Note de lecture, Traces et territoires numériques, M. Severo et A. Romele, 2015

SEVERO M., ROMELE A. (2015), Traces numériques et territoires, Paris : Presses des mines, 268 p.

ISBN : 978-2-35671-206-6. En ligne : iet.hypotheses.org/55

Note de lecture

Le développement tant des outils numériques que des usages quotidiens par les habitants, les élus, les chercheurs amènent à étudier les territoires à partir de nouveaux attributs. Dans l’ouvrage dirigé par Marta Severo et Alberto Romele, cette étude des territoires prend pour objet de recherche les médias numériques qui produisent des traces qu’il est possible d’extraire, d’enregistrer, d’analyser et de visualiser. Cet ouvrage offre une diversité d’approches théoriques et méthodologiques sur ce sujet. Les 15 auteurs s’inscrivent dans différentes disciplines scientifiques : la géographie ; la sociologie ; la philosophie ; l’urbanisme ; l’information ; la communication ou sa variante numérique « les nouveaux médias ». Au fil des onze chapitres, des approches empiriques et théoriques complémentaires sur le traitement des traces numériques ouvrent la voie à de nouvelles études des territoires. Mais la question de la qualification de ce terme territoire reste ouverte, les auteurs étudient-ils un territoire « physique » et/ou « numérique » ?

source: Presses des Mines

source: Presses des Mines

Le premier chapitre, comme les trois suivants, composent une première partie dédiée à la restitution de travaux empiriques. Richard Rogers introduit dans le premier chapitre les big data dans la recherche sociale et politique. L’auteur souligne le risque d’observer plus le fonctionnement des réseaux sociaux numériques qu’une quelconque tendance sociétale. De plus, l’automatisation de la collecte néglige dans de trop nombreuses études l’éthique sur l’utilisation de ces données à caractère personnel tandis que le traitement par agrégation ou par localisation des données pour présenter des résultats peuvent conduire à une « cécité computationnelle », celle de leurs conditions de production au nom de la perspicacité. Les études numériques mettent en place alors de nouvelles métriques pour analyser le territoire basées sur l’activité des internautes dans un environnement propre qui est celui du web. Les trois tendances méthodologiques sont :

  • l’analytique culturelle (métrique des images, des selfies sous forme de grille) ;
  • la culturnomique (métrique linguistique visualisé sous forme de graphiques)
  • et, la cybermétrie (métrique des citations entre sites web visualisées sous forme de graphes).

Mais qui du chercheur ou de la plateforme, telle que Facebook, influence le choix de la méthode, s’interrogent Noortje Marres et Carolin Gerlitz dans le deuxième chapitre. Face à ce « troublant mystère méthodologique », les auteurs développent la notion prolifique de méthodes d’interfaces. Ces méthodes émergentes demeurent proches des intérêts et des démarches scientifiques et reposent dans le même temps, et indubitablement, sur les outils créés par les plateformes web pour le grand public. Ces instruments variés, des chercheurs et des industriels, entrent alors en résonance selon les auteurs.

Des méthodes, le troisième chapitre glisse vers le statut de ces données et la perplexité du chercheur face à ces données qui débordent des catégories déjà existantes et mobilisées dans le cadre des analyses des territoires. Nous dirons donc que les catégories se délitent dans cette analyse des territoires et du web. Après une définition des termes ou expressions data, big data, open data, c’est le terme soft data qui est retenu par Marta Severo et Alberto Romele. Ce terme soft data permet de les distinguer des hard data, ces données institutionnelles qui ne procurent pas de satisfaction aux décideurs publics. Pour ces auteurs, les soft data permettent surtout, dans une perspective immanente, de capter « l’instantanéité » de la vie des territoires. Les chercheurs souhaitent ici se trouver au plus près du temps du territoire, celui qui est vécu par les individus que les traces reflètent. Il est à noter qu’il n’est pas envisagé dans ce texte de croiser ces données institutionnelles avec des données issues d’acteurs économiques du web, méthode qui pourrait permettre de comprendre en quoi un territoire dans sa définition institutionnelle ne se duplique à l’identique sur les plateformes web ou les outils numériques. Dans le quatrième chapitre, Jos de Mul décrit l’identité de ces individus devenue une base de données. L’identité mise en données s’éloigne alors de la question du récit.

