Extraire une liste d’une page Wikipédia. Exemple des stations de radio locales

Dans le cadre du projet RELOC, Réseaux sociaux et localisation du financement participatif (financement DEPS/Ministère de la Culture et de la Communication), la recherche des équipements culturels sur un territoire m’a amenée à récupérer différentes bases de données et des informations sur l’encyclopédie collaborative Wikipédia.

Extraire la liste des radios françaises de Wikipédia dans un tableur

Notre objectif est d’obtenir le nombre de radios par ville en France.

Il existe différentes manières de le faire d’après de nombreux blogs sur le web, avec google spreadsheet ou le projet BDpediaFR.

J’ai essayé à partir d’un article très bien fait sur data.hypotheses.org, celui d’Alexandre Hobeika et Étienne Ollion mais leur billet se base sur une extraction à partir d’un tableau, ce qui n’est pas le cas ici.

On va donc détailler l’intérêt de maîtriser quelques commandes basiques héritées du monde Unix pour traiter des fichiers textes. Ces commandes sont valides pour un environnement GNU/Linux (type Debian Jessie). Pour MacOS, elles peuvent légèrement varier dans leur forme ou leurs options.

Extraire le code source HTML

Enregistrer le contenu du code source html (de la page Wikipédia archivée et non modifiée par le navigateur) dans un fichier encodé en UTF-8 nommé par exemple sources dans votre répertoire personnel. Ici les extensions de fichier sont optionnelles.

On notera que le fichier obtenu est très bien formaté puisque chaque station est sur une ligne distincte. Cela va nous permettre de sauter une étape de sélection des données par xpath et de nous concentrer sur l’utilisation de méthodes de sélection et d’édition de flux qui travaillent ligne par ligne.

sources vu dans atom

sources vu dans Atom

Vous allez devoir taper des commandes dans votre Terminal. Par exemple pour accéder à votre fichier vous devez taper la commande suivante (lien si vous êtes déjà perdu) :

  • pwd : où je suis
  • ls: liste
  • cd: change directory, exemple: cd/home/personel/…

Pour cette extraction, voici les principales commandes à connaître:

  • man <command> : affiche l’aide sur une commande, alternative à Google
  • grep <pattern> [<file>] : sélectionne les lignes correspondant à un motif
  • sed <command>: c’est très réducteur, mais dans notre cas, on va dire que cette commande sert à transformer les lignes
  • le symbole pipe | sert à rediriger la sortie de la commande à gauche en tant qu’entrée de la commande de droite. Bonne chance pour le trouver sur un clavier Mac. Bon allez on est sympa on vous donne la combinaison : ALT+SHIFT+L (et après on nous répète à l’envie qu MacOS est ergonomique…)
  • while et for sont des instructions de boucle commune à beaucoup de langages de programmation impératifs (tant que vrai faire …., pour chaque élément dans … faire … )

Un bonne connaissance des expressions régulières/rationnelles est un gros plus. Si vous aimez les maths, la théorie des langages et des automates, tant mieux, sinon, une référence sur le sujet : www.rexegg.com.

Restreindre les lignes correspondantes aux stations et villes

Les lignes qui nous intéressent sont les lignes qui commencent par <li> et, de manière étonnante, elles ont toutes au moins un groupe entre parenthèses. On veut également conserver les titres intermédiaires correspondants aux départements.
On ne prend que ces lignes (commande grep) et on ne conserve que ce qui se trouve entre la première parenthèse ouvrante et la dernière parenthèse fermante de la ligne (commande sed). Le fichier créé sera nommé frequences.
# Cette commande se présente sur deux lignes grâce au back slash \ pour
# être un peu plus lisible. Elle se lit de cette manière:
# Pour chaque ligne dans le fichier sources correspondant au motif
#   0 ou plusieurs blancs (espace, tabulation) suivis de <li> suivi d'au
#   moins un caractère suivi d'au moins un caractère entre parenthèses;
# transformer cette ligne pour ne conserver que le groupe entre ( )
# et envoie tous les résultats dans un nouveau fichier nommé frequences
grep -E '^\s*(<li>.+\(.+\)|<h3><span class="mw-headline")' sources \
  | sed -E 's@[^(]+(\(.+\))[^)]+@\1@' > frequences
frequences vu dans atom

frequences vu dans Atom

On retire tous les liens sur les villes pour ne garder que les noms de communes, cela évite d’avoir des noms avec du Percent Encoding.

