Note de lecture, Traces et territoires numériques, M. Severo et A. Romele, 2015

SEVERO M., ROMELE A. (2015), Traces numériques et territoires, Paris : Presses des mines, 268 p.

ISBN : 978-2-35671-206-6. En ligne : iet.hypotheses.org/55

Note de lecture

Le développement tant des outils numériques que des usages quotidiens par les habitants, les élus, les chercheurs amènent à étudier les territoires à partir de nouveaux attributs. Dans l’ouvrage dirigé par Marta Severo et Alberto Romele, cette étude des territoires prend pour objet de recherche les médias numériques qui produisent des traces qu’il est possible d’extraire, d’enregistrer, d’analyser et de visualiser. Cet ouvrage offre une diversité d’approches théoriques et méthodologiques sur ce sujet. Les 15 auteurs s’inscrivent dans différentes disciplines scientifiques : la géographie ; la sociologie ; la philosophie ; l’urbanisme ; l’information ; la communication ou sa variante numérique « les nouveaux médias ». Au fil des onze chapitres, des approches empiriques et théoriques complémentaires sur le traitement des traces numériques ouvrent la voie à de nouvelles études des territoires. Mais la question de la qualification de ce terme territoire reste ouverte, les auteurs étudient-ils un territoire « physique » et/ou « numérique » ?

source: Presses des Mines

source: Presses des Mines

Le premier chapitre, comme les trois suivants, composent une première partie dédiée à la restitution de travaux empiriques. Richard Rogers introduit dans le premier chapitre les big data dans la recherche sociale et politique. L’auteur souligne le risque d’observer plus le fonctionnement des réseaux sociaux numériques qu’une quelconque tendance sociétale. De plus, l’automatisation de la collecte néglige dans de trop nombreuses études l’éthique sur l’utilisation de ces données à caractère personnel tandis que le traitement par agrégation ou par localisation des données pour présenter des résultats peuvent conduire à une « cécité computationnelle », celle de leurs conditions de production au nom de la perspicacité. Les études numériques mettent en place alors de nouvelles métriques pour analyser le territoire basées sur l’activité des internautes dans un environnement propre qui est celui du web. Les trois tendances méthodologiques sont :

  • l’analytique culturelle (métrique des images, des selfies sous forme de grille) ;
  • la culturnomique (métrique linguistique visualisé sous forme de graphiques)
  • et, la cybermétrie (métrique des citations entre sites web visualisées sous forme de graphes).

Mais qui du chercheur ou de la plateforme, telle que Facebook, influence le choix de la méthode, s’interrogent Noortje Marres et Carolin Gerlitz dans le deuxième chapitre. Face à ce « troublant mystère méthodologique », les auteurs développent la notion prolifique de méthodes d’interfaces. Ces méthodes émergentes demeurent proches des intérêts et des démarches scientifiques et reposent dans le même temps, et indubitablement, sur les outils créés par les plateformes web pour le grand public. Ces instruments variés, des chercheurs et des industriels, entrent alors en résonance selon les auteurs.

Des méthodes, le troisième chapitre glisse vers le statut de ces données et la perplexité du chercheur face à ces données qui débordent des catégories déjà existantes et mobilisées dans le cadre des analyses des territoires. Nous dirons donc que les catégories se délitent dans cette analyse des territoires et du web. Après une définition des termes ou expressions data, big data, open data, c’est le terme soft data qui est retenu par Marta Severo et Alberto Romele. Ce terme soft data permet de les distinguer des hard data, ces données institutionnelles qui ne procurent pas de satisfaction aux décideurs publics. Pour ces auteurs, les soft data permettent surtout, dans une perspective immanente, de capter « l’instantanéité » de la vie des territoires. Les chercheurs souhaitent ici se trouver au plus près du temps du territoire, celui qui est vécu par les individus que les traces reflètent. Il est à noter qu’il n’est pas envisagé dans ce texte de croiser ces données institutionnelles avec des données issues d’acteurs économiques du web, méthode qui pourrait permettre de comprendre en quoi un territoire dans sa définition institutionnelle ne se duplique à l’identique sur les plateformes web ou les outils numériques. Dans le quatrième chapitre, Jos de Mul décrit l’identité de ces individus devenue une base de données. L’identité mise en données s’éloigne alors de la question du récit.

