non pas les noms de communes. Pour ces rares exceptions (une quinzaine), une correction manuelle s’impose. Savoir utiliser un comparateur de texte aide énormément pour cela, comme par exemple vimdiff ou kdiff3.

vimdiff frequences villes
# Pour chaque ligne où le dernier groupe n'était pas la/les commune/s
# 1. restaurer la ligne initiale avec 'dp'
# 2. corriger manuellement (CTRL-W →, mode insertion et corriger)
# 3. enregistrer les modifications (:w, CTRL-W ←, :diffupdate)

OU, Perso, sous mac, j’ai installé Diffmerge, et une ligne exceptée, ça fonctionne en mode graphique.

Cas particuliers: plusieurs villes sur la même ligne

Certaines lignes ont plusieurs villes séparées par des virgules. Là c’est plus délicat, on va lire le fichier ligne par ligne, découper chaque ligne sur le caractère virgule et pour chaque champ le réécrire dans un nouveau fichier:

# La variable IFS indique à la commande for quel est le caractère qui
# sépare les éléments, on va y placer le symbole virgule.
# Le && permet de chainer la deuxième commande si la première a réussi.
IFS="," && while read line; do for city in $(echo "$line"); do \
  printf "%s\n" "$city" >> villes_split; done; done < villes

Il reste le cas des relocalisations, Ville A puis Ville B, où on ne souhaite conserver que la dernière ville, là où est actuellement située la radio.

# Transforme les lignes du fichier villes_split correspondantes au motif
#   N'importe quoi suivi de puis d'un espace et du reste de la ligne,
#   capturé sous forme d'un groupe
# pour ne conserver que le premier groupe capturé
sed -i -E 's@^.+puis (.+)$@\1@g' villes_split

# rappel, sous mac, pas de -i et ajouter > villes_split2

Nettoyer le fichier

À ce stade le fichier villes ne contient plus qu’une commune par ligne, certaines entre parenthèses, d’autre non. On nettoie les parenthèses inutiles

# Transforme les lignes du fichier villes_split correspondantes au motif
#   Une parenthèse ouvrante suivi de blancs optionnels puis de caractères
#   qu'on capture tant qu'on ne trouve pas de parenthèse fermante
# pour ne conserver que le premier groupe capturé
sed -E 's@\(*\s*([^\)]+)\)*@\1@g' villes_split > villes_clean

# sous mac, il faut matcher la ligne complète pour pouvoir en extraire
# une partie
sed -E 's@ *\(*\s*([^\)]+)\)* *@\1@g' villes_split2 > villes_clean

Regrouper par commune

Certaines communes ayant des homonymes dans d’autres départements, on va adjoindre à chaque ville le numéro de département de sa rubrique.

while read line; do is_dpt=$(echo "$line" | grep -cE '^[0-9][0-9AB]$'); \
  if [[ $is_dpt -gt 0 ]]; then dpt="$line"; \
  else echo "$line $dpt" >> villes_dpt; fi; done < villes_clean

Maintenant pour traiter plus rapidement le fichier, on va le trier

sort villes_dpt > villes_sort

La commande uniq avec le flag -c permet de compter les doublons et peut servir à faire l’équivalent d’un SELECT count(1), ville GROUP BY ville en SQL dans ce cas précis.

uniq -c villes_sort > villes_final

Et on obtient un fichier avec <nombre de stations><espaces><ville>.

Remarque:

Une petite vérification manuelle du fichier obtenu laisse apparaître quelques erreurs qu’on corrige en se référant à la page Wikipedia.

Parmi les possibles erreurs on notera:

– L’énumérations de plusieurs villes pour une station, dont l’une des villes ne se trouve pas dans le même département: Grenoble, Annecy etc… On corrige le code département

– La duplication d’information (une même station notée deux fois sur la même ville mais dans deux départements différents, aire d’écoute?): Armentières, Lannion, Perros-Guirec, Embrun, Les Mureaux etc… On supprime le doublon

– Des stations ayant déménagées ou des stations non locales n’ayant pas de ville bien définie: Saône-et-Loire, Normandie, etc… On supprime la ligne

On effectue les corrections sur le fichier villes_sort et on relance la dernière commande.

On fera attention à ne pas créer de nouvelles erreurs, par exemple il existe bien deux Valence en France avec des radios locales, dans la Drôme (26) et dans le Tarn-et-Garonne (82).

nombre de radio / ville_dept

nombre de radio / ville_dept

Simple à importer dans n’importe quel logiciel de traitement de données ou dans ma petite base en cours sur les équipements culturels 😉

Bon test!

Cette extraction a été faite le 5 mai 2016 avec l’aide de Pierre Barnoux, informaticien.

Note de lecture, Traces et territoires numériques, M. Severo et A. Romele, 2015

SEVERO M., ROMELE A. (2015), Traces numériques et territoires, Paris : Presses des mines, 268 p.

ISBN : 978-2-35671-206-6. En ligne : iet.hypotheses.org/55

Note de lecture

Le développement tant des outils numériques que des usages quotidiens par les habitants, les élus, les chercheurs amènent à étudier les territoires à partir de nouveaux attributs. Dans l’ouvrage dirigé par Marta Severo et Alberto Romele, cette étude des territoires prend pour objet de recherche les médias numériques qui produisent des traces qu’il est possible d’extraire, d’enregistrer, d’analyser et de visualiser. Cet ouvrage offre une diversité d’approches théoriques et méthodologiques sur ce sujet. Les 15 auteurs s’inscrivent dans différentes disciplines scientifiques : la géographie ; la sociologie ; la philosophie ; l’urbanisme ; l’information ; la communication ou sa variante numérique « les nouveaux médias ». Au fil des onze chapitres, des approches empiriques et théoriques complémentaires sur le traitement des traces numériques ouvrent la voie à de nouvelles études des territoires. Mais la question de la qualification de ce terme territoire reste ouverte, les auteurs étudient-ils un territoire « physique » et/ou « numérique » ?

source: Presses des Mines

source: Presses des Mines

Le premier chapitre, comme les trois suivants, composent une première partie dédiée à la restitution de travaux empiriques. Richard Rogers introduit dans le premier chapitre les big data dans la recherche sociale et politique. L’auteur souligne le risque d’observer plus le fonctionnement des réseaux sociaux numériques qu’une quelconque tendance sociétale. De plus, l’automatisation de la collecte néglige dans de trop nombreuses études l’éthique sur l’utilisation de ces données à caractère personnel tandis que le traitement par agrégation ou par localisation des données pour présenter des résultats peuvent conduire à une « cécité computationnelle », celle de leurs conditions de production au nom de la perspicacité. Les études numériques mettent en place alors de nouvelles métriques pour analyser le territoire basées sur l’activité des internautes dans un environnement propre qui est celui du web. Les trois tendances méthodologiques sont :

  • l’analytique culturelle (métrique des images, des selfies sous forme de grille) ;
  • la culturnomique (métrique linguistique visualisé sous forme de graphiques)
  • et, la cybermétrie (métrique des citations entre sites web visualisées sous forme de graphes).

