Des roots dans l’Internet

L’Internet [1], contrairement à d’autres réseaux, d’autres médias, n’intéresse pas uniquement les acteurs traditionnels de l’espace public, les élus, les journalistes ou l’opinion publique. Dans le débat de la gouvernance de l’Internet, les entreprises, vous connaissez cette expression de GAFA, les FAI prennent place également. Et surtout, la société civile, les internautes, nous.

Pour comprendre cette gouvernance de l’Internet, il faut comprendre l’histoire et la structure technique de ce réseau. Car l’Internet n’est pas virtuel, dans les nuages, il n’annihile pas le territoire, il ne déterritorialise pas et il ne développe pas non plus les autoroutes de l’information, chères au politique. La gouvernance de l’Internet, c’est la discussion de choix faits notamment par des ingénieurs au niveau du nommage sur l’Internet, appuyés par un État : les États-Unis.

Partie1. L’Internet, c’est des racines et des URL;

Partie 2. L’Internet, c’est une gouvernance à inventer, c’est multistakehorlder.

  1. Des Racines et des URL

Quand vous pensez utiliser internet, souvent vous pensez quand je tape des mots clés dans Google. Or, pour arriver au site web que vous recherchez, il existe tout un balisage. C’est à la base une question technique mais nous allons vite comprendre dans cette partie des Racines et des URL (Uniform Resource Locator), que le nommage sur l’internet est un enjeu socio-économique. Et oui il y a eu des batailles pour l’obtention du .xxx ou du nom de domaine sexe.com.

L’Internet repose sur des normes, des règles non pas de transport mais de nommage.

Que désigne une adresse URL (Uniform Research Locator) ?

Vous arrivez à la lire comme suit : univ-poitiers.fr

Univ-poitiers est donc le domaine de l’Université de Poitiers dans le web, et le .fr indique le domaine de premier niveau qui est celui de la France. univ-poitiers.fr vous permet donc d’accéder à l’adresse IP 195.83.66.30, sans avoir à comment votre ordinateur localise cette ressource dans le réseau.

C’est donc à travers ce titre des racines et des URL que nous allons nous intéresser aux normes, aux règles de nommage sur l’Internet et plus précisément sur le web.

Est-ce important ?

Vous pouvez vous demander comment a-t-on pu choisir ce .fr pour se repérer sur le web ? Qui décide qui peut avoir ou non une extension de ce type ?

Je souhaiterais ici vous montrer quelle est l’importance de ce nom ou de ce que désigne ce nom de domaine dans le DNS (Domain name system). Que désigne-t-il ?

  • univ-poitiers.holidays
  • univ-poitiers.br
  • univ-poitiers.books

Ces trois extensions changent quelque peu le sens du nom de domaine.

Selon Y. Jeanneret, le préfixe joue un « rôle d’identifiant », le nom de l’organisation, de l’entreprise, de la ville, et le suffixe .fr, .com donne une « méta-information sur le contenu et évite les leurres ».

C’est largement du marketing sauf que dans les discours, on joue ici sur les questions de  sécurité et de confiance.

Le DNS, des roots dans l’Internet

En 1983, Paul Mockapetris met en place le système DNS, Domain Name system.

Alors le DNS comme vous pouvez le voir dans l’image ci-dessous, se divise en zones, domaines.

Ce système place tout en haut un serveur racine, autrement dit, des Roots dans l’Internet.

source: Wikipédia, modifiée par l'auteur

source: Wikipédia, modifiée par l’auteur

Il existerait 13 serveurs racines du DNS dans le monde, les points dans l’image, nommés de A à M. 10 sont situés aux USA, 1 à Stockholm (I), 1 à Amsterdam (K), 1 à Tokyo (M). Il faut également savoir qu’une entreprise américaine Verisign administre les serveurs racines A et J. Cette entreprise gère également les noms de domaines de 1er niveau, les extensions, .com, .net et .name. Elle est ce que l’on nomme un registre qui gère administrativement le .com. Elle signait également les certificats, etc. Administrer à la fois un serveur racine et gérer des extensions est donc discutable.