Le cinquième chapitre ouvre une deuxième partie constituée de quatre chapitres où des approches théoriques sont développées. Dominique Boullier décrit l’écume numérique des territoires, ou plus précisément ce que produisent les traces numériques. L’auteur détaille huit propriétés des territoires et trois agencements qui définissent chacun une architecture technique et de données d’une époque précise. Le fil conducteur de ce chapitre est la transposition de chacun de ces agencements. L’agencement topographique formé autour des notions de pouvoir et de frontières est transposé dans un agencement topologique reposant sur la distribution et l’accès qui est lui-même transposé dans un « territoire » à agencement chronologique. Ces trois agencements sont résumés p. 131 dans un tableau qui compare, par exemple, la centralité issue du premier agencement topographique avec la distribution du deuxième agencement topologique et les rumeurs, les issues qui se déploient sur le mode de la vibration dans ce dernier agencement défini comme chronologique. L’espace laisse place ici à l’analyse des temps des territoires de plus en plus volatiles, éphémères et l’auteur propose alors une analyse des écumes (concept repris à P. Sloterdijk) urbaines et territoriales.

Le sixième chapitre questionne les spatialités algorithmiques ou les attachements « éminemment » spatiaux des traces numériques. Boris Beaude développe deux concepts l’hypercentralité et la synchronisation. Pour l’auteur, les pratiques des individus se réalisent dans un nombre limité d’espaces et dans un temps qui se réagencent dans ce qui pourrait être nommé une « topochronie ». Le panorama des questions soulevées par l’auteur est important, dense et complexe à restituer :

  • la visualisation des données et la connaissance d’un environnement ;
  • l’exploration des traces et la révélation de leur potentiel ;
  • la recherche des traces par localisation ;
  • les perspectives des traces pour un territoire événement.

L’ensemble de ces représentations de l’espace comme la localisation des images de plateformes (Twitter, Panoramio, Facebook ou Tripadvisor) réduit alors le monde à l’individu, à la surveillance de ses traces et moins au sens produit par ses traces. Ce type de recherches reste très peu développé selon l’auteur.

Un travail de recherche en cours sur la localisation des traces sur ces plateformes de réseaux web nous laisse perplexe quant aux méthodes à développer pour analyser ce que nous nommons l’attachement territorial des traces, tant dans leur dimension spatiale que temporelle, ce que ces chapitres méthodologiques et théoriques montrent aisément.

C’est de la trace comme donnée dont il est question dans le septième chapitre, centré autour du concept d’hyperville développé en 10 tableaux par Franck Cormerais. L’hyperville se distingue des concepts de smartcity, de ville intelligente et de la gouvernance algorithmique. Il a pour but de définir un système contributif local, reposant sur des pratiques numériques de contributeurs qui participent aux communs, à la valorisation du territoire. Ce système contributif local repose sur un système local de données qui participent elles-mêmes à un « espace public digital ». Ces données sont produites par des fans. Reprenant la pharmacologie de B. Stiegler, l’auteur interroge alors son modèle de l’hyperville. Il conclue que les données et les pratiques numériques des contributeurs développent la base informationnelle individualisée de l’hyperville qui alimente ainsi le système contributif local.