Le cinquième chapitre ouvre une deuxième partie constituée de quatre chapitres où des approches théoriques sont développées. Dominique Boullier décrit l’écume numérique des territoires, ou plus précisément ce que produisent les traces numériques. L’auteur détaille huit propriétés des territoires et trois agencements qui définissent chacun une architecture technique et de données d’une époque précise. Le fil conducteur de ce chapitre est la transposition de chacun de ces agencements. L’agencement topographique formé autour des notions de pouvoir et de frontières est transposé dans un agencement topologique reposant sur la distribution et l’accès qui est lui-même transposé dans un « territoire » à agencement chronologique. Ces trois agencements sont résumés p. 131 dans un tableau qui compare, par exemple, la centralité issue du premier agencement topographique avec la distribution du deuxième agencement topologique et les rumeurs, les issues qui se déploient sur le mode de la vibration dans ce dernier agencement défini comme chronologique. L’espace laisse place ici à l’analyse des temps des territoires de plus en plus volatiles, éphémères et l’auteur propose alors une analyse des écumes (concept repris à P. Sloterdijk) urbaines et territoriales.

Le sixième chapitre questionne les spatialités algorithmiques ou les attachements « éminemment » spatiaux des traces numériques. Boris Beaude développe deux concepts l’hypercentralité et la synchronisation. Pour l’auteur, les pratiques des individus se réalisent dans un nombre limité d’espaces et dans un temps qui se réagencent dans ce qui pourrait être nommé une « topochronie ». Le panorama des questions soulevées par l’auteur est important, dense et complexe à restituer :

  • la visualisation des données et la connaissance d’un environnement ;
  • l’exploration des traces et la révélation de leur potentiel ;
  • la recherche des traces par localisation ;
  • les perspectives des traces pour un territoire événement.

L’ensemble de ces représentations de l’espace comme la localisation des images de plateformes (Twitter, Panoramio, Facebook ou Tripadvisor) réduit alors le monde à l’individu, à la surveillance de ses traces et moins au sens produit par ses traces. Ce type de recherches reste très peu développé selon l’auteur.

Un travail de recherche en cours sur la localisation des traces sur ces plateformes de réseaux web nous laisse perplexe quant aux méthodes à développer pour analyser ce que nous nommons l’attachement territorial des traces, tant dans leur dimension spatiale que temporelle, ce que ces chapitres méthodologiques et théoriques montrent aisément.

C’est de la trace comme donnée dont il est question dans le septième chapitre, centré autour du concept d’hyperville développé en 10 tableaux par Franck Cormerais. L’hyperville se distingue des concepts de smartcity, de ville intelligente et de la gouvernance algorithmique. Il a pour but de définir un système contributif local, reposant sur des pratiques numériques de contributeurs qui participent aux communs, à la valorisation du territoire. Ce système contributif local repose sur un système local de données qui participent elles-mêmes à un « espace public digital ». Ces données sont produites par des fans. Reprenant la pharmacologie de B. Stiegler, l’auteur interroge alors son modèle de l’hyperville. Il conclue que les données et les pratiques numériques des contributeurs développent la base informationnelle individualisée de l’hyperville qui alimente ainsi le système contributif local.

Le huitième chapitre prolonge la réflexion théorique ouverte par les trois chapitres précédents, en interrogeant le « désir de data ». Les deux auteurs Maryse Carmes et Jean-Max Noyer sont les deux directeurs de la collection « territoires numériques » aux Presses des Mines, dans laquelle est éditée cet ouvrage. Pour ces deux auteurs, les données pour qu’elles sortent de leur pauvreté sémiotique des statistiques, des algorithmes et des graphes doivent rentrer dans le désirable par le biais de la narration mêlant open-data et marketing. Ces données sont donc localisées, territorialisées, re-territorialisées peut-être pour appuyer une institutionnalisation tout autant qu’un marketing territorial. S’éloignant du territoire ou des traces spatiales, les auteurs critiquent l’utilisation de ces données personnelles, de l’ontologie du client, des cartographies valuées par ce « tiers de confiance » qu’est le marketing ainsi que la performativité de son discours. La communauté au sens politique perd de sa substance pour aller vers des horizons post ou trans-humanistes définis à travers un semble de textes que les auteurs commentent au cours de la dernière partie de leur chapitre.

Le neuvième chapitre, quant à lui, entraîne le lecteur vers des exemples appuyés par des terrains d’analyse qui vont conduire toute cette dernière partie qui portera plus spécifiquement sur les pratiques professionnelles. Mathieu Noucher revient sur le savoir cartographique et les nouveaux acteurs de l’information géographique comme OpenstreetMap et Google Map. Si précédemment l’intentionnalité géographique pouvait se résumer aisément en une carte qui était contrôlée de la collecte de données à la localisation des données sur un fond de carte par un État pour asseoir son pouvoir, cette rhétorique de la carte est dorénavant critiquée. Les nouveaux acteurs offrent une nouvelle fabrique cartographique entre pratiques des « amateurs » dans un projet non lucratif et captation de traces dans un but lucratif. Cette nouvelle fabrique discute à la fois les référentiels géographiques, la capacités d’accès aux données et la personnalisation des cartes via les algorithmes. Que les traces soient laissées volontairement ou involontairement, personnalisées ou agrégées, c’est le « faire trace » (Jeanneret, 2011) qui permet d’écrire et de lire le territoire. Le processus de construction de la carte est ici judicieusement interrogé en observant cette construction cartographique entre le savoir cartographique et une sémiotique des cartes issue des SIC.

S’éloignant des cartes comme savoir géographique, Marta Severo et Laurent Beauguitte s’intéressent aux flux RSS. Dans le dixième chapitre, les auteurs proposent un regard critique sur les potentialités et les problèmes méthodologiques des traces numériques dans une définition de l’information géographique. L’analyse des dimensions spatiales dans l’actualité internationale s’appuie le plus généralement sur des bases de données privées, comme Factiva (Dow Jones). Les auteurs choisissent de les étudier à partir de 1304 flux RSS de la rubrique internationale du journal The New York Times. Les auteurs partent du postulat que le « web « 2.0 » » permet d’accéder à une information gratuite et en temps réel. Cette information s’avère tout de même coûteuse du fait des problèmes techniques et méthodologiques à résoudre pour automatiser leur qualification. Leur analyse conclue à une hiérarchie des lieux, une hypothèse qui reste valide depuis 50 ans (p. 233), et à la place prédominante des individus, célèbres et médiatiques, dans cette actualité internationale à dimension géographique.

Nicolas Douay et Maryvonne Prévost concluent cet ouvrage en analysant le rôle de la plateforme participative Carticipe dans les politiques urbaines. La carte même participative demeure un instrument de pouvoir selon les auteurs. Mais en s’intéressant plus précisément aux formes d’engagement, de participation et de négociation par la rencontre entre des savoirs d’experts et des savoirs d’habitants, ils décortiquent ces différents manière de « faire-carte » entre un territoire vécu ou administré. Le récit par entretiens plus que l’analyse des traces en elle-même présente le rôle prescriptif de ce dispositif sociotechnique au niveau de la participation. Cette participation, comme le concluent des travaux de recherche menés sur la thématique de la démocratie participative, est portée par des contributeurs ayant des activités militantes ou associatives, et avec pour thème le plus commenté celui des transports au niveau de l’open data. Les traces numériques du territoire ne sont pas analysées dans ce chapitre pour elles-mêmes mais mises en perspective avec les récits des créateurs de la plateforme et des contributeurs.