Revenons sur la notion de sécurité puisque le DNS assure une fonction de sécurité.

Qui assure cette sécurité? Il faut savoir que 14 personnes dans le monde détiennent une clé. Tous les 3 mois, lors d’une réunion, ou une cérémonie qui se déroule dans deux lieux aux États-Unis, ces personnes se réunissent afin de créer une « clé de chiffrement », « un mot de passe », soit un petit fichier texte. Une des détentrices de cette clé en Europe est suédoise : Anne-Marie Eklund-Löwinder[2].

Anne-Marie Eklund Löwinder, Une des 14 personnes dans le monde à détenir une clé de l'Internet

Anne-Marie Eklund Löwinder, Une des 14 personnes dans le monde à détenir une « clé de l’Internet »

Les TLD, Top-Level Domain ou extensions

En 1984, Postel et Reynolds ont rédigé un request for comments (RFC) que je définirai comme une documentation qui fixe les standards, les protocoles de l’internet.

Dans ce RFC 920, Postel et Reynolds ont donc créé les échelons supérieurs dans le DNS composé de 2 types de TLD:

  1. Les generic Top-Level Domain,nom de domaine générique (gTLD) (.gov, .edu, .com, .org, .mil)
  2. Les 244 TLD country-code ou code-pays (ccTLD). Un ccTLD correspond au code ISO 3166-1 du pays concerné, soit le .fr pour la France.

Sauf exceptions, le système reste stable à partir de ce RFC 920.

Ainsi le .gov n’est pas pour la France mais pour les États-Unis, la France ayant un .gouv.fr pour ces sites web institutionnels. En 1984, le Web n’existe pas encore, les ingénieurs divisent donc le nommage en priorisant certains acteurs.

Ce RFC fixe les responsabilités administratives du domaine. En France, c’est Association Française pour le Nommage Internet en Coopération qui depuis 1998 s’occupe de ce .fr. C’est-à-dire que l’AFNIC est responsable des usages qui sont faits de cette extension. Nous verrons plus tard que les marques sont assez pointilleuses sur cette responsabilité administrative des registres vis à vis des extensions.

L’ICANN contestée depuis 2000

Logo, source: Wikipédia

Logo, source: Wikipédia

L’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), fondée en 1998, par Jon Postel selon M. Castells, prend la responsabilité de ce nommage.

Jon Postel, source: Wikipédia

Jon Postel, source: Wikipédia

L’ICANN a pour missions d’assurer la stabilité, la sécurité et la résilience.

Pourquoi est-ce si important cette stabilité, cette sécurité et cette résilience ?

La stabilité, c’est le rôle des ingénieurs, faire que le réseau fonctionne.

La sécurité, c’est pour les acteurs économiques.

Pour comprendre la résilience, essayez d’imaginer un roseau. Il se tord mais il ne rompt pas. C’est la même chose en informatique, les pannes existent mais le réseau perdure. Dans un avion, on dédouble les circuits du pilote automatique. Si l’un des systèmes tombe en panne, le second prend la relève. L’ICANN et les ingénieurs anticipent ce que sera l’Internet dans 20 ans d’un point de vue technique et le réseau ne tombe pas (normalement) en panne.

Contestée par les États

Il existe différentes lectures de cette contestation, en voici une.

En 1995, les États-Unis ouvrent le web à des activités commerciales. Mais ce réseau n’est pas contrôlé et des domaines, des extensions se créent sans contrôle. Alors le Département du commerce américain à travers son agence National Telecommunications and Information administration (NTIA) publie un « green paper » et reçoit 650 commentaires pour savoir comment le DNS doit être géré. L’ICANN est alors créée comme une société qui est une organisation à but non lucratif sous droit californien, sous contrat avec le département du commerce. Plus précisément, l’ICANN a une délégation pour gérer l’IANA, (Internet Assigned Numbers Authority), soit le DNS, l’adressage IP et les protocoles de l’IETF (Internet Engineering Task Force). L’IETF est le groupe d’ingénieurs qui publie les RFC. Oui désolée là, il faut aimer les acronymes.