Le huitième chapitre prolonge la réflexion théorique ouverte par les trois chapitres précédents, en interrogeant le « désir de data ». Les deux auteurs Maryse Carmes et Jean-Max Noyer sont les deux directeurs de la collection « territoires numériques » aux Presses des Mines, dans laquelle est éditée cet ouvrage. Pour ces deux auteurs, les données pour qu’elles sortent de leur pauvreté sémiotique des statistiques, des algorithmes et des graphes doivent rentrer dans le désirable par le biais de la narration mêlant open-data et marketing. Ces données sont donc localisées, territorialisées, re-territorialisées peut-être pour appuyer une institutionnalisation tout autant qu’un marketing territorial. S’éloignant du territoire ou des traces spatiales, les auteurs critiquent l’utilisation de ces données personnelles, de l’ontologie du client, des cartographies valuées par ce « tiers de confiance » qu’est le marketing ainsi que la performativité de son discours. La communauté au sens politique perd de sa substance pour aller vers des horizons post ou trans-humanistes définis à travers un semble de textes que les auteurs commentent au cours de la dernière partie de leur chapitre.

Le neuvième chapitre, quant à lui, entraîne le lecteur vers des exemples appuyés par des terrains d’analyse qui vont conduire toute cette dernière partie qui portera plus spécifiquement sur les pratiques professionnelles. Mathieu Noucher revient sur le savoir cartographique et les nouveaux acteurs de l’information géographique comme OpenstreetMap et Google Map. Si précédemment l’intentionnalité géographique pouvait se résumer aisément en une carte qui était contrôlée de la collecte de données à la localisation des données sur un fond de carte par un État pour asseoir son pouvoir, cette rhétorique de la carte est dorénavant critiquée. Les nouveaux acteurs offrent une nouvelle fabrique cartographique entre pratiques des « amateurs » dans un projet non lucratif et captation de traces dans un but lucratif. Cette nouvelle fabrique discute à la fois les référentiels géographiques, la capacités d’accès aux données et la personnalisation des cartes via les algorithmes. Que les traces soient laissées volontairement ou involontairement, personnalisées ou agrégées, c’est le « faire trace » (Jeanneret, 2011) qui permet d’écrire et de lire le territoire. Le processus de construction de la carte est ici judicieusement interrogé en observant cette construction cartographique entre le savoir cartographique et une sémiotique des cartes issue des SIC.

S’éloignant des cartes comme savoir géographique, Marta Severo et Laurent Beauguitte s’intéressent aux flux RSS. Dans le dixième chapitre, les auteurs proposent un regard critique sur les potentialités et les problèmes méthodologiques des traces numériques dans une définition de l’information géographique. L’analyse des dimensions spatiales dans l’actualité internationale s’appuie le plus généralement sur des bases de données privées, comme Factiva (Dow Jones). Les auteurs choisissent de les étudier à partir de 1304 flux RSS de la rubrique internationale du journal The New York Times. Les auteurs partent du postulat que le « web « 2.0 » » permet d’accéder à une information gratuite et en temps réel. Cette information s’avère tout de même coûteuse du fait des problèmes techniques et méthodologiques à résoudre pour automatiser leur qualification. Leur analyse conclue à une hiérarchie des lieux, une hypothèse qui reste valide depuis 50 ans (p. 233), et à la place prédominante des individus, célèbres et médiatiques, dans cette actualité internationale à dimension géographique.

Nicolas Douay et Maryvonne Prévost concluent cet ouvrage en analysant le rôle de la plateforme participative Carticipe dans les politiques urbaines. La carte même participative demeure un instrument de pouvoir selon les auteurs. Mais en s’intéressant plus précisément aux formes d’engagement, de participation et de négociation par la rencontre entre des savoirs d’experts et des savoirs d’habitants, ils décortiquent ces différents manière de « faire-carte » entre un territoire vécu ou administré. Le récit par entretiens plus que l’analyse des traces en elle-même présente le rôle prescriptif de ce dispositif sociotechnique au niveau de la participation. Cette participation, comme le concluent des travaux de recherche menés sur la thématique de la démocratie participative, est portée par des contributeurs ayant des activités militantes ou associatives, et avec pour thème le plus commenté celui des transports au niveau de l’open data. Les traces numériques du territoire ne sont pas analysées dans ce chapitre pour elles-mêmes mais mises en perspective avec les récits des créateurs de la plateforme et des contributeurs.