Mais qui du chercheur ou de la plateforme, telle que Facebook, influence le choix de la méthode, s’interrogent Noortje Marres et Carolin Gerlitz dans le deuxième chapitre. Face à ce « troublant mystère méthodologique », les auteurs développent la notion prolifique de méthodes d’interfaces. Ces méthodes émergentes demeurent proches des intérêts et des démarches scientifiques et reposent dans le même temps, et indubitablement, sur les outils créés par les plateformes web pour le grand public. Ces instruments variés, des chercheurs et des industriels, entrent alors en résonance selon les auteurs.

Des méthodes, le troisième chapitre glisse vers le statut de ces données et la perplexité du chercheur face à ces données qui débordent des catégories déjà existantes et mobilisées dans le cadre des analyses des territoires. Nous dirons donc que les catégories se délitent dans cette analyse des territoires et du web. Après une définition des termes ou expressions data, big data, open data, c’est le terme soft data qui est retenu par Marta Severo et Alberto Romele. Ce terme soft data permet de les distinguer des hard data, ces données institutionnelles qui ne procurent pas de satisfaction aux décideurs publics. Pour ces auteurs, les soft data permettent surtout, dans une perspective immanente, de capter « l’instantanéité » de la vie des territoires. Les chercheurs souhaitent ici se trouver au plus près du temps du territoire, celui qui est vécu par les individus que les traces reflètent. Il est à noter qu’il n’est pas envisagé dans ce texte de croiser ces données institutionnelles avec des données issues d’acteurs économiques du web, méthode qui pourrait permettre de comprendre en quoi un territoire dans sa définition institutionnelle ne se duplique à l’identique sur les plateformes web ou les outils numériques. Dans le quatrième chapitre, Jos de Mul décrit l’identité de ces individus devenue une base de données. L’identité mise en données s’éloigne alors de la question du récit.

Le cinquième chapitre ouvre une deuxième partie constituée de quatre chapitres où des approches théoriques sont développées. Dominique Boullier décrit l’écume numérique des territoires, ou plus précisément ce que produisent les traces numériques. L’auteur détaille huit propriétés des territoires et trois agencements qui définissent chacun une architecture technique et de données d’une époque précise. Le fil conducteur de ce chapitre est la transposition de chacun de ces agencements. L’agencement topographique formé autour des notions de pouvoir et de frontières est transposé dans un agencement topologique reposant sur la distribution et l’accès qui est lui-même transposé dans un « territoire » à agencement chronologique. Ces trois agencements sont résumés p. 131 dans un tableau qui compare, par exemple, la centralité issue du premier agencement topographique avec la distribution du deuxième agencement topologique et les rumeurs, les issues qui se déploient sur le mode de la vibration dans ce dernier agencement défini comme chronologique. L’espace laisse place ici à l’analyse des temps des territoires de plus en plus volatiles, éphémères et l’auteur propose alors une analyse des écumes (concept repris à P. Sloterdijk) urbaines et territoriales.

Le sixième chapitre questionne les spatialités algorithmiques ou les attachements « éminemment » spatiaux des traces numériques. Boris Beaude développe deux concepts l’hypercentralité et la synchronisation. Pour l’auteur, les pratiques des individus se réalisent dans un nombre limité d’espaces et dans un temps qui se réagencent dans ce qui pourrait être nommé une « topochronie ». Le panorama des questions soulevées par l’auteur est important, dense et complexe à restituer :

  • la visualisation des données et la connaissance d’un environnement ;
  • l’exploration des traces et la révélation de leur potentiel ;
  • la recherche des traces par localisation ;
  • les perspectives des traces pour un territoire événement.

L’ensemble de ces représentations de l’espace comme la localisation des images de plateformes (Twitter, Panoramio, Facebook ou Tripadvisor) réduit alors le monde à l’individu, à la surveillance de ses traces et moins au sens produit par ses traces. Ce type de recherches reste très peu développé selon l’auteur.

Un travail de recherche en cours sur la localisation des traces sur ces plateformes de réseaux web nous laisse perplexe quant aux méthodes à développer pour analyser ce que nous nommons l’attachement territorial des traces, tant dans leur dimension spatiale que temporelle, ce que ces chapitres méthodologiques et théoriques montrent aisément.

C’est de la trace comme donnée dont il est question dans le septième chapitre, centré autour du concept d’hyperville développé en 10 tableaux par Franck Cormerais. L’hyperville se distingue des concepts de smartcity, de ville intelligente et de la gouvernance algorithmique. Il a pour but de définir un système contributif local, reposant sur des pratiques numériques de contributeurs qui participent aux communs, à la valorisation du territoire. Ce système contributif local repose sur un système local de données qui participent elles-mêmes à un « espace public digital ». Ces données sont produites par des fans. Reprenant la pharmacologie de B. Stiegler, l’auteur interroge alors son modèle de l’hyperville. Il conclue que les données et les pratiques numériques des contributeurs développent la base informationnelle individualisée de l’hyperville qui alimente ainsi le système contributif local.

Le huitième chapitre prolonge la réflexion théorique ouverte par les trois chapitres précédents, en interrogeant le « désir de data ». Les deux auteurs Maryse Carmes et Jean-Max Noyer sont les deux directeurs de la collection « territoires numériques » aux Presses des Mines, dans laquelle est éditée cet ouvrage. Pour ces deux auteurs, les données pour qu’elles sortent de leur pauvreté sémiotique des statistiques, des algorithmes et des graphes doivent rentrer dans le désirable par le biais de la narration mêlant open-data et marketing. Ces données sont donc localisées, territorialisées, re-territorialisées peut-être pour appuyer une institutionnalisation tout autant qu’un marketing territorial. S’éloignant du territoire ou des traces spatiales, les auteurs critiquent l’utilisation de ces données personnelles, de l’ontologie du client, des cartographies valuées par ce « tiers de confiance » qu’est le marketing ainsi que la performativité de son discours. La communauté au sens politique perd de sa substance pour aller vers des horizons post ou trans-humanistes définis à travers un semble de textes que les auteurs commentent au cours de la dernière partie de leur chapitre.

Le neuvième chapitre, quant à lui, entraîne le lecteur vers des exemples appuyés par des terrains d’analyse qui vont conduire toute cette dernière partie qui portera plus spécifiquement sur les pratiques professionnelles. Mathieu Noucher revient sur le savoir cartographique et les nouveaux acteurs de l’information géographique comme OpenstreetMap et Google Map. Si précédemment l’intentionnalité géographique pouvait se résumer aisément en une carte qui était contrôlée de la collecte de données à la localisation des données sur un fond de carte par un État pour asseoir son pouvoir, cette rhétorique de la carte est dorénavant critiquée. Les nouveaux acteurs offrent une nouvelle fabrique cartographique entre pratiques des « amateurs » dans un projet non lucratif et captation de traces dans un but lucratif. Cette nouvelle fabrique discute à la fois les référentiels géographiques, la capacités d’accès aux données et la personnalisation des cartes via les algorithmes. Que les traces soient laissées volontairement ou involontairement, personnalisées ou agrégées, c’est le « faire trace » (Jeanneret, 2011) qui permet d’écrire et de lire le territoire. Le processus de construction de la carte est ici judicieusement interrogé en observant cette construction cartographique entre le savoir cartographique et une sémiotique des cartes issue des SIC.

S’éloignant des cartes comme savoir géographique, Marta Severo et Laurent Beauguitte s’intéressent aux flux RSS. Dans le dixième chapitre, les auteurs proposent un regard critique sur les potentialités et les problèmes méthodologiques des traces numériques dans une définition de l’information géographique. L’analyse des dimensions spatiales dans l’actualité internationale s’appuie le plus généralement sur des bases de données privées, comme Factiva (Dow Jones). Les auteurs choisissent de les étudier à partir de 1304 flux RSS de la rubrique internationale du journal The New York Times. Les auteurs partent du postulat que le « web « 2.0 » » permet d’accéder à une information gratuite et en temps réel. Cette information s’avère tout de même coûteuse du fait des problèmes techniques et méthodologiques à résoudre pour automatiser leur qualification. Leur analyse conclue à une hiérarchie des lieux, une hypothèse qui reste valide depuis 50 ans (p. 233), et à la place prédominante des individus, célèbres et médiatiques, dans cette actualité internationale à dimension géographique.

Nicolas Douay et Maryvonne Prévost concluent cet ouvrage en analysant le rôle de la plateforme participative Carticipe dans les politiques urbaines. La carte même participative demeure un instrument de pouvoir selon les auteurs. Mais en s’intéressant plus précisément aux formes d’engagement, de participation et de négociation par la rencontre entre des savoirs d’experts et des savoirs d’habitants, ils décortiquent ces différents manière de « faire-carte » entre un territoire vécu ou administré. Le récit par entretiens plus que l’analyse des traces en elle-même présente le rôle prescriptif de ce dispositif sociotechnique au niveau de la participation. Cette participation, comme le concluent des travaux de recherche menés sur la thématique de la démocratie participative, est portée par des contributeurs ayant des activités militantes ou associatives, et avec pour thème le plus commenté celui des transports au niveau de l’open data. Les traces numériques du territoire ne sont pas analysées dans ce chapitre pour elles-mêmes mais mises en perspective avec les récits des créateurs de la plateforme et des contributeurs.

Pour conclure, cet ouvrage présente un panorama des questionnements théoriques et méthodologiques autour de la notion de « territoires numériques » et de « traces numériques ». L’extraction, la collecte, le traitement des données et la nécessité de repenser cette notion de territoire numérique sont balisées autant du point de vue des chercheurs que des praticiens. L’analyse des traces numériques, des territoires et la définition de nouvelles politiques urbaines ou territoriales doivent autant reposer sur des méthodes quantitatives que qualitatives. Poser en mise en garde dans l’ouverture de cet ouvrage, mais peu interroger par la suite, la question de l’éthique dans l’exploitation de ces traces ou de ces bases de données, de plus en plus liées à des individus, doit toujours être prise en compte dans ces études.

Pour répondre à la question initialement posée de qualification du terme territoire (est-il « physique » ou « numérique »?), nous soulignerons que l’ensemble de ces textes montre que le territoire est une construction dans le temps et qu’il se décompose en de multiples attributs. Chacun des textes présentés se propose d’analyser le territoire dans ses représentations sur le web ou à partir de méta-données enregistrées par les dispositifs numériques. Le territoire n’est pas plus physique, numérique que reconstruit à partir de l’analyse des traces des usagers du web et des dispositifs sociotechniques qui agencent ces traces eux-mêmes.

Note de lecture. Urbanités et territoires numériques, Hélène Bailleul & Thierry Bulot, 2015

Ce billet est une note de lecture de l’ouvrage :

BAILLEUL Hélène, BULOT Thierry (Dir.), Urbanités et territoires numériques. Approche interdisciplinaire. Bruxelles, Editions Modulaires Européennes, 2015.

Couverture Ouvrage H. Bailleul, T. Bulot, Urbanités numériques, 2015

Couverture Ouvrage H. Bailleul, T. Bulot, Urbanités numériques, 2015

Cet ouvrage est le résultat d’un séminaire co-organisé à l’Université Rennes 2 par les deux auteurs qui ont dirigé cet ouvrage, Hélène Bailleul et Thierry Bulot. Cet ouvrage a pour thème les urbanités numériques et les territoires numériques, même si les deux auteurs interrogent dès l’introduction ce terme numérique et son usage quelque peu abusif. L’approche est transdisciplinaire mêlant sciences du langage, de l’information et de la communication, de la gestion, de la géographie, de l’histoire de l’art et de l’urbanisme. Ce cocktail composé de 8 chapitres finit par donner un aperçu cohérent de multiples approches méthodologiques et conceptuelles sur ce thème, avec des terrains d’observations sur plusieurs pays.

Chap 1. Urbanités langagières, plurilinguismes et diasporisation(s) numérique(s) (itinérances de recherche entre La Réunion et la Bretagne), Thierry Bulot et Gudrun Ledegen

Dans ce chapitre, les langues et le numérique sont interrogés dans la lignée des travaux de la fin des années 1990 sur le dialogue homme/machine. En effet, la langue dans le numérique est à la fois des codes et des pratiques. Une analyse formelle de la langue et de son caractère hybride est mise en évidence en raison de l’usage du numérique et de la pluralité de ces usages. Les auteurs mobilisent alors la diasporisation sociolinguistique pour interroger la spatialisation des langues, des discours et comprendre ainsi les dynamiques langagières. Ils développent ainsi une sociolinguistique urbaine autour d’un cadre théorique, une méthode et un spatialisme des langues dans deux situations sociolinguistiques différentes, la Bretagne et l’île de La Réunion. Leur terrain d’observation est la plate-forme Facebook, ou plus précisément les pages web « Tu sais que tu viens de la Réunion quand … » et « Tu es breton si… », devenu « Tu sais que tu es breton quand… ».

Chap 2. Quelles approches méthodologiques d’un « web territorial »?, Mariannig Le Béchec

Le chapitre est résumé dans le précédent billet « le drapeau : un signe transposable », du 19/11/2015, sur ce blog qui explique la prolifération des images et plus précisément de signes transposables, leur signification variable en raison de la multiplicité des acteurs qui les créent, les mettent en scène et en discours au sein de « l’espace public numérique ». 

Disponible en archives ouvertes: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01262286v1

Chap 3. Approche info-communicationnelle du déterminisme technologique de « la société de l’information » au Sénégal : l’exemple du web social, Sahite Gaye

Les TIC sont-elles obligatoires pour l’épanouissement des individus, s’interroge l’auteur. A partir d’une socio-critique de la société de l’information et du déterminisme technologique au Sénégal, passe en revue les discours des acteurs internationaux, UNESCO et UTI et reprend la littérature scientifique du domaine. Puis l’auteur interroge les discours émis par les pouvoirs publics du Sénégal depuis 2002 sur ce thème du numérique.

Chap 4. Le marketing territorial dans la fabrique des villes créatives : une approche comparative de Rennes, Nantes et Saint-Etienne, Charles-Edouard Houllier-Guibert et Jean-Baptiste Le Corf

Les auteurs s’intéressent à l’évolution de « l’image de marque » des territoires selon les valeurs présents dans la société. Ainsi, en 2010, la notion de créativité est déclinée selon les villes étudiées Rennes, Saint-Etienne et Nantes comme une créativité économique, culturelle et sociale. Nous reprenons ici le cadre théorique des auteurs.

La créativité est donc une notion transversale qui offre un argument facilement activable dans les supports de communication qui promeuvent les politiques publiques auprès des différentes cibles envisagées.

Les trois formes de développement territorial selon l’usage envisagé de ce qu’est la créativité pour un territoire sont les suivantes :

  1. La créativité renvoie à un lieu de production en lien avec les industries culturelles et créatives. « L’ancrage territorial est déterminant (…) ce que les clusters incarnent, amenant à considérer les industries créatives comme des industries de ce territoire. (Cormerais et Beraud, 2012) », p. 57. Cet ancrage devient donc mesurable ce qui est un atout pour les élus. La French tech illustre ce premier point dans le texte.

    Logotype French-tech, source Wikipédia.fr

    Logotype French-tech, source Wikipédia.fr

  2. La créativité est en lien avec la présence des acteurs de la culture, de la classe créative (Florida, 2002) sur le territoire. Cette théorie de la classe créative est controversée. Elle supposerait que les entreprises s’installeraient dans les territoires où la création et les créateurs sont nombreux. Les expressions telles que scènes culturelles ou urbaines illustreraient cette seconde forme.
  3. La troisième forme est la « contribution citoyenne » ou la « créativité sociale ». Le principe est de mettre en place une communication dialogale entre les élus, services et citoyens. L’objectif serait donc l’implication, la participation à la chose publique voire son appropriation. Nous noterons que ce terme appropriation oblige à considérer que la chose publique est créée, construite hors des citoyens, des habitants d’un territoire qui doivent ici de l’approprier. Le thème de l’open data est ici mobilisé.

Les auteurs vont appuyer leur théorie sur des exemples précis à partir de trois villes : Rennes, Saint-Etienne et Nantes.

Chap 5. La ville d’Alger : Discours sur le « vécu » et la « métamorphose urbaine », Kahina Djerroud

L’auteur s’intéresse aux discours sur les espaces et les groupes sociaux à partir de la définition de la ville par le centre Max Weber de Lyon. L’objectif est d’interroger la fragmentation, est-elle sociale, spatiale, socio-spatiale ou langagière ? (p. 80). Quelle est la connotation de cette fragmentation dans les discours des habitants d’Alger ? L’auteur présente le concept de fragmentation depuis son apparition dans les années 1990 et les discussions en cours dans la communauté scientifique. Son analyse de 25 questionnaires distribués auprès d’habitants d’Alger, la conduise à interroger finalement dans ses travaux de recherche l’urbanité plus que la fragmentation.

Chap 6. L’homme dans la ville, Réflexions sur la performativité des visuels urbains, Raphaële Bertho

Texte publié précédemment dans Cultures-Kairos, Revue d’anthropologie des pratiques corporelles et des arts vivants. [En ligne], mis à jour le : 18/11/2014, URL : revues.mshparisnord.org/cultureskairos

Raphaële Bertho interroge ici le faire-agir des images artistiques dans l’espace public, à la fois dans sa dimension physique et symbolique en reprenant ici la définition de la sphère publique par Eric Macé (2006). Ainsi, l’auteur analyse les tensions parfois une « lutte des imaginaires » ou un « affrontement symbolique » que peuvent susciter ces images dans le cadre de projets urbains. Les images sont interrogées selon leur performativité, notion qui mobilise donc les travaux d’Austin. Dans le fil de son argumentation, l’auteur présente une « iconographie normative » autour d’un projet urbain à Bordeaux puis les disruptions que mettent en scène des artistes tels que Alban Lecuyer en détournant ces « iconographies normatives » ou JR qui à partir de portraits présents sur son site web et affichés dans le territoire joue sur les frontières numériques entre l’espace physique et le web. L’auteur conclut « que ce soit in visu, dans l’espace de l’image, ou in situ, à travers sa mise en situation physique, les images artistiques « performent » dans le but d’opérer un renversement des hiérarchies géographiques, sociales ou politiques du visible. » (p. 110).