Bref, dans cette organisation, les gouvernements n’ont qu’un droit de consultation à travers le Governement Advisitory Commettee.  Voilà un réseau qui se développe, qui remet potentiellement en question leur rôle et ils ne sont que consultés !

Contestée par les usagers

Dès 2005, des demandes se multiplient pour l’ouverture de cet espace de nommage.

Le projet Catalan va constituer une faille dans les règles et les codes de l’ICANN et du DNS. Cette région n’ayant pas de code ISO 3166-1, elle n’a donc pas le droit à un code-pays selon le RFC 920. La Catalogne acquiert donc un sponsored Top-Level Domain, ou sTLD, ou nom de domaine sponsorisé comme le .museum.

Le .cat devient alors un modèle pour les porteurs de projet de TLD à caractère culturel et linguistique comme les .bzh (Bretagne), .eus (Pays Basque), .gal, devenu .cymru et wales, ou .scot (Ecosse). Cette extension est à l’époque un cas anomique du DNS. C’est par ce biais que je suis entrée dans la gouvernance de l’Internet, celle de la diversité linguistique et culturelle. Le .cat définit donc une « communauté culturelle et linguistique catalane » selon un code pour la représentation des noms de langues ISO 639-2.

Les Catalans ont démontré l’existence d’une communauté qui n’est pas territoriale donc non dépendante du code ISO 3166-1 mais qui est multi-territoriale puisque fondée sur sa langue et sa culture, donc dépendante du code pour la représentation des noms de langues, soit CAT pour le catalan.

Insérer le code des langues ou la possibilité de mettre en péril le DNS

Cette situation n’était pas aisée puisque le catalan est la langue d’Andorre. Donc ces 2 gouvernements membre du GAC, l’Andorre et l’Espagne, ont dû donner leur autorisation. En effet, le .cat ne devait pas porter préjudice au ccTLD de l’Espagne, .es. Outre l’obtention d’un nom de domaine générique à destination d’une « communauté culturelle et linguistique catalane », le .cat crée un « nous » identifiable sur le web. Ce nous a dorénavant un statut officiel, inscrit dans le dur du code, dans le DNS dès 2005. Les catalans ont institué ce « nous » sur le web en dehors des procédures classiques du politique, au-delà des frontières classiques d’un territoire politique.

En France, des demandes ont vu le jour suite à cette obtention d’une extension par la catalogne. Et comme pour le .cat, les .paris, .bzh, .alsace, .corsica ne doivent pas porter atteinte au .fr. Cela peut fait sourire, mais voilà comment on le discute. Le .bzh ne porterait-il pas atteinte à l’intégrité de la France? Ne souriez pas, ce sont les débats que j’ai entendus, compréhensibles si on ne s’intéresse pas au fonctionnement technique de l’Internet et du web, et que l’on voit tout réseau de communication comme un monopôle d’État, surtout en 2006. La question est certainement plus large et j’y reviendrais dans d’autres articles sur ce blog.

De 2005 à 2012 … une attente d’ouverture

Ainsi en 2012, soit 7 ans plus tard un guide de candidature et une procédure de candidature à de nouveaux noms de domaines génériques est lancé par l’ICANN.

La lenteur du lancement de la procédure s’explique par la recherche de consensus entre les multiples parties prenantes et les objectifs de sécurité pour les États et les marques, ou plus précisément le droit des marques. Quand F. Pasquale écrit que la distinction entre État et marché s’estompe dans son ouvrage Black box society (2015), cet exemple des extensions l’illustre assez bien. Les candidats à l’obtention d’un gTLD doivent donc établir un contrat avec l’ICANN pour devenir un registre et respecter les procédures mises en place par cette organisation. En France, c’est l’AFNIC qui gère les .paris, .bzh et .corsica même si ces trois extensions ont été portée par des collectives locales et territoriales. Au total, 1950 demandes sont déposées en 2012 lors de la campagne d’ouverture à de nouvelles extensions.

Cela fait un peu boule de neige.