Pour conclure, cet ouvrage présente un panorama des questionnements théoriques et méthodologiques autour de la notion de « territoires numériques » et de « traces numériques ». L’extraction, la collecte, le traitement des données et la nécessité de repenser cette notion de territoire numérique sont balisées autant du point de vue des chercheurs que des praticiens. L’analyse des traces numériques, des territoires et la définition de nouvelles politiques urbaines ou territoriales doivent autant reposer sur des méthodes quantitatives que qualitatives. Poser en mise en garde dans l’ouverture de cet ouvrage, mais peu interroger par la suite, la question de l’éthique dans l’exploitation de ces traces ou de ces bases de données, de plus en plus liées à des individus, doit toujours être prise en compte dans ces études.

Pour répondre à la question initialement posée de qualification du terme territoire (est-il « physique » ou « numérique »?), nous soulignerons que l’ensemble de ces textes montre que le territoire est une construction dans le temps et qu’il se décompose en de multiples attributs. Chacun des textes présentés se propose d’analyser le territoire dans ses représentations sur le web ou à partir de méta-données enregistrées par les dispositifs numériques. Le territoire n’est pas plus physique, numérique que reconstruit à partir de l’analyse des traces des usagers du web et des dispositifs sociotechniques qui agencent ces traces eux-mêmes.

Open Data et commentaires des internautes sur l’activité politique

Un billet sur les travaux de recherche menés sur l’open data avec Isabelle Hare, enseignante-chercheure du laboratoire ELICO, isabelle.hare (at) sciencespo-lyon (dot) fr, @Isah74

En Suède, dès 1766, A. Chydenius demande un contrôle par les citoyens des décisions politiques pour qu’elles soient justes. En 2015, les fichiers informatiques de l’administration suédoise se retrouvent sur Hitta.se, par exemple. Ainsi, il est aisé de connaître l’adresse, le numéro de sécurité sociale, le numéro de téléphone, le montant des revenus, le patrimoine imposable et l’état civil de son voisin. Or quand le terme open data est évoqué, notamment en France, c’est l’administration, le politique ou l’entreprise qui se doivent de fournir des données. En France, la CNIL, haute Autorité créée suite au projet SAFARI et la loi Informatique et libertés de 1978, modifiée en 2004, définit l’open data comme suit :

« Les « données ouvertes  » (ou open data) sont les données qu’un organisme met à la disposition de tous sous forme de fichiers numériques dans un objectif de transparence ou pour permettre leur libre réutilisation. » (source : www.cnil.fr).

Régulièrement, www.data.gouv.fr, plate-forme ouverte des données publiques françaises créée en 2011, donne accès à de nouveaux jeux de données. Ces données accessibles sont définies par la Cada, la Commission d’accès aux documents, créée par

« la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 qui reconnaît à toute personne le droit d’obtenir communication des documents détenus dans le cadre de sa mission de service public par une administration, quels que soient leur forme ou leur support » (source : www.cada.fr).

Les restrictions dans cet accès aux données sont donc les données liées à la vie privée et au secret des affaires. Simon Chignard (2012), dans son ouvrage, souligne que les données mises en circulation par les collectivités locales et territoriales concernent principalement le transport. L’ouverture à ces données ou informations de part leur agencement pose la question de l’anonymisation de ces dernières et amène également des critiques sur la réutilisation de ces données par des entreprises pour la fourniture de services payants.

Dans ce billet, l’open data a pour thème la mise à disposition de données par une institution sur son fonctionnement, ses pratiques. Cette « transparence » pourrait ainsi offrir la possibilité au citoyen de voir ce qui se joue dans les coulisses de l’Assemblée nationale, rendrait les élus plus accessibles et pourquoi pas, permettrait d’accroître la confiance dans l’action politique.

C’est sur la question initiale d’A. Chydenius du contrôle citoyen, ou plus précisément ici du commentaire d’un « citoyen-veilleur » qui s’exprime sans exercer de contrôle sur la décision ou l’action politique que je souhaite présenter le travail mené depuis deux ans avec Isabelle Hare, enseignante-chercheure du laboratoire ELICO.

Donner du sens à ces données

En effet, prenons le cas du Cablegate et de ces 251 287 documents. Qui peut lire un tableur comportant autant de lignes de données ?

Dans le cas du Cablegate, cinq journaux ont été associés pour traduire partiellement les documents en l’anglais pour leur public national. Vous pouvez encore voir un exemple à l’adresse url suivante : http://www.lemonde.fr/international/visuel/2010/12/06/wikileaks-lire-les-memos-diplomatiques_1449709_3210.html. Pour donner des repères dans cette pléthore de documents, chacun des journaux a fourni une mise en forme et une mise en scène des documents avec des métadonnées associées qui ont permis une répartition géographique, un classement par date ou par personne citée. Cette mise en forme par date, par lieux géographiques ou par thématiques rappelle la mise en forme de tout logiciel de veille vendu à une organisation pour analyser sa réputation ou sa e-réputation (C. Alloing).

Donner un sens à ces données est donc également un des objectifs. Mais pour que ces données soient exploitables par d’autres, il faut penser à l’interopérabilité et au standard qui est régulièrement évoqué sur cette question et qui rappelle le web de données développé par T. Berners Lee. Et, les huit principes définis par L. Lessig et O’Reilly le mentionnent. Ces données doivent être données complètes ; des données brutes, des données à jour ; des données accessibles à tous, pour tous les usages ; des données dont le traitement peut-être automatisé ; un accès non-discriminant ; un format non propriétaire ; des licences libres.

L’association Regards Citoyens via le site web www.nosdeputes.fr rend accessible des données diffusées par l’Assemblée nationale et le Journal officiel en appliquant les principes précédemment énoncés. L’association permet également le commentaire des internautes suite à l’ouverture d’un compte.

Isabelle Hare développe en ce sens une analyse du dispositif mis en place sur nosdeputes.fr par rapport au « gouvernement des chiffres ». Ce dispositif objective l’action politique par la mise en statistiques et subjective par la présence des commentaires des internautes, qui peuvent commenter l’activité parlementaire.

Je vais développer dans ce billet les commentaires publiés par les internautes. Contrairement à ce qui pourrait être attendu, nous ne parlerons pas de hoax ou de troll, qui dans le corpus de 3560 commentaires réduits à 3057 commentaires postés par 219 inscrits que nous étudions n’ont pas été déterminants à ce stade de l’analyse. Les internautes commentent l’activité d’un député et nous avons classé manuellement ces commentaires selon 41 thématiques différentes.

L’open data et transparence 

Une des hypothèses d’I. Hare étaient est-ce que l’approche des élections amène une augmentation de la fréquentation de ce dispositif ? C’est ici que nous nous avons commencé l’aventure ensemble. Dans une démarche empirique, j’ai commencé à arpenter page par page le site web et à compter manuellement. Les chiffres montraient une corrélation entre temps d’élection et inscription sur la plate-forme (Hare, Le Béchec, 2014).

Source: Hare I, Le Béchec M, 2014

Source: LE BECHEC M., 2014

Mais les étapes de vérification de ce travail manuel étaient chronophages. J’ai pu automatiser cette vérification et le travail exploratoire grâce à un programme informatique développé par P. Barnoux, informaticien qui nous a permis de travailler les données via l’API. L’image suivante résume parfaitement l’intérêt dans ce cas de l’automatisation…

ource: http://www.yvangodard.me/personnaliser-template-libreoffice-word-donnees-annuaire-ldap/

Source: http://www.yvangodard.me/personnaliser-template-libreoffice-word-donnees-annuaire-ldap/

Les fonctions basiques d’un tableur nous permettent donc d’étudier la répartition par date et l’activité du député commentée, comme dans la figure suivante.

