La transposition: du territoire au web

Quelques lignes de l’introduction de ma thèse

Parfois le musicien souhaite changer d’instrument. Depuis dix ans, ses yeux déchiffrent, lisent, se détachent des mêmes partitions. Ses doigts se positionnent aux mêmes emplacements sur l’instrument. Le musicien produit des ondes qui frottent l’air pour essayer de produire le même son ou l’améliorer. Toutefois, aujourd’hui, le musicien a choisi de passer de la cornemuse à la flûte traversière. L’instrument, la position des doigts, le souffle, les lignes des notes sur la partition ne sont plus les mêmes. Désorienté, le musicien doit réapprendre à écouter, à sentir, à maîtriser et à faire vivre de nouvelles sonorités. Le musicien peut de nouveau se détacher de sa partition, glisser ses doigts sur son instrument et chercher de nouvelles sonorités.

Puis, un jour, le musicien fredonne une ancienne mélodie qu’il jouait à la cornemuse. Prenant son courage à deux mains, entre papier et essai avec son nouvel instrument afin de jouer sur la hauteur des notes, le musicien doit changer de tonalité, transposer l’ancienne mélodie de si bémol majeur en sol mineur. Il calcule les intervalles dans l’intention de mieux se rapprocher de la mélodie initiale. Toutefois, le musicien ne peut pas éviter l’altération de certaines notes. Toute transposition oblige une altération de certaines notes. Le musicien le sait mais par moments, il ne peut pas s’y résoudre.

Dans le cadre de mes travaux de doctorat, il conviendrait d’imaginer que la musicienne-doctorante se retrouve face à une nouvelle partition, une transposition de territoire « physique » en territoire « web ». Le territoire « physique » est le territoire au sens où il est pratiqué tous les jours dans l’espace « concret », « matériel » ou « réel ». Le territoire « web » est le territoire situé derrière un http://www. La musicienne-doctorante doit comprendre comment et pourquoi le territoire « physique » fonctionne aujourd’hui avec certaines notes, certaines partitions. Puis, la musicienne-doctorante doit chercher comment des milliers d’autres musiciens jouent sur la hauteur des notes ou autres éléments afin de transposer un territoire « physique » en territoire « web ».

La transposition oblige une altération de certaines notes. Quelles seraient les altérations entre un territoire « physique » et un territoire « web » ? Quelle méthode, quelles règles le musicien qui maîtrisait le territoire « physique » pourrait-il tester pour s’approprier un territoire « web », un « web territorial » ? Quelle note, quel son ne pourra-t-il pas retrouver sur son nouvel instrument ? D’ailleurs, le territoire « physique » est-il tout simplement transposable en territoire « web » ?

Je souhaite continuer ces travaux sur la transposition du territoire au web en prenant en compte ce qui circule sur le web, ce qui se propage, les imitations, les signes transposables, les marques, les traces et ceux qui les font circuler, des usagers aux plateformes web, en partageant mes réflexions. Je remercie mon collègue Camille Alloing de m’avoir soufflé cette idée d’écrire en ligne.

Territoires numériques et marques

La thématique générale de ce carnet sont les territoires numériques, la communication politique et les usages. Plus précisément, les territoires sont-ils transposables sur le web ? Quelles sont les entités en lien avec un territoire qui circulent sur le web ? Comment les acteurs en charge d’un territoire managent-ils cette circulation de ce que nous nommons des signes transposables ? En lien avec cette thématique, je m’intéresse aux politiques de l’ICANN et à la gouvernance de l’Internet. Je m’interroge de plus en plus sur la frontière entre territoire et marque suite à la dernière « ouverture » du DNS. Mes corpus sont constitués empiriquement et à l’aide de crawlers. Je traiterai donc également d’approches quali-quantitatives. Une réflexion sur les méthodes de traitement de corpus web à partir d’analyse de discours, d’analyse sémiotique, d’analyse de réseaux et de visualisation de graphes sera présente.