Nous avons donc des ingénieurs, un gouvernement, les États-Unis, les autres États, le GAFA, les entreprises et leurs marques, mais également la société civile (des associations, des syndicats, des collectivités locales et territoriales), les ingénieurs (IETF) qui entrent dans ce jeu du DNS et des nouvelles extensions. Tous ces acteurs discutent l’autorité de l’ICANN. Mais ils n’ont pas les mêmes poids, la même représentation au sein de l’ICANN ni les mêmes objectifs. Ils travaillent sur la diversité et on leur oppose la stabilité et la sécurité. En effet, le DNS est une base de données mais il assure des missions de stabilité, de sécurité et de résilience indispensables aux acteurs économiques.

 Peut-on faire autrement? Oui

Alors si toutes ces personnes sont intéressées par le sujet, sont-elles représentées au sein de l’ICANN ? Est-ce nécessaire de maintenir ce système de DNS géré par l’ICANN et indirectement par le département du commerce américain ? Qu’en est-il des acteurs qui ne peuvent pas payer 180 000 dollars pour accéder à la procédure de dépôt en 2012 et payer 20 000 dollars par an de location d’une extension comme pour le .paris.

Ce dispositif est un consensus technique, un choix des ingénieurs qui s’applique aux acteurs sociaux et qui est encouragé par les marques. Ce consensus technique devient une convention et les acteurs acceptent d’y participer.

Pouzin père des datagrammes et membre du projet Cyclades, utilisé dans le protocole TCP/IP (l’Internet), considère qu’il est possible de faire sans l’ICANN[3]. Notons que la Chine est à l’extérieur de ce DNS géré par l’ICANN depuis 2006[4].

Louis Pouzin, source: Wikipédia

Louis Pouzin, source: Wikipédia

Pourquoi ce consensus technique est discutée. Par exemple, ll faut savoir que ce n’est qu’en 2010, que l’ICANN a ouvert les extensions à la diversité linguistique et culturelle, en sortant du format ASCII (Code standard américain pour l’échange d’information). Ce format ASCII très adapté pour la langue anglaise ne permet pas de représenter tous les caractères de toutes les langues dans le monde. Ainsi, les extensions étaient limités aux caractères de l’alphabet latin.

TLD Internationalisé, source: ICANN

TLD Internationalisés, source: ICANN

Sur les 7000 langues que compte le monde, il n’existait en 2015 que 47 ccTDL internationalisés pour 24 langues. Le choix est donc restreint et contraint[5]!

De plus quand vous obtenez un TLD, vous devez le louer environ 20 000 dollars par an. La société Open Root (www.open-root.eu) vend donc des hébergements d’extensions et l’extension elle-même, c’est-à-dire qu’ils ne la louent pas.

Poids des États contre poids des marques

L’ouverture de ces extensions a ramené le poids des États dans la gouvernance de l’Internet. Le .amazon déposé par l’entreprise Amazon, a été contesté par les pays d’Amérique Latine qui ont émis des objections auprès de l’ICANN. Le .wine et .vin ont été des sujets de discussion et de négociations par rapport aux AOP en France.

Il existe des critiques par rapport à ces normes techniques, juridiques, de marché, comportementales.

Massit Folléa le souligne à juste titre. « On dit que la norme sociale est formatée par la norme technique. En fait tout ce qui est possible techniquement n’est pas souhaitable socialement. [6]»

Le cas de l’ICANN en est un exemple. L’ICANN a une fonction technique, d’appui de la norme technique.

Le problème déjà souligné par Pierre Musso est que la technique ou la technologie, cet imaginaire de la technique vient colmater l’absence de stratégie politique. Or les normes techniques, juridiques du marché ont elles un projet.

Ce sont donc des logiques commerciales, marketing qui se lient à la gouvernance de l’Internet. Google a déposé ainsi plus de 100 extensions et Amazon, 76. La question se pose de posséder le .book et de diriger tous les internautes vers cette extension. Un des enjeux du nommage sur l’Internet et le web est donc l’orientation qui est faite des internautes pour l’accès à l’information. Ce monopole de l’orientation sur le web mis en place par une extension doit être interrogé, non du point de vue des États, des marques mais des usages.