Pour conclure, cet ouvrage présente un panorama des questionnements théoriques et méthodologiques autour de la notion de « territoires numériques » et de « traces numériques ». L’extraction, la collecte, le traitement des données et la nécessité de repenser cette notion de territoire numérique sont balisées autant du point de vue des chercheurs que des praticiens. L’analyse des traces numériques, des territoires et la définition de nouvelles politiques urbaines ou territoriales doivent autant reposer sur des méthodes quantitatives que qualitatives. Poser en mise en garde dans l’ouverture de cet ouvrage, mais peu interroger par la suite, la question de l’éthique dans l’exploitation de ces traces ou de ces bases de données, de plus en plus liées à des individus, doit toujours être prise en compte dans ces études.

Pour répondre à la question initialement posée de qualification du terme territoire (est-il « physique » ou « numérique »?), nous soulignerons que l’ensemble de ces textes montre que le territoire est une construction dans le temps et qu’il se décompose en de multiples attributs. Chacun des textes présentés se propose d’analyser le territoire dans ses représentations sur le web ou à partir de méta-données enregistrées par les dispositifs numériques. Le territoire n’est pas plus physique, numérique que reconstruit à partir de l’analyse des traces des usagers du web et des dispositifs sociotechniques qui agencent ces traces eux-mêmes.

Territoires numériques de marques : transposition et/autorités (synthèse) par C. Alloing et M. Le Béchec

Image

Territoire numériques de marques : transposition et/ou autorités. JE organisée le 16 avril 2015 à l’université de Poitiers et plus précisément, au laboratoire CEREGE de l’IAE de Poitiers.

Camille (caddE-reputation) et moi-même avons essayé de synthétiser (voir vidéo) les communications en suivant l’objectif scientifique de la journée.

Camille reprend le slide d’introduction et synthétise les questions et réponses soulevées par les intervenants.

C Alloing M Lebechec Synthèse JE Territoires numériques de marques

C Alloing M Lebechec Synthèse JE Territoires numériques de marques

 

  1. Première question : Les troisièmes générations des SHS présentées par Dominique Boullier s’appuient sur la collecte et l’analyse d’opinions et de traces issues principalement de plateformes qui deviennent elles-mêmes des marques. Ces plateformes feraient donc autorité. La question est donc reformulée : au-delà des marques y-a-t-il des territoires ou les territoires deviennent-ils comme nous-mêmes des marques ?
  2. Deuxième question : Le profil présenté par Louise Merzeau peut être défini comme une matrice qui agrège et qui permet d’articuler des représentations et des parcours d’individus. Ce profil est individuel mais traversé par des communautés.
  3. Troisième question : Laurence Allard soulève la dimension du temps dans l’analyse des usages. Cette question de temps est également pertinente par rapport aux flux que nous devons capter nous chercheur continuellement. Comment représenter ces aspects temporels ? Est-ce par les effets émotionnels et affectifs qu’ils peuvent générer et l’emploi de nouveaux signes ou de nouveaux marqueurs ?
  4. Quatrième question : Nathalie Pinède interroge plus que la projection par l’identité numérique. C’est l’articulation de la mise en usage et la mise en évaluation, en calcul – cette algorithmie de soi- qui permet d’ouvrir des pistes sur le positionnement des organisations ou de leurs identités qui leur offre ainsi l’opportunité d’agir sur leur territoire.
  5. Cinquième question : Existe-t-il des formes de territoire de la résistance, s’interrogent André Leroux, Marinette Thébault et Thomas Stenger. Existe-t-il des territoires de la résistance à la consommation ? Existe-t-il une évolution dans le temps des actions pour certaines tranches d’âge ? Les usages peuvent varier selon la connaissance des outils du web et être vus comme une forme de résistance ce qui pour d’autres est vu comme des usages banalisés. Existe-t-il d’autres indicateurs pour qualifier des comportements de résistance ou est-ce une banalisation de la résistance qui est affirmée ?

J’interviens ensuite sur les thématiques et les méthodes présentées lors de la journée d’étude.