JR, Inside Out, Irbid, Jordan, "We are Arabs. We are Humans", source Wikipédia.fr

JR, Inside Out, Irbid, Jordan, « We are Arabs. We are Humans », source Wikipédia.fr

Chap 7. Médiation des projets urbains : une fabrique urbaine augmentée ?, Hélène Bailleul

La coopération des élus et des habitants pourrait se résumer en une action publique collaborative. Depuis 20 ans, les travaux sur l’aménagement collaboratif (‘collaborative planning’) ou l’urbanisme participatif (Söderström, 2000) accompagnent la question du débat public. Pour l’auteur, ces débats sont inscrits dans un ensemble plus vaste que sont les relations et hiérarchie sociales, sources d’inégalités et non d’espace de discussion entre des individus faisant usage de la raison sur un même pied d’égalité, selon l’idéal habermassien. L’auteur s’intéresse plus précisément aux outils de médiation (Lascoumes et Le Gales, 2005) dans le cadre de projets urbains. L’urbanisme permettrait de réveiller la démocratie locale et se déclinerait lui aussi en participatif, collaboratif au service de villes durables. Les TIC aideraient à la décision, accélèreraient les projets et faciliteraient la prise de décision. Mais quelles sont les relations entre élus et habitants ? Quels sont les usages de ces outils numériques ? L’auteur définit alors ce qu’est un espace public de projet. Ce sont donc les images mobilisées pendant la phase de projet qui sont analysées, puis leur rôle comme média, notamment numérique. L’auteur doute de l’usage du numérique comme « capacité « à augmenter » la participation citoyenne. » (p. 131).

Conclusion

Cet ouvrage offre un autre point de vue de ce qui est peut-être nommé l’intelligence territoriale. Les chapitres prennent en compte les villes plus que les territoires, mais le recours au imaginaire, aux identités, au symbolique amènent également sur la notion de territoire. Ce sont donc les usages des habitants, des élus, des artistes qui sont ici interrogés dans leur manière de fabriquer la ville, l’espace urbain. Le terme numérique est associé par les auteurs aux adjectifs participatif, collaboratif sans que les auteurs n’arrivent à dépasser les relations existantes entre élus et citoyens par exemple. Je m’intéresserai très certainement à cette question dans le prochain billet de ce blog.

Le drapeau : un signe transposable ?

Peut-être avez-vous ces derniers jours affiché votre image de compte sur Facebook avec un filtre du drapeau tricolore français, bleu-blanc-rouge. Peut-être avez-vous trouvé que cette proposition ne vous convenait pas et vous n’avez rien changé, ou si, mais vous avez choisi une autre image qui vous semblait mieux vous convenir.

Un article publié sur le site web du journal suisse Le Temps intitulé « Polémique sur Facebook: « Je ne suis pas un drapeau [1] » par Marie Claude Martin ne suscite aucun commentaire à l’heure de l’écriture de ce billet, quelques RT exceptés. Et l’auteur de rappeler qu’il est un marqueur, comme /Je suis Charlie/ en janvier 2015. La différence est que le premier est proposé par la plate-forme Facebook, le second a été créé par un internaute, un graphiste Joachim Roncin [2]. Et voilà, tout le problème, que Fabrice d’Almeida cité dans l’article le résume très bien dans son billet de blog « A propos de la polémique sur le drapeau français sur Facebook » [3] : nous oublions l’histoire de ce drapeau comme « signe fondateur », ce symbole de notre République depuis la constitution de 1958 alors même que l’on adopte des « icônes bricolées en un jour ». Ce billet veut proposer des pistes d’interprétation pour analyser la distinction entre signe et symbole en lien avec un territoire, une nation et l’intérêt pour l’acteur politique d’accompagner cette propagation de signes. Ma conclusion de thèse était, plutôt que de verrouiller la signification de ces signes, par exemple un drapeau, les institutions devraient encourager leur circulation, leur propagation.

source http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/fluctuat-nec-mergitur-la-devise-de-paris-peinte-a-republique-pour-ne-pas-sombrer_1735934.html

Figure 1. Devise Paris, paris, novembre 2015, source http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/fluctuat-nec-mergitur-la-devise-de-paris-peinte-a-republique-pour-ne-pas-sombrer_1735934.html

Par exemple, cette devise « Fluctuat Nec Mergitur », peinte place de la République à Paris le 14 novembre 2015 par un collectif de graffeurs dont des membres de Grim Team, a été relayée par des comptes d’élus parisiens sur Twitter, notamment celui d’Anne Hidalgo le 16 novembre 2015. Une devise, créé vers 1190, peut-être un temps oubliée, se propage ici sur un ensemble de comptes liés à des réseaux sociaux numériques. Cette création, apparition, réapparition, je la qualifie d’agence (Appadurai, 1996, Hoskins, 2006, Descola, 2007) des signes transposables.

Un signe transposable est un signe ayant la puissance à la fois de rester attaché à un territoire dans l’espace et dans le temps, et de circuler sur le web en devenant ainsi capable de traduire et de reformuler le territoire sur le web. Cette circulation et cette transposition produisent une nouvelle version de ce qu’est une échelle territoriale sur le web, de l’attachement territorial sur le web et des communautés politiques qui se développent sur le web. Ces signes n’ont pas valeur de symbole car ils n’ont pas été définis comme tels par une autorité.

La Tour Eiffel mixé avec le symbole peace-and-love, créé par Jean Julien, Designer à Nantes, novembre 2015.

Figure 2. La Tour Eiffel mixé avec le symbole peace-and-love, créé par Jean Julien, graphiste à Nantes, novembre 2015.