  1. L’Internet, c’est une gouvernance à inventer, c’est multistakeholder

Quelle gouvernance peut-on concevoir avec de multiples acteurs aux intérêts divergents ?

Car l’Internet n’est pas un réseau de monopole d’état dans de nombreux pays. L’internet soulève des enjeux économiques, notamment par les usages qui se développent avec le web mais ce sont également des enjeux géopolitiques où l’actualité depuis 2013 est très intense. Je ne pourrai donc que vous la résumer partiellement ici.

Vous avez donc compris que l’Internet, et plus précisément les roots dans l’internet, ici le DNS renvoie à des choix et des enjeux politiques et surtout économiques.

Il faut savoir que depuis sa création l’ICANN a subi des crises, notamment sur la représentation des États ou de la société civile dans son bureau.

Une première fin de tutelle américaine, 2009

En 2009, la tutelle du département du commerce américain aurait été actée comme finie. En 2009, il été possible de lire que cette tutelle du département du commerce américain a pris fin le 30 septembre 2009 dans le cadre des nouveaux statuts de l’ICANN[7].

Il y est indiqué que « L’Internet est une technologie de transformation qui continuera d’habiliter/empowrement les gens à travers le monde, à stimuler l’innovation, à faciliter les échanges et le commerce, et à permettre la circulation libre et sans entrave de l’information. (…) Malgré cette décentralisation, la coordination technique globale de l’infrastructure sous-jacente de l’Internet – le DNS – est nécessaire pour assurer l’interopérabilité. » Il est donc mentionné dans ces statuts, ce point de stabilité technique. Ces nouveaux statuts renforcent également le poids du GAC (Governement advisitory Commettee) où sont présents les États. En effet, le gouvernement Espagnol s’était opposé au .cat au départ car les États n’acceptent pas le poids de la décision qui incombe à l’ICANN.

Le rôle de l’UTI (Union Internationale des télécommunications)

Lors de la consultation qui a précédé la création de l’ICANN, le gouvernement américain a refusé de transférer la gestion du DNS à l’UTI (Union Internationale des télécommunications), une agence de l’ONU où les États membres sont présents. Face à ce refus, l’UTI a obtenu en échange d’organiser le Sommet Mondial sur la Société de l’Information qui s’est déroulé la première fois en Suisse en 2003. En 2005, lors du Sommet de Tunis, il est convenu d’organiser une Forum sur la gouvernance de l’Internet (IGF) qui aura lieu en 2006 à Athènes. Mais c’est finalement en 2012 que les États se font le plus entendre sur cette question de la gouvernance de l’Internet.

« Nous devons défendre la liberté sur Internet»

Boris Beaud qualifie cet événement de fins d’Internet, ce qui reste discutable. L’Internet d’un point de vue technique demeure. Les valeurs qui ont prévalu à son développement sont quant à elles discutées, malmenées. Vinton Cerf, père de l’Internet, dans un article intitulé « Nous devons défendre la liberté sur Internet » (Le Monde.fr, 04 décembre 2012) dénonce une réunion à huit clos de l’UTI à Dubaï en 2012[8]. Dans cette réunion, des acteurs, et comme le souligne à juste titre Vinton Cerf, habitués à contrôler les moyens de communication, souhaitent réviser le « règlement des télécommunications internationales ». La Russie, mais également d’autres pays comme l’Iran, la Chine, l’Ouzbékistan font des propositions pour placer l’Internet sous gouvernance onusienne. Mais l’Internet est un réseau qui s’est construit sans centralité et dont tous les protocoles sont discutés, comme à l’IETF avec la publication des RFC ou au sein du W3C en toute « transparence », selon Vinton Cerf. La censure, l’entrave à l’innovation sont donc contestées par par Vinton Cerf qui travaille pour une entreprise, Google. Finalement, cette initiative de l’UTI n’aboutira pas.

On vous espionne

Un autre événement va marquer la gouvernance de l’Internet et permettre de discuter le rôle des États-Unis.