# Le sed transforme les lignes du fichier frequences pour retirer les
# éléments html des liens et ne conserver que le texte de la balise a
sed -i -E 's@<a href[^>]+>([^<]+)</a>@\1@g' frequences

# sous mac os, ne pas mettre -i 
# et diriger vers un nouveau fichier en ajoutant > frequences2
sed -E 's@<a href[^>]+>([^<]+)</a>@\1@g' frequences > frequences2

Extraire les noms de communes

Pour chaque ligne du fichier villes que l’on va créer, on ne garde que le contenu du dernier groupe entre parenthèses. Il faut également supprimer les lignes correspondantes aux radios émettant dans une langue régionale situées en fin de fichier. Ces stations sont déjà répertoriées dans la liste par département.

# Transforme les lignes du fichier frequences pour ne conserver que le
# dernier groupe entre ( ).
# Le résultat de cette commande est envoyé dans fichier villes
sed -E 's@^.+\(([^\)]+)\)$@\1@g' frequences > villes

Malheureusement, certaines lignes avaient un commentaire en fin de ligne entre parenthèses et non pas les noms de communes. Pour ces rares exceptions (une quinzaine), une correction manuelle s’impose. Savoir utiliser un comparateur de texte aide énormément pour cela, comme par exemple vimdiff ou kdiff3.

vimdiff frequences villes
# Pour chaque ligne où le dernier groupe n'était pas la/les commune/s
# 1. restaurer la ligne initiale avec 'dp'
# 2. corriger manuellement (CTRL-W →, mode insertion et corriger)
# 3. enregistrer les modifications (:w, CTRL-W ←, :diffupdate)

OU, Perso, sous mac, j’ai installé Diffmerge, et une ligne exceptée, ça fonctionne en mode graphique.

Cas particuliers: plusieurs villes sur la même ligne

Certaines lignes ont plusieurs villes séparées par des virgules. Là c’est plus délicat, on va lire le fichier ligne par ligne, découper chaque ligne sur le caractère virgule et pour chaque champ le réécrire dans un nouveau fichier:

# La variable IFS indique à la commande for quel est le caractère qui
# sépare les éléments, on va y placer le symbole virgule.
# Le && permet de chainer la deuxième commande si la première a réussi.
IFS="," && while read line; do for city in $(echo "$line"); do \
  printf "%s\n" "$city" >> villes_split; done; done < villes

Il reste le cas des relocalisations, Ville A puis Ville B, où on ne souhaite conserver que la dernière ville, là où est actuellement située la radio.

# Transforme les lignes du fichier villes_split correspondantes au motif
#   N'importe quoi suivi de puis d'un espace et du reste de la ligne,
#   capturé sous forme d'un groupe
# pour ne conserver que le premier groupe capturé
sed -i -E 's@^.+puis (.+)$@\1@g' villes_split

# rappel, sous mac, pas de -i et ajouter > villes_split2

Nettoyer le fichier

À ce stade le fichier villes ne contient plus qu’une commune par ligne, certaines entre parenthèses, d’autre non. On nettoie les parenthèses inutiles

# Transforme les lignes du fichier villes_split correspondantes au motif
#   Une parenthèse ouvrante suivi de blancs optionnels puis de caractères
#   qu'on capture tant qu'on ne trouve pas de parenthèse fermante
# pour ne conserver que le premier groupe capturé
sed -E 's@\(*\s*([^\)]+)\)*@\1@g' villes_split > villes_clean

# sous mac, il faut matcher la ligne complète pour pouvoir en extraire
# une partie
sed -E 's@ *\(*\s*([^\)]+)\)* *@\1@g' villes_split2 > villes_clean

Regrouper par commune

Certaines communes ayant des homonymes dans d’autres départements, on va adjoindre à chaque ville le numéro de département de sa rubrique.

while read line; do is_dpt=$(echo "$line" | grep -cE '^[0-9][0-9AB]$'); \
  if [[ $is_dpt -gt 0 ]]; then dpt="$line"; \
  else echo "$line $dpt" >> villes_dpt; fi; done < villes_clean

Maintenant pour traiter plus rapidement le fichier, on va le trier

sort villes_dpt > villes_sort

La commande uniq avec le flag -c permet de compter les doublons et peut servir à faire l’équivalent d’un SELECT count(1), ville GROUP BY ville en SQL dans ce cas précis.

uniq -c villes_sort > villes_final

Et on obtient un fichier avec <nombre de stations><espaces><ville>.

Remarque:

Une petite vérification manuelle du fichier obtenu laisse apparaître quelques erreurs qu’on corrige en se référant à la page Wikipedia.