Figure 1. Pourcentage des 3057 commentaires de nosdeputes.fr selon à l’activité du député (M. Le Béchec)

Figure 1. Pourcentage des 3057 commentaires de nosdeputes.fr selon à l’activité du député (LE BECHEC M., 2015)

Mais l’intérêt ici d’analyser les commentaires publiés par les inscrits sur le site web. Nous passons de ce fait à l’analyse des interactions (unidirectionnelles ici) avec le discours ou l’activité politique. Unidirectionnelles car les acteurs politiques ne participent pas à la réponse, « toujours en attente de réponse… !!!! » est un des commentaires. Les internautes demandent ou s’adressent à leur député en utilisant parfois une forme épistolaire ou imitant la prise de parole dans l’hémicycle (« Madame, Messieurs les députés, (…) »). Ils peuvent également encourager l’activité de leur représentant « bravo mr le Député et vive la France ». Les commentaires sont des jugements sur l’activité des députés: les termes /bien/ et /mauvais/ sont mentionnés respectivement 910 et 45 fois.

Dans le dispositif mis en place par l’association Regards Citoyens qui fait un travail remarquable de compilation des données, nous pourrions effectivement revenir à la noble proposition d’A. Chydenius ou d’un avatar de la « démocratie participative » (A. Coutant, 2012). Mais en naviguant sur nosdeputes.fr, l’internaute n’est-il pas poussé au paroxysme de la « transparence nue », cette tyrannie de la transparence (L. Lessig, 2009) ? En effet dans les commentaires nous pouvons lire clairement : « « (…) je suis d accord sur le nombre eccessifs d élus a tous les niveaux c est largent du peuple qui est gaspillés a tous les vents en frais divers que chacun va tenter de justifier déplacements repas ect, alors ellagons toutes ces dépenses inutiles budgetivores il faut alléger,, et ce a tous les niveaux car si on laisse faire comme d’habitude ce sera les plus petits qui seront virés par ceux d’en hauts, beaucoup de français demandent la suppression pure et simple du sénat, ou 350 sénateurs siègent pr faire quoi en réalité rien ! si non faire comme si, ces milliards sont engloutis là quant aux députés 576 alors que les US en comptent 350 ? bien sur que ce n’est pas eux qui vont se voter une suppression de la moitié des députés, et la france s’en porterait beaucoup mieux quand aux économies faites, j’ai pu vérifier l’activité du député qui me représente, intervention question dans l année = zéro ! voila un bel exemple d’utilité ! »

« j’ai pu vérifier l’activité du député qui me représente » dans ce commentaire souligne cette corrélation entre mise en calcul de l’activité et une évaluation positive ou négative de l’activité du député. Or L. Lessig le souligne très bien. Cette « transparence nue » fait disparaître la complexité de l’enjeu, celui de la confiance dans le politique. Et les limites de cette transparence est qu’elle ne met pas en place de nouveaux modes d’actions politiques mais la défiance, terme que nous reprenons avec I. Hare à P. Rosanvallon (2008).

 Analyse textuelle de la défiance

 Nosdeputes.fr permet donc aux internautes d’accéder par les données quantitatives à leurs représentants élus à l’Assemblée nationale. Il participe pleinement à cette tendance du web qui s’engage dans la formation du jugement citoyen et revendique la transparence des institutions, rappelant la « maison de verre » de N. Wiener. Néanmoins, l’espace de débats fait défaut laissant place à la juxtaposition de chiffres, de discours et de commentaires, forme de confrontation entre le politique et le citoyen. La lecture de Rosanvallon nous a permis de travailler une notion, celle de la défiance citoyenne. La défiance citoyenne se construit à partir de trois paramètres (Rosanvallon, 2008) : la vigilance, la dénonciation et la notation. Si nous essayons de voir à quel moment chacun de ces points est “activé” sur nosdeputes.fr, nous pouvons dire que la vigilance commencerait au moment de l’inscription de l’internaute sur le site web, la dénonciation serait l’apanage des commentaires réagissant à l’activité politique “déviante” et enfin la notation permettrait d’“expertiser” la compétence des gouvernants. Nous notons qu’aucun système de notation ou de recommandation n’est développé formellement sur nosdeputes.fr à ce jour. Le pouvoir de surveillance pourrait donc être envisagé comme un “contre-pouvoir qui pallie les dysfonctionnements du système représentatif (…) : il est compris comme un moyen d’ériger la défiance en vertu démocratique active” ‘(Rosanvallon, 2008 : 36).

