Note de lecture. Urbanités et territoires numériques, Hélène Bailleul & Thierry Bulot, 2015

Ce billet est une note de lecture de l’ouvrage :

BAILLEUL Hélène, BULOT Thierry (Dir.), Urbanités et territoires numériques. Approche interdisciplinaire. Bruxelles, Editions Modulaires Européennes, 2015.

Couverture Ouvrage H. Bailleul, T. Bulot, Urbanités numériques, 2015

Couverture Ouvrage H. Bailleul, T. Bulot, Urbanités numériques, 2015

Cet ouvrage est le résultat d’un séminaire co-organisé à l’Université Rennes 2 par les deux auteurs qui ont dirigé cet ouvrage, Hélène Bailleul et Thierry Bulot. Cet ouvrage a pour thème les urbanités numériques et les territoires numériques, même si les deux auteurs interrogent dès l’introduction ce terme numérique et son usage quelque peu abusif. L’approche est transdisciplinaire mêlant sciences du langage, de l’information et de la communication, de la gestion, de la géographie, de l’histoire de l’art et de l’urbanisme. Ce cocktail composé de 8 chapitres finit par donner un aperçu cohérent de multiples approches méthodologiques et conceptuelles sur ce thème, avec des terrains d’observations sur plusieurs pays.

Chap 1. Urbanités langagières, plurilinguismes et diasporisation(s) numérique(s) (itinérances de recherche entre La Réunion et la Bretagne), Thierry Bulot et Gudrun Ledegen

Dans ce chapitre, les langues et le numérique sont interrogés dans la lignée des travaux de la fin des années 1990 sur le dialogue homme/machine. En effet, la langue dans le numérique est à la fois des codes et des pratiques. Une analyse formelle de la langue et de son caractère hybride est mise en évidence en raison de l’usage du numérique et de la pluralité de ces usages. Les auteurs mobilisent alors la diasporisation sociolinguistique pour interroger la spatialisation des langues, des discours et comprendre ainsi les dynamiques langagières. Ils développent ainsi une sociolinguistique urbaine autour d’un cadre théorique, une méthode et un spatialisme des langues dans deux situations sociolinguistiques différentes, la Bretagne et l’île de La Réunion. Leur terrain d’observation est la plate-forme Facebook, ou plus précisément les pages web « Tu sais que tu viens de la Réunion quand … » et « Tu es breton si… », devenu « Tu sais que tu es breton quand… ».

Chap 2. Quelles approches méthodologiques d’un « web territorial »?, Mariannig Le Béchec

Le chapitre est résumé dans le précédent billet « le drapeau : un signe transposable », du 19/11/2015, sur ce blog qui explique la prolifération des images et plus précisément de signes transposables, leur signification variable en raison de la multiplicité des acteurs qui les créent, les mettent en scène et en discours au sein de « l’espace public numérique ». 

Disponible en archives ouvertes: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01262286v1

Chap 3. Approche info-communicationnelle du déterminisme technologique de « la société de l’information » au Sénégal : l’exemple du web social, Sahite Gaye

Les TIC sont-elles obligatoires pour l’épanouissement des individus, s’interroge l’auteur. A partir d’une socio-critique de la société de l’information et du déterminisme technologique au Sénégal, passe en revue les discours des acteurs internationaux, UNESCO et UTI et reprend la littérature scientifique du domaine. Puis l’auteur interroge les discours émis par les pouvoirs publics du Sénégal depuis 2002 sur ce thème du numérique.

Chap 4. Le marketing territorial dans la fabrique des villes créatives : une approche comparative de Rennes, Nantes et Saint-Etienne, Charles-Edouard Houllier-Guibert et Jean-Baptiste Le Corf

Les auteurs s’intéressent à l’évolution de « l’image de marque » des territoires selon les valeurs présents dans la société. Ainsi, en 2010, la notion de créativité est déclinée selon les villes étudiées Rennes, Saint-Etienne et Nantes comme une créativité économique, culturelle et sociale. Nous reprenons ici le cadre théorique des auteurs.

La créativité est donc une notion transversale qui offre un argument facilement activable dans les supports de communication qui promeuvent les politiques publiques auprès des différentes cibles envisagées.

Les trois formes de développement territorial selon l’usage envisagé de ce qu’est la créativité pour un territoire sont les suivantes :

  1. La créativité renvoie à un lieu de production en lien avec les industries culturelles et créatives. « L’ancrage territorial est déterminant (…) ce que les clusters incarnent, amenant à considérer les industries créatives comme des industries de ce territoire. (Cormerais et Beraud, 2012) », p. 57. Cet ancrage devient donc mesurable ce qui est un atout pour les élus. La French tech illustre ce premier point dans le texte.