Parmi les possibles erreurs on notera:

– L’énumérations de plusieurs villes pour une station, dont l’une des villes ne se trouve pas dans le même département: Grenoble, Annecy etc… On corrige le code département

– La duplication d’information (une même station notée deux fois sur la même ville mais dans deux départements différents, aire d’écoute?): Armentières, Lannion, Perros-Guirec, Embrun, Les Mureaux etc… On supprime le doublon

– Des stations ayant déménagées ou des stations non locales n’ayant pas de ville bien définie: Saône-et-Loire, Normandie, etc… On supprime la ligne

On effectue les corrections sur le fichier villes_sort et on relance la dernière commande.

On fera attention à ne pas créer de nouvelles erreurs, par exemple il existe bien deux Valence en France avec des radios locales, dans la Drôme (26) et dans le Tarn-et-Garonne (82).

nombre de radio / ville_dept

nombre de radio / ville_dept

Simple à importer dans n’importe quel logiciel de traitement de données ou dans ma petite base en cours sur les équipements culturels 😉

Bon test!

Cette extraction a été faite le 5 mai 2016 avec l’aide de Pierre Barnoux, informaticien.

Note de lecture, Traces et territoires numériques, M. Severo et A. Romele, 2015

SEVERO M., ROMELE A. (2015), Traces numériques et territoires, Paris : Presses des mines, 268 p.

ISBN : 978-2-35671-206-6. En ligne : iet.hypotheses.org/55

Note de lecture

Le développement tant des outils numériques que des usages quotidiens par les habitants, les élus, les chercheurs amènent à étudier les territoires à partir de nouveaux attributs. Dans l’ouvrage dirigé par Marta Severo et Alberto Romele, cette étude des territoires prend pour objet de recherche les médias numériques qui produisent des traces qu’il est possible d’extraire, d’enregistrer, d’analyser et de visualiser. Cet ouvrage offre une diversité d’approches théoriques et méthodologiques sur ce sujet. Les 15 auteurs s’inscrivent dans différentes disciplines scientifiques : la géographie ; la sociologie ; la philosophie ; l’urbanisme ; l’information ; la communication ou sa variante numérique « les nouveaux médias ». Au fil des onze chapitres, des approches empiriques et théoriques complémentaires sur le traitement des traces numériques ouvrent la voie à de nouvelles études des territoires. Mais la question de la qualification de ce terme territoire reste ouverte, les auteurs étudient-ils un territoire « physique » et/ou « numérique » ?

source: Presses des Mines

source: Presses des Mines

Le premier chapitre, comme les trois suivants, composent une première partie dédiée à la restitution de travaux empiriques. Richard Rogers introduit dans le premier chapitre les big data dans la recherche sociale et politique. L’auteur souligne le risque d’observer plus le fonctionnement des réseaux sociaux numériques qu’une quelconque tendance sociétale. De plus, l’automatisation de la collecte néglige dans de trop nombreuses études l’éthique sur l’utilisation de ces données à caractère personnel tandis que le traitement par agrégation ou par localisation des données pour présenter des résultats peuvent conduire à une « cécité computationnelle », celle de leurs conditions de production au nom de la perspicacité. Les études numériques mettent en place alors de nouvelles métriques pour analyser le territoire basées sur l’activité des internautes dans un environnement propre qui est celui du web. Les trois tendances méthodologiques sont :

  • l’analytique culturelle (métrique des images, des selfies sous forme de grille) ;
  • la culturnomique (métrique linguistique visualisé sous forme de graphiques)
  • et, la cybermétrie (métrique des citations entre sites web visualisées sous forme de graphes).

Mais qui du chercheur ou de la plateforme, telle que Facebook, influence le choix de la méthode, s’interrogent Noortje Marres et Carolin Gerlitz dans le deuxième chapitre. Face à ce « troublant mystère méthodologique », les auteurs développent la notion prolifique de méthodes d’interfaces. Ces méthodes émergentes demeurent proches des intérêts et des démarches scientifiques et reposent dans le même temps, et indubitablement, sur les outils créés par les plateformes web pour le grand public. Ces instruments variés, des chercheurs et des industriels, entrent alors en résonance selon les auteurs.

Des méthodes, le troisième chapitre glisse vers le statut de ces données et la perplexité du chercheur face à ces données qui débordent des catégories déjà existantes et mobilisées dans le cadre des analyses des territoires. Nous dirons donc que les catégories se délitent dans cette analyse des territoires et du web. Après une définition des termes ou expressions data, big data, open data, c’est le terme soft data qui est retenu par Marta Severo et Alberto Romele. Ce terme soft data permet de les distinguer des hard data, ces données institutionnelles qui ne procurent pas de satisfaction aux décideurs publics. Pour ces auteurs, les soft data permettent surtout, dans une perspective immanente, de capter « l’instantanéité » de la vie des territoires. Les chercheurs souhaitent ici se trouver au plus près du temps du territoire, celui qui est vécu par les individus que les traces reflètent. Il est à noter qu’il n’est pas envisagé dans ce texte de croiser ces données institutionnelles avec des données issues d’acteurs économiques du web, méthode qui pourrait permettre de comprendre en quoi un territoire dans sa définition institutionnelle ne se duplique à l’identique sur les plateformes web ou les outils numériques. Dans le quatrième chapitre, Jos de Mul décrit l’identité de ces individus devenue une base de données. L’identité mise en données s’éloigne alors de la question du récit.