Figure 1. Graph of similarities about the comments of users, nosdeputes.fr, April 17th, 2015, Iramuteq software (LE BECHEC M.)

Figure 1. Graph of similarities about the comments of users, nosdeputes.fr, April 17th, 2015, Iramuteq software (LE BECHEC M., 2015)

 Petit aparté méthodologique : Le précédent exemple de commentaire nous permettra de faire un autre billet sur l’usage d’IRAMUTEQ, développé par Ratinaud P. et Marchand P. pour leur analyse. Le potentiel d’analyse est impressionnant mais le traitement préliminaire m’interroge beaucoup. Par chance, nous n’avons pas croisé d’émoji <3

 Ce travail sur les commentaires des internautes nous permet de travailler sur les statuts et le faire-agir de cette participation scripturale (F. Rebillard, 2007). Les actions coordonnées de plusieurs internautes dans ce corpus se retrouvent dans le débat sur le statut des sages-femmes à l’Assemblée nationale ou le projet de loi sur le mariage. Mais le relevé de commentaire dupliqué, redondant ne nous permet d’approcher des formes de lobbying, ni d’engagement citoyen à partir de ces commentaires.

Le territoire numérique de marques ici est dans une approche plus politique de l’espace public numérique. La constitution de ce corpus en février 2014 puis janvier 2015 m’offre la possibilité de travailler sur la place des internautes sur des questions politiques en découvrant une nouvelle méthode passionnante qu’est l’analyse textuelle et son croisement potentiel avec l’analyse de réseaux.

Bibliographie

CHIGNARD S., 2012, Open data : comprendre l’ouverture des données publiques, Fyp, et son blog, http://donneesouvertes.info/

COUTANT A. (dir.), 2012, Internet et politique, Essentiel d’Hermès

FOUCAULT M., 1993, Surveiller et Punir, Gallimard

HARE I., 2012, Les élections législatives de juin 2012. Nosdeputes.fr, carnet de bonne conduite politique. Politics, Media and France’s Electoral Year 2011/2012, Nottingham University, 2012

HARE, I., LE BECHEC, M., 2014, L’Open data : un acteur au service de l’espace public ? in LINAERT F., ZLITNI S., La communication électronique : enjeux, stratégies, opportunités, Lambert-Lucas, p. 185-198

LE BECHEC, M., HARE, I., 2015, Open data as political web archives. Web Archives as scholarly Sources: Issues, Practices and Perspectives, Jun 2015, Aarhus, Denmark. 2015,http://resaw.eu/, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01180691

LESSIG Lawrence, 2009, Againt Transparency. Newrepublic.com. http://www.newrepublic.com/article/books-and-arts/against-transparency?page=0,0

RATINAUD P., MARCHAND P., 2012, Application de la méthode ALCESTE à de « gros » corpus et stabilité des « mondes lexicaux »: analyse du « Cable-Gate » avec IraMuTeQ. Actes des 11eme JADT (p. 835-844). Liège

REBILLARD Franck, 2007, Le web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’internet, L’Harmattan

ROSANVALLON P., 2008, La contre-démocratie, Points

WIENER Norbert, trad. Mistoulon, 2014, Cybernétique et société. L’usage humain des êtres humains, Points