Du point de vue des thématiques abordées, même si les organisations étaient convoquées dans l’objectif scientifique de la journée c’est le soi-profil qui prend place. Ce soi-profil devient-il quantifiable, traçable de part sa présence dans des territoires numériques ? Nous avons eu la proposition d’aller vers un régime d’activation sociale des traces, variable dans le temps et qui repose sur une mise en scène de soi. Mais nous pourrions également devenir des signes, des émojis. Si le cœur est le signe de 2014, l’émoji d’Angela Merkel est également apparu.

Angela Merkel emoji

Pouvons-nous acquérir ce statut de signe, de marqueur dans cette mise en scène de soi ? [1] Angela Merkel par cet emoji acquiert-elle un signe transposable ? Cette forme de circulation d’une mise en scène de soi sera peut être proposée à l’avenir aux hommes et aux femmes politiques.

Nous pouvons également nous interroger sur une possible re-territorialisation à travers les pratiques ou les contenus mis en ligne par les usagers. Le portrait retourné vers soi, le selfie montre que le territoire paraît en hors-champ. Et ce selfie peut également être utilisé au service d’une marque. Ici, les organisations, les marques managent une « fiction circulante » sur le web[2]. Elles reprennent les selfies des utilisateurs, comme sur la plateforme Instagram et reprennent leur mise en scène des produits avec la présence ou non de l’utilisateur sur la photographie pour animer leurs comptes.

Du point de vue des corpus et des méthodes proposés, les analyses se basent de plus en plus sur les plateformes de réseaux socionumériques et moins sur l’analyse de sites web, blog. Les approches sont de plus en plus quantitatives à partir des traces mais elles peuvent être couplées avec de l’ethnométhodologie dans une perspective quali-quantitative.

Ces traces sont-elles des marqueurs, des signes ? La marque peut-elle se réduire à des signes, des images ? L’absence de circulation de logo peut-elle être évaluée comme une forme de résistance ou de refus d’adhésion autant pour une organisation qu’une collectivité ?

En conclusion, nous avons insisté sur la dimension temporelle plus que sur l’espace des territoires numériques de marques.

Georges Balandier, dans la description du « grand dérangement », mentionne ces deux dimensions : l’espace et le temps.

« L’arrachement ne s’effectue pas d’avec le territoire et l’histoire qui y est inscrite. Ce n’est plus le défi auquel confronte l’exil collectif accompli dans l’espace, où le peuple exilé doit construire et se reconstruire ailleurs, c’est le défi auquel sont confrontés les émigrés dans le temps que nous sommes devenus, ou en voie de le Devenir. »[3]

Le rapport entre web et territoire se pose en termes d’espace et de temps. Comment ce temps et cet espace peuvent-ils rester aligner ? Dans la culture de l’immédiateté, l’attente, le vide devient un espace-temps à combler, à occuper. Ce temps à partir des traces laissées par l’utilisateur repose sur des flux que l’on peut capter, des mèmes ou des mises en scène de soi.

[1] Voir l’article de blog de L. Allard, Emoji, le « mot-image » de la culture mobile, signe métisse du smartphone aux objets connectés, http://www.mobactu.fr/?p=1074

[2] La fiction circulante est l’accompagnement, le management de la circulation de signes, de marqueurs attachés de part leur forme et leur signification à un territoire ou une organisation. Ces signes sont qualifiés « transposables ». Cette fiction circulante s’appuie sur une prolifération de signes et une multiplicité d’acteurs et non sur l’institutionnalisation ou une communication stratégique. Cf. LE BECHEC M. (2012) Peut-on institutionnaliser le web? Le cas du « web régional breton », in Nguyen, Créach, (dir.), Le numérique en sociétés, Paris, L’Harmattan, p. 301-312.

[3] Georges Balandier, Le grand dérangement, Paris, PUF, 2005, p. 3 cité dans M. Le Béchec, Territoires et communication politique sur web territorial breton, 2010, p. 24.