Le cinquième chapitre ouvre une deuxième partie constituée de quatre chapitres où des approches théoriques sont développées. Dominique Boullier décrit l’écume numérique des territoires, ou plus précisément ce que produisent les traces numériques. L’auteur détaille huit propriétés des territoires et trois agencements qui définissent chacun une architecture technique et de données d’une époque précise. Le fil conducteur de ce chapitre est la transposition de chacun de ces agencements. L’agencement topographique formé autour des notions de pouvoir et de frontières est transposé dans un agencement topologique reposant sur la distribution et l’accès qui est lui-même transposé dans un « territoire » à agencement chronologique. Ces trois agencements sont résumés p. 131 dans un tableau qui compare, par exemple, la centralité issue du premier agencement topographique avec la distribution du deuxième agencement topologique et les rumeurs, les issues qui se déploient sur le mode de la vibration dans ce dernier agencement défini comme chronologique. L’espace laisse place ici à l’analyse des temps des territoires de plus en plus volatiles, éphémères et l’auteur propose alors une analyse des écumes (concept repris à P. Sloterdijk) urbaines et territoriales.

Le sixième chapitre questionne les spatialités algorithmiques ou les attachements « éminemment » spatiaux des traces numériques. Boris Beaude développe deux concepts l’hypercentralité et la synchronisation. Pour l’auteur, les pratiques des individus se réalisent dans un nombre limité d’espaces et dans un temps qui se réagencent dans ce qui pourrait être nommé une « topochronie ». Le panorama des questions soulevées par l’auteur est important, dense et complexe à restituer :

  • la visualisation des données et la connaissance d’un environnement ;
  • l’exploration des traces et la révélation de leur potentiel ;
  • la recherche des traces par localisation ;
  • les perspectives des traces pour un territoire événement.

L’ensemble de ces représentations de l’espace comme la localisation des images de plateformes (Twitter, Panoramio, Facebook ou Tripadvisor) réduit alors le monde à l’individu, à la surveillance de ses traces et moins au sens produit par ses traces. Ce type de recherches reste très peu développé selon l’auteur.

Un travail de recherche en cours sur la localisation des traces sur ces plateformes de réseaux web nous laisse perplexe quant aux méthodes à développer pour analyser ce que nous nommons l’attachement territorial des traces, tant dans leur dimension spatiale que temporelle, ce que ces chapitres méthodologiques et théoriques montrent aisément.

C’est de la trace comme donnée dont il est question dans le septième chapitre, centré autour du concept d’hyperville développé en 10 tableaux par Franck Cormerais. L’hyperville se distingue des concepts de smartcity, de ville intelligente et de la gouvernance algorithmique. Il a pour but de définir un système contributif local, reposant sur des pratiques numériques de contributeurs qui participent aux communs, à la valorisation du territoire. Ce système contributif local repose sur un système local de données qui participent elles-mêmes à un « espace public digital ». Ces données sont produites par des fans. Reprenant la pharmacologie de B. Stiegler, l’auteur interroge alors son modèle de l’hyperville. Il conclue que les données et les pratiques numériques des contributeurs développent la base informationnelle individualisée de l’hyperville qui alimente ainsi le système contributif local.

Le huitième chapitre prolonge la réflexion théorique ouverte par les trois chapitres précédents, en interrogeant le « désir de data ». Les deux auteurs Maryse Carmes et Jean-Max Noyer sont les deux directeurs de la collection « territoires numériques » aux Presses des Mines, dans laquelle est éditée cet ouvrage. Pour ces deux auteurs, les données pour qu’elles sortent de leur pauvreté sémiotique des statistiques, des algorithmes et des graphes doivent rentrer dans le désirable par le biais de la narration mêlant open-data et marketing. Ces données sont donc localisées, territorialisées, re-territorialisées peut-être pour appuyer une institutionnalisation tout autant qu’un marketing territorial. S’éloignant du territoire ou des traces spatiales, les auteurs critiquent l’utilisation de ces données personnelles, de l’ontologie du client, des cartographies valuées par ce « tiers de confiance » qu’est le marketing ainsi que la performativité de son discours. La communauté au sens politique perd de sa substance pour aller vers des horizons post ou trans-humanistes définis à travers un semble de textes que les auteurs commentent au cours de la dernière partie de leur chapitre.