    Logotype French-tech, source Wikipédia.fr

    Logotype French-tech, source Wikipédia.fr

  2. La créativité est en lien avec la présence des acteurs de la culture, de la classe créative (Florida, 2002) sur le territoire. Cette théorie de la classe créative est controversée. Elle supposerait que les entreprises s’installeraient dans les territoires où la création et les créateurs sont nombreux. Les expressions telles que scènes culturelles ou urbaines illustreraient cette seconde forme.
  3. La troisième forme est la « contribution citoyenne » ou la « créativité sociale ». Le principe est de mettre en place une communication dialogale entre les élus, services et citoyens. L’objectif serait donc l’implication, la participation à la chose publique voire son appropriation. Nous noterons que ce terme appropriation oblige à considérer que la chose publique est créée, construite hors des citoyens, des habitants d’un territoire qui doivent ici de l’approprier. Le thème de l’open data est ici mobilisé.

Les auteurs vont appuyer leur théorie sur des exemples précis à partir de trois villes : Rennes, Saint-Etienne et Nantes.

Chap 5. La ville d’Alger : Discours sur le « vécu » et la « métamorphose urbaine », Kahina Djerroud

L’auteur s’intéresse aux discours sur les espaces et les groupes sociaux à partir de la définition de la ville par le centre Max Weber de Lyon. L’objectif est d’interroger la fragmentation, est-elle sociale, spatiale, socio-spatiale ou langagière ? (p. 80). Quelle est la connotation de cette fragmentation dans les discours des habitants d’Alger ? L’auteur présente le concept de fragmentation depuis son apparition dans les années 1990 et les discussions en cours dans la communauté scientifique. Son analyse de 25 questionnaires distribués auprès d’habitants d’Alger, la conduise à interroger finalement dans ses travaux de recherche l’urbanité plus que la fragmentation.

Chap 6. L’homme dans la ville, Réflexions sur la performativité des visuels urbains, Raphaële Bertho

Texte publié précédemment dans Cultures-Kairos, Revue d’anthropologie des pratiques corporelles et des arts vivants. [En ligne], mis à jour le : 18/11/2014, URL : revues.mshparisnord.org/cultureskairos

Raphaële Bertho interroge ici le faire-agir des images artistiques dans l’espace public, à la fois dans sa dimension physique et symbolique en reprenant ici la définition de la sphère publique par Eric Macé (2006). Ainsi, l’auteur analyse les tensions parfois une « lutte des imaginaires » ou un « affrontement symbolique » que peuvent susciter ces images dans le cadre de projets urbains. Les images sont interrogées selon leur performativité, notion qui mobilise donc les travaux d’Austin. Dans le fil de son argumentation, l’auteur présente une « iconographie normative » autour d’un projet urbain à Bordeaux puis les disruptions que mettent en scène des artistes tels que Alban Lecuyer en détournant ces « iconographies normatives » ou JR qui à partir de portraits présents sur son site web et affichés dans le territoire joue sur les frontières numériques entre l’espace physique et le web. L’auteur conclut « que ce soit in visu, dans l’espace de l’image, ou in situ, à travers sa mise en situation physique, les images artistiques « performent » dans le but d’opérer un renversement des hiérarchies géographiques, sociales ou politiques du visible. » (p. 110).

JR, Inside Out, Irbid, Jordan, "We are Arabs. We are Humans", source Wikipédia.fr

JR, Inside Out, Irbid, Jordan, « We are Arabs. We are Humans », source Wikipédia.fr

Chap 7. Médiation des projets urbains : une fabrique urbaine augmentée ?, Hélène Bailleul

La coopération des élus et des habitants pourrait se résumer en une action publique collaborative. Depuis 20 ans, les travaux sur l’aménagement collaboratif (‘collaborative planning’) ou l’urbanisme participatif (Söderström, 2000) accompagnent la question du débat public. Pour l’auteur, ces débats sont inscrits dans un ensemble plus vaste que sont les relations et hiérarchie sociales, sources d’inégalités et non d’espace de discussion entre des individus faisant usage de la raison sur un même pied d’égalité, selon l’idéal habermassien. L’auteur s’intéresse plus précisément aux outils de médiation (Lascoumes et Le Gales, 2005) dans le cadre de projets urbains. L’urbanisme permettrait de réveiller la démocratie locale et se déclinerait lui aussi en participatif, collaboratif au service de villes durables. Les TIC aideraient à la décision, accélèreraient les projets et faciliteraient la prise de décision. Mais quelles sont les relations entre élus et habitants ? Quels sont les usages de ces outils numériques ? L’auteur définit alors ce qu’est un espace public de projet. Ce sont donc les images mobilisées pendant la phase de projet qui sont analysées, puis leur rôle comme média, notamment numérique. L’auteur doute de l’usage du numérique comme « capacité « à augmenter » la participation citoyenne. » (p. 131).

Conclusion

Cet ouvrage offre un autre point de vue de ce qui est peut-être nommé l’intelligence territoriale. Les chapitres prennent en compte les villes plus que les territoires, mais le recours au imaginaire, aux identités, au symbolique amènent également sur la notion de territoire. Ce sont donc les usages des habitants, des élus, des artistes qui sont ici interrogés dans leur manière de fabriquer la ville, l’espace urbain. Le terme numérique est associé par les auteurs aux adjectifs participatif, collaboratif sans que les auteurs n’arrivent à dépasser les relations existantes entre élus et citoyens par exemple. Je m’intéresserai très certainement à cette question dans le prochain billet de ce blog.