En 2013, Edward Snowden, informaticien pour les Central Intelligence Agency et National Security Agency rend public avec deux journalistes, Glenn Greenwald et Laura Poitras, le programme de surveillance PRISM.

Là les enjeux de la gouvernance de l’Internet se modifient quelque peu. La diversité, la liberté d’expression ou d’entreprendre, la co-gestion laissent place aux débats sur la protection de la vie privée contre la surveillance dite illégale.

Vers une transition au sein de l’ICANN?

En mars 2014, l’administration américaine, plus précisément la National Télécommunications and information Administration déclare vouloir « émanciper » l’ICANN de la tutelle du département du commerce américain[9]. La proposition comporte 4 principes :

  1. Support and enhance the multistakeholder model;
  2. Maintain the security, stability, and resiliency of the Internet DNS;
  3. Meet the needs and expectation of the global customers and partners of the IANA services; and,
  4. Maintain the openness of the Internet.

Dans la foulée, les 23 et 24 avril 2014, s’est tenu à Sao Paulo, le Net Mundial, ce sommet mondial des multiples parties prenantes sur le futur de la gouvernance de l’Internet où sont présents l’ICANN et les acteurs économique du forum de Davos. Le Brésil, fer de lance de la contestation de la domination américaine sur l’Internet a déjà annoncé vouloir avoir un câble sous-marin (Internet backbones) qui le relie directement à l’Europe. Les 9 principes énoncés ont déjà été détaillés dans cet article, je me focaliserai sur les deux notions du point 7 « internet governance process principles »[10] :

  • « Multistakeholder: Internet governance should be built on democratic, multistakeholder processes, ensuring the meaningful and accountable participation of all stakeholders, including governments, the private sector, civil society, the technical community, the academic community and users. .The respective roles and responsibilities of stakeholders should be interpreted in a flexible manner with reference to the issue under discussion.(…)
  • Accountable: Mechanisms for independent checks and balances as well as for review and redress should exist. Governments have primary, legal and political accountability for the protection of human rights »

 Deux principes sont donc à retenir :

Principe 1 : Multistakeholder: Ces multiples « actionnaires » doivent prendre en compte que l’Internet est un bien commun, un réseau de transport d’information, qui se partage avec les uns et les autres. Les États, les entreprises, les FAI, les entreprises du numérique, les associations, les syndicats, les collectifs d’usagers ou d’utilisateurs de l’internet participent à cette gouvernance de l’Internet. Tous sont donc réunis à travers des groupes d’intérêts pour négocier.

Principe 2 : Accountability ou redevabilité, est le « contrôle » par les membres, la communauté et par des procédures. Qui est responsable de quoi ? Le principe est la rétroaction et de rendre des comptes. Rappelez-vous, le film Adèle Blanc Sec et son enquête. A chaque échelon, un responsable désigne un exécutant qui doit faire avancer l’enquête, avec une succession entre le président, le ministre, le préfet, le commissaire pour régler l’affaire.

Capture BD Adèle Blanc Sec, T1, p. 10, éditions Casterman

Capture BD Adèle Blanc Sec, T1, p. 10, éditions Casterman

La « communauté » est donc rentrer dans un processus d’accountability. L’action n’étant pas rationnelle, il faut créer des procédures, rendre des comptes qui sont « descriptibles » en ethnométhodologie. Cette notion est très intéressante de part son histoire dans les travaux de H. Garfinkel (Recherches en ethnométhodologie, 2007) et de sa reprise par les gestionnaires. J’avoue mon interrogation première à la voir mobilisée à l’envi quant à cette question de la gouvernance de l’Internet. Mais cette notion d’accountability peut effectivement pour un chercheur permettre d’interroger les pratiques et leur régulation en-dehors de règles, de normes ou de standards.

Mathieu Weill président de l’AFNIC a participé à ce projet de transition qui a été acté le 10 mars 2016, lors de la 55èeme réunion de l’ICANN à Marrakech par la communauté et le board de l’ICANN. L’IANA qui gère les adresses IP deviendrait Post-transition IANA et l’ICANN une de ses composantes. Le changement est prévu pour le 30 septembre 2016. Le président de l’ICANN est maintenant suédois et se nomme Göran Marby.