Le neuvième chapitre, quant à lui, entraîne le lecteur vers des exemples appuyés par des terrains d’analyse qui vont conduire toute cette dernière partie qui portera plus spécifiquement sur les pratiques professionnelles. Mathieu Noucher revient sur le savoir cartographique et les nouveaux acteurs de l’information géographique comme OpenstreetMap et Google Map. Si précédemment l’intentionnalité géographique pouvait se résumer aisément en une carte qui était contrôlée de la collecte de données à la localisation des données sur un fond de carte par un État pour asseoir son pouvoir, cette rhétorique de la carte est dorénavant critiquée. Les nouveaux acteurs offrent une nouvelle fabrique cartographique entre pratiques des « amateurs » dans un projet non lucratif et captation de traces dans un but lucratif. Cette nouvelle fabrique discute à la fois les référentiels géographiques, la capacités d’accès aux données et la personnalisation des cartes via les algorithmes. Que les traces soient laissées volontairement ou involontairement, personnalisées ou agrégées, c’est le « faire trace » (Jeanneret, 2011) qui permet d’écrire et de lire le territoire. Le processus de construction de la carte est ici judicieusement interrogé en observant cette construction cartographique entre le savoir cartographique et une sémiotique des cartes issue des SIC.

S’éloignant des cartes comme savoir géographique, Marta Severo et Laurent Beauguitte s’intéressent aux flux RSS. Dans le dixième chapitre, les auteurs proposent un regard critique sur les potentialités et les problèmes méthodologiques des traces numériques dans une définition de l’information géographique. L’analyse des dimensions spatiales dans l’actualité internationale s’appuie le plus généralement sur des bases de données privées, comme Factiva (Dow Jones). Les auteurs choisissent de les étudier à partir de 1304 flux RSS de la rubrique internationale du journal The New York Times. Les auteurs partent du postulat que le « web « 2.0 » » permet d’accéder à une information gratuite et en temps réel. Cette information s’avère tout de même coûteuse du fait des problèmes techniques et méthodologiques à résoudre pour automatiser leur qualification. Leur analyse conclue à une hiérarchie des lieux, une hypothèse qui reste valide depuis 50 ans (p. 233), et à la place prédominante des individus, célèbres et médiatiques, dans cette actualité internationale à dimension géographique.

Nicolas Douay et Maryvonne Prévost concluent cet ouvrage en analysant le rôle de la plateforme participative Carticipe dans les politiques urbaines. La carte même participative demeure un instrument de pouvoir selon les auteurs. Mais en s’intéressant plus précisément aux formes d’engagement, de participation et de négociation par la rencontre entre des savoirs d’experts et des savoirs d’habitants, ils décortiquent ces différents manière de « faire-carte » entre un territoire vécu ou administré. Le récit par entretiens plus que l’analyse des traces en elle-même présente le rôle prescriptif de ce dispositif sociotechnique au niveau de la participation. Cette participation, comme le concluent des travaux de recherche menés sur la thématique de la démocratie participative, est portée par des contributeurs ayant des activités militantes ou associatives, et avec pour thème le plus commenté celui des transports au niveau de l’open data. Les traces numériques du territoire ne sont pas analysées dans ce chapitre pour elles-mêmes mais mises en perspective avec les récits des créateurs de la plateforme et des contributeurs.

Pour conclure, cet ouvrage présente un panorama des questionnements théoriques et méthodologiques autour de la notion de « territoires numériques » et de « traces numériques ». L’extraction, la collecte, le traitement des données et la nécessité de repenser cette notion de territoire numérique sont balisées autant du point de vue des chercheurs que des praticiens. L’analyse des traces numériques, des territoires et la définition de nouvelles politiques urbaines ou territoriales doivent autant reposer sur des méthodes quantitatives que qualitatives. Poser en mise en garde dans l’ouverture de cet ouvrage, mais peu interroger par la suite, la question de l’éthique dans l’exploitation de ces traces ou de ces bases de données, de plus en plus liées à des individus, doit toujours être prise en compte dans ces études.

Pour répondre à la question initialement posée de qualification du terme territoire (est-il « physique » ou « numérique »?), nous soulignerons que l’ensemble de ces textes montre que le territoire est une construction dans le temps et qu’il se décompose en de multiples attributs. Chacun des textes présentés se propose d’analyser le territoire dans ses représentations sur le web ou à partir de méta-données enregistrées par les dