Le data paper, un nouvel outil de communication scientifique?

Support de la formation Publier et Rédiger un data paper (2020) #OSW et Urfist de Lyon

Dans le cadre de la science ouverte, les chercheurs et chercheuses sont incité.e.s à mettre à disposition du plus grand nombre leurs données de recherche, la documentation (protocoles, méthodes) et si nécessaire, le code. Cette formation dispensée à l’Urfist de Lyon et dans le cadre de l’#OSW organisée par l’Urfist Méditerranée se veut être une introduction et un espace de réflexion auteur de ce qui pourrait apparaître comme un nouvel outil de communication scientifique de ces données de recherche : le data paper.

J’y présente donc quelques motivations ou objectifs pour le rédiger et les attentes éditoriales. Commencent alors à poindre quelques critiques notamment sur les « data policy ». L’analyse de data paper permet aussi de se confronter aux pratiques à travers 4 exemples. La deuxième partie s’intéresse donc à l’analyse et à la préparation d’un data paper. Il convient alors de regarder les données. La quatrième partie donne quelques ressources pour la soumission. Trop rapidement nous regardons le passage du plan de gestion de données au data paper. Et enfin nous relevons quelques critiques, notamment sur les objectifs de cette publication et également sur les moyens pour y parvenir.

Cette version a été complétée suite aux questions des stagiaires des deux formations dispensées, merci pour ces demandes de précision !

Ce petit message introductif sera peut-être complété un jour par un questionnement autour de cette publication, notamment sur les enjeux de reproductibilité. En attendant, bonne lecture.

Cite this article as: Mariannig Le Béchec, "Le data paper, un nouvel outil de communication scientifique?," in Territoires numériques de marques, 23/06/2020, https://ternumeric.hypotheses.org/374.