Oui sauf que

Les États, comme la France, veulent avoir plus de contrôle et accusent cette transition de favoriser le GAFA [11].

Les ingénieurs accusent les États de vouloir contrôler le réseau tandis qu’eux souhaitent assurer la stabilité du réseau (cf. Vinton Cerf)

La société civile et les internautes veulent plus de diversité mais les États craignent une atteinte à l’intégrité de leur web territorial et les ingénieurs à une fragmentation du web. Ici États et ingénieurs ont un point d’accord.

Les États-Unis (élus et marques) souhaitent que l’ICANN reste sous droit californien pour la sécurité des affaires.

Conclusion

La gouvernance de l’Internet ne peut être celle d’un État, ni des États. L’histoire de l’Internet montre que les techniciens, les gouvernants, les entreprises et la société civile sont de multiples parties prenantes de cette gouvernance de l’Internet qui concerne la couche d’application du web.

Des changements au cours de l’année 2016 sont à prévoir au niveau de l’ICANN et de l’IANA, car le gouvernement américain ne peut plus asseoir sa légitimité et le maintien du statu quo au motif que le système est stable et sécurisé.

Mais les élections américaines et la faiblesse du temps de mise en place sont également des freins à ne pas négliger. Les États comme la France en général y voient la mainmise du GAFA, mais tous les États membres de l’UE n’ont pas la même position.

Des États comme le Brésil qui était également fers de lance du retour des États dans la gouvernance de l’Internet semblent quelque peu en retrait. Dans le même temps, l’Inde met en accusation Facebook sur sa volonté de restreindre l’accès à tous les services de l’Internet.

La gouvernance de l’Internet n’est pas celle des bons sentiments, des utopies sociétales ou techniques. L’enjeu n’est pas la gouvernance, mais le monopole ou l’oligopole qui semble se jouer dans un duo, entre États et entreprises. A moins que le travail des ingénieurs pour construire ce réseau et les demandes de la société civile et des internautes, d’un Internet comme un bien commun ne soient pas oubliés ?

[1] Cet article est issu de la conférence inaugurale présentée le 21 mars 2016 à Sciences Po Poitiers et des cours de Communication et libertés (numériques) et d’Intelligence territoriale dispensés à l’IAE de Poitiers. cf. publication: LE BECHEC M. (2014), Nouveaux noms de domaine génériques et ICANN : Un territoire en ligne au-delà des frontières classiques d’un territoire « physique » ?, in. Saleh I., Zacklad  M., Leleu-Merviel S., Jeanneret Y., Massou L., Roxin I., Soulages F., Bouhaï N., Frontières numériques, Paris, l’Harmattan, p. 145-16, disponible sur Academia.edu. Des entretiens sont menés depuis juillet 2015 avec Mathieu Crédou, Marie Berthelot de l’AFNIC que je remercie pour le temps qu’ils m’accordent.

[2] Wikipédia et pour les images Qui détient (vraiment) les clés d’Internet, GQ magazine, 2014, pour le contenu Internet est en réalité contrôlé par 14 personnes qui détiennent 7 clés secrètes, Journal du Net, 2014

[3] Louis Pouzin et ICANN ou Louis Pouzin et gouvernance de l’Internet;

[4] Chine: vers un grand schisme de l’Internet, Le Monde, 2010

[5]ICANN et diversité linguistique

[6]Françoise Massit-Folléa, vidéo

[7] ICANN, Transition, 2009

[8]Nous devons défendre la liberté sur internet, Vinton Cerf, Le Monde, 2012; Gouvernance du Net: un important sommet s’ouvre à Dubaï, 2012, Le Monde

[9]NTIA, 2014, annonce transition

[10]Net Mundial, 2014, PDF

[11][Icann] La France dénonce une mainmise des GAFA sur la gouvernance d’Internet, Journal du geek, 2016