Ce monument qu’est la Tour Eiffel peut donc signifier que l’on demeure attaché au territoire français sur le web car stylisé c’est un signe présent dans les logotypes des associations de français à l’étranger. La Tour Eiffel attache par sa présence, sa forme, ses propriétés sémiotiques à une ville Paris et plus largement à un territoire qu’est la France. Barthes (2002 : 657) nous l’indique « dans le symbole, la représentation est analogique et inadéquate (le christianisme « déborde » la croix), face au signe, dans lequel la relation est immotivée et exacte (…) ». La France déborde du lieu d’implantation géographique de ce monument, Paris. Mais notre difficulté ici dans la figure 2 est que l’on voit un signe mixé avec ce qui est selon le sens commun un symbole de la paix créé par le graphiste britannique Gerald Holtom en 1958. Or dans la page Wikipédia française associée à ce signe, sa signification est multiple. Loin d’une signification verrouillée, l’unité sémiotique se délite, se transforme, s’agence, se ré-agence sur le web. La propagation, la circulation, les transformations de ce signe nous intéressent ici.

D’icône, cet exemple /peace-tour-eiffel/ pourrait être qualifié de symbole. Quelle est la signification de ce terme ?

Figure 3. « Flag of France » par This graphic was drawn by SKopp. — Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flag_of_France.svg#/media/File:Flag_of_France.svg

Figure 3. « Flag of France » par This graphic was drawn by SKopp. — Wikimedia Commons – https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flag_of_France.svg#/media/File:Flag_of_France.svg

Durkheim (1968) s’est intéressé au drapeau dans son étude sur « Les formes élémentaires de la vie religieuse ». Le statut de ce drapeau, pour lequel des individus pouvaient mourir, n’est pas toujours clair. Une partie de son texte insiste sur la force propre de l’objet qui capte les énergies des soldats et les entraîne à agir pour le défendre, alors qu’aussitôt la suite du texte rappelle qu’il ne s’agit « que » d’un signe tenant lieu de la force collective de la société. Précédemment dans ce billet, le drapeau est défini comme un « signe fondateur » de la République par l’historien, F. d’Almeida. Sans chercher ailleurs la force qui lui est propre et qui fait se connecter des êtres, nous observons que ce drapeau est apposé sur un compte Facebook afin de l’associer à un événement tragique ayant eu lieu à Paris en novembre 2015.

Je dirai donc que ce drapeau ou cette /peace-tour-eiffel/ peut être défini comme un signe transposable (Le Béchec, 2010). Non pas au sens réducteur de signe, il représente la France mais au sens sémiotique strict de représentation organisée. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de la qualité graphique d’un tel signe : certains signes demeurent non-transposables ou intransposables, non pas en raison de la faiblesse des attachements politiques qu’ils suscitent mais uniquement parce qu’ils sont mal composés, mal organisés en tant que matérialité. La circulation de la Figure 2. cache sans doute de nombreux autres signes créés et qui n’ont pas trouvé leur public. Une analyse quanti-qualitative serait susceptible de montrer que certains relayeurs du drapeau ou d’autres signes transposables sont sensibles avant tout à une esthétique plus qu’à un message politique. Cette transposabilité ne se définit pas. Des commentaires, articles de presse montrent bien cet étonnement dans la présence du drapeau ou d’autres signes. Cette qualité propre au signe se vérifie après coup dans la circulation générée et dans cette propension à faire tenir ensemble des acteurs, des lieux, des discours par ailleurs très hétérogènes.

Face à ces « icônes bricolées en un jour », il est tentant de dire que cette qualité de transposabilité du signe enlève toute vertu politique de fondation d’une quelconque communauté. Tenons le raisonnement inverse : la capacité d’agrégation d’un signe transposable, relié à un héritage bien particulier, attaché à un territoire, démontre le caractère de composition médiatique de toutes les communautés politiques. Cette composition médiatique varie dans le temps selon l’histoire des médias comme l’a démontrée A-M. Thiesse (1999 : 117-120). « Il n’est pas nécessaire de disposer d’un matériel compliqué pour ouvrir un site web, et la diffusion d’informations par cette voie est d’un coût modique. La célébration de la nation sur Internet est plus souvent le fait de particuliers que d’organismes officiels ou d’institutions publiques. Les identités nationales sont-elles menacées par la globalisation ? Elles ont en tout cas trouvé pour l’instant une nouvelle vitalité grâce au médium planétaire, symbole des changements en cours. La véritable question est plutôt de savoir si la fonction sociale et politique qu’elles ont remplie depuis deux siècles va perdurer. […] L’histoire de nos nations montre bien qu’une identité collective se construit, dans un travail lui-même collectif, qui prend appui sur les nouveaux médias de communication. »

Sans ces artefacts et leur agence, aucun travail politique communautaire ou institutionnel ne serait possible et nul ne peut dire où résiderait ce sens politique s’il n’était pas porté par des signes transposables qui jouent un rôle dans ce travail d’assemblage. Des d’articles de presse mentionnent la place de ces signes, évoquant parfois une « solidarité » entre les acteurs qui mobilisent ces signes. L’attachement territorial (Le Béchec, 2010) de ces signes est considéré comme un « faire-agir» (Latour, 2000). Ces signes n’ancrent pas leurs porteurs dans le territoire sinon ils n’auraient pas la capacité de circuler. Ces signes signifient un lien avec un territoire et sa propagation affiche un lien entre les différents comptes de réseaux sociaux numériques qui le présentent. Dans les théories des réseaux sociaux, la stratégie des acteurs humains explique cette capacité de propagation. Mais les qualités intrinsèques de ce signe transposable, capable de se propager et d’agréger sur le web, renvoient également à toute la force des liens faibles (Granovetter, 1973). Car que nous le voulions ou non, ces signes sont agrégés et deviennent dans le cadre d’analyses du web un marqueur quantifiable de la présence ou de l’absence d’un quelque chose selon l’objet de l’étude [4], qui repose sur le lien entre des entités, ici des comptes sur des plates-formes. B. Anderson le souligne au sujet des communautés imaginées qui fondent les nations. « Elle est imaginée parce que même les membres de la plus petite des nations ne connaîtront jamais la plupart de leurs concitoyens: jamais ils ne les croiseront ni n’entendront parler d’eux, bien que dans l’esprit de chacun vive l’image de leur communion. […] Les communautés se distinguent, non par leur fausseté ou leur authenticité, mais par le style dans lequel elles sont imaginées. » (Anderson, 2002)

Ces sites web, ces plates-formes donnent à voir, organisent les traces de ce style dans lequel elles sont imaginées. Pourtant les deux auteurs, de l’article de journal ou du blog, le soulignent ce signe a des significations diverses selon les personnes qui l’apposent sur leur profil.

Vers une échelle de l’attachement territorial des signes transposables

Le signe transposable nécessite donc de se référer à un répertoire d’objets signifiants. Mais il ne faut pas que ce sens soit verrouillé, il doit pouvoir circuler, être transformé pour pouvoir être repris et devenir une convention. En ce sens, ces signes ne sont pas des symboles. Aucune autorité, au sens institutionnelle du terme ne verrouille leur sens ou leur attribue une légitimité. Cet objet signifiant se distingue entre son contexte de production et son contexte d’usage. La connotation doit pouvoir varier. C’est l’agence de l’objet, des artefacts (Descola, 2007, Hoskins, 2006). Le territoire est donc un répertoire de formes et de concepts sur le web. Mais ces signes n’ont pas toujours la même signification, ce qui rend complexe l’interprétation. Ces signes sont de plusieurs types selon qu’ils engagent :

  • un lien avec le territoire (propriétés sémantiques de l’attachement) ;
  • une capacité à circuler (propriétés sémiotiques des formes « circulantes » sur le web).

L’attachement territorial est ainsi signifié et produit par l’exposition répétée d’un signe sur le web, et précisément d’un signe transposable (Le Béchec, 2010). Ces signes peuvent changer de signification selon leur contexte d’énonciation. Leur propagation est dépendante d’autres critères, notamment celui de l’oubli ou du refus. Nous proposons de prolonger l’analyse de leur propagation à l’aide d’une échelle de l’attachement des signes transposables.

Selon Descola « […] L’agence est ici la traduction approximative en français de l’anglais intraduisible agency, qui désigne une intentionnalité causale. L’authentification par l’agent recherche l’origine, le producteur, les conditions de production, le contexte à l’intérieur duquel l’objet a été produit, et s’interroge un peu moins sur son usage, alors que l’authentification par l’agence s’interroge sur l’efficace déléguée dans l’objet non seulement par ses producteurs mais par tous ceux qui en ont l’usage. […] Il y a une agence initiale qui est celle que les producteurs et les utilisateurs à l’origine, dans le contexte de production, lui ont donnée. […] Mais il y a aussi des agences successives, historiquement contingentes, qui tiennent aux conditions dans lesquelles ces objets ont été transportés dans d’autres contextes. Ces agences peuvent être tout aussi significatives et légitimes. Mais évidemment pas pour ceux qui ont produit ces objets » (2007 : 393).

Ainsi, il existe une agence du contexte de production et une agence du contexte d’usage. Il existe donc une agence significative variable des signes selon ce qu’en font les acteurs et non uniquement selon leur contexte de production. En ce sens, il pourrait exister dans notre échelle de l’attachement territorial, un cas où un signe indique un attachement territorial et un cas où un signe pourrait indiquer un détachement selon la mise en scène de l’internaute. Nous avons défini une échelle de l’attachement territorial de ces signes en prenant en compte cette variation et dans une approche pragmatique des significations.

Tableau 1. Echelle de l'attachement territorial et de l'agence des signes transposables . M. Le Béchec, 2015

Tableau 1. Échelle de l’attachement territorial et de l’agence des signes transposables . M. Le Béchec, 2015

Cette échelle se compose de cinq degrés : la revendication ; le bricolage ; la convocation au sens de présence ; l’absence et l’objection au sens de rejet. Les cinq degrés ont été construits à partir de plusieurs concepts :

  1. Revendication : Nous reprenons ce terme revendication à l’étude des mouvements sociaux de Neveu (2005).
  2. Bricolage : Ce degré reprend la notion de bricolage chez de Certeau (1990). Le bricolage est la ruse au sens de métis, celle qui permet d’occuper le terrain du plus fort.

Le drapeau apposé sur les profils est transformé. Alors qu’il est mis en berne sur les frontons des établissements publics, des institutions, les internautes l’affichent et nous oserons le dire fièrement. Rappelons que Facebook n’a pas proposé le filtre d’un drapeau en berne. Mais cette reprise du drapeau français sur cette plate-forme par les internautes ne duplique pas à l’identique la représentation choisie par les autorités.

  1. Convocation (présence) : Ce sont des signes apparemment neutres où le territoire est convoqué dans sa dimension administrative par exemple.
  2. Absence : L’absence est plus difficile à relever car comme l’évolution dans la disparition ou le rejet, elle se situe dans lieux et des temps différents. « Il ne faut donc pas seulement considérer les changements dans l’espace, mais aussi les changements dans le temps. Pourquoi des sociétés (ou des rituels) passent-elles de formes culturelles « épaisses » à des formes « maigres », rejetant ainsi ce qui était jadis central pour toute leur existence ? » (Goody, 2006 : 17).
  3. Objection (rejet) : C’est « le problème de l’intentionnalité, des objections délibérées », comme la « représentation fautive ou inappropriée » de Dieu (Goody, 2006 : 22), ou ici de la nation, de la République.

Ces degrés montrent que la mobilisation pour une cause peut varier dans le temps si la temporalité d’un signe, son agence est prise en compte. Ainsi, entre un contexte de production et un contexte d’usage d’un signe, il existe des variations, voire des changements de connotation en fonction du temps de l’énonciation et de l’émetteur.

Conclusion

L’agence d’un objet (Descola, 2007), d’une signe peut être réformée dans le temps présent en emmenant et en oubliant parfois ses significations précédentes. La fiction sur le web n’est pas un retour de la symbolique, de la symbolicité mais une prise en compte du mouvement, d’un « Grand Dérangement » (Balandier, 2005), où l’institutionnalisation prend place dans la prolifération de signes, d’acteurs, de pratiques.

« Le pouvoir politique perd aussi une certaine relation au temps, notamment à la temporalité qui le légitime en l’établissant dans la durée. Le passé n’est plus une source suffisamment vivifiante, il se réduit souvent aux formes que lui donnent la gestion patrimoniale et la répétition commémorative. Les générations nouvelles l’oublient et l’exaltation des lieux de mémoire suffit mal à la transmission. La conservation informatisée des traces et des événements du passé historique, l’archivage par numérisation des monuments et des personnages, transforment en rapport d’information ce qui était d’abord une relation forte – par le jeu des affects, des émotions, des transpositions imaginaires – de nature identitaire, une relation qui se fondait sur le sentiment d’appartenance à une identité collective continuée. […] C’est dans le présent que l’action humaine se détermine. Elle prend sens immédiat, peu à même de voir ce qui était avant, presque incapable de se projeter dans l’après, dans un devenir où l’imprévisible fait de plus en plus irruption. » (Balandier, 2005 : 95-96) Même si les détenteurs de quelques algorithmes souhaiteraient prédire ce devenir.

L’institutionnalisation du web doit prendre en compte les propriétés d’un outil de communication numérique comme le web. Il autorise des acteurs hétérogènes, multiples à travailler des signes qui paraissent avoir perdu leur capacité à symboliser et qui, dans le même temps, ont la capacité d’être attachés à un territoire car leur substrat territorial demeure dans les affinités qui circulent sur le web et qu’il génère. Cette capacité à gérer la prolifération et la circulation est l’une des clés de l’institutionnalisation du web, qui interroge directement les pouvoirs politiques institués. L’agence de l’objet (Descola, 2007), permet de distinguer un contexte de production et un contexte d’usage. D’ailleurs ce contexte d’usage était préexistant au web, mais le web rend visible ou cohérent certaines pratiques. Dans le même temps, cette approche nous permet de mieux comprendre que l’attachement territorial peut se faire à différents degrés pour les signes transposables. Ces signes transposables deviennent des marqueurs de la France sur le web et y circulent. Ce pays déborde de ces frontières afin d’être repris non pas comme de la pure signalétique, mais comme un quelque chose qui attache ensemble des acteurs, un « faire-agir » (Latour, 2000).

L’acteur politique ne peut donc plus verrouiller le sens de ces signes. L’acteur politique ne peut plus maîtriser, contrôler leur circulation mais les repérer et accompagner leur circulation. Bonaccorsi conclut de même au sujet des professionnels de la communication qui « sont plus que jamais confrontés à la nécessité d’anticiper les circulations des textes qu’ils produisent (affiche, photographie, extrait vidéo, « petite phrase » etc.), de les maîtriser comme d’accepter d’en perdre le contrôle » (2013). J’ai donc  défini le concept de « fiction circulante » comme cette capacité à manager les éléments qui circulent sur le web par un acteur, cette capacité à accompagner la circulation de signes transposables (Le Béchec, 2013).

Et les graphistes dans les exemples précédents ont compris cette agence des signes transposables, de cette production stylisée de signes et de la capacité de propagation des signes sur le web. Joachim Roncin, créateur du slogan « Je suis Charlie » l’exprime ainsi « C’est très bizarre. Cette phrase, intime à la base, a fait sa propre vie. L’infiniment petit qui était en moi devient énorme et la propriété de tous. »[5] La circulation de ce signe sur le web dépasse son contexte de production. Dans le même temps, les plates-formes de réseaux sociaux organisent voire initient cette circulation en la centralisant, pouvant stopper à plus ou moins longs termes l’agence de ces signes transposables.

ANDERSON B., 2002, L’imaginaire national: réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, La Découverte-poche.

APPADURAI A., 2005, Après le colonialisme, Les conséquences de la globalisation, Fayot.

BALANDIER G., 2005, Le grand dérangement, PUF.

BARTHES R., 2002, Éléments de sémiologie, Œuvres complètes, Tome 1, Éditions du Seuil.

BONACCORSI J., 2013, « Approches sémiologiques du web », in. BARATS C. (dir.), Manuel d’analyse du web, Armand Colin.

De CERTEAU M., 1990, L’invention du quotidien, tome 1, Gallimard.

DESCOLA P., in LATOUR B. (dir.), 2007, Le dialogue des cultures, Actes Sud-Musée du Quai Branly.

DURKHEIM, E., 1968, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, PUF.

GOODY J., 2006, La peur des représentations, La Découverte.

GRANOVETTER M, 1973, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, n° 78, p.1360-1380.

HOSKINS Janet, 2006, « Agency, Biography and Objects », dans Tilley Christopher et. al. (dirs.), Handbook of Material Culture, Londres : Sage.

LATOUR B., 2000, « Factures/fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement », MICOUD A., PÉRONI M., Ce qui nous relie, Éditions de l’Aube.

LE BECHEC M. & BOULLIER D, 2014, Communautés imaginées et signes transposables sur un « web territorial », Études de communication n°42.

LE BECHEC M., 2013, « Territoire et web: analyser la multiplicité des acteurs et la prolifération des signes », in VACHER B. & LE MOËNNE C. (éds), Communication et débat public: les réseaux numériques au service de la démocratie ?, L’Harmattan.

LE BECHEC M., 2015, « Quelles approches méthodologiques d’un « web territorial » ? in Bailleul H., Bulot T. (Dir.), Urbanités et territoires numériques. Approche interdisciplinaire, Editions Modulaires Européennes.

NEVEU É., 2005, La sociologie des mouvements sociaux, La Découverte.

THIESSE A.M., 1999, La création des identités nationales: Europe XVIIIe-XXe siècle, Seuil.

[1]http://www.letemps.ch/societe/2015/11/16/polemique-facebook-ne-suis-un-drapeau-0

[2] source consultée : https://en.wikipedia.org/wiki/Je_suis_Charlie

[3]http://www.huffingtonpost.fr/fabrice-d-almeida/a-propos-de-la-polemique-sur-le-drapeau-francais-sur-facebook_b_8570244.html

[4]Voir une autre interprétation : http://rue89.nouvelobs.com/2015/11/17/changez-photo-profil-facebook-bleu-blanc-rouge-clic-262146

[5] Entretien Ouest-France, 06-01-2016, http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/654/reader/reader.html?t=1452101101969#!preferred/1/package/654/pub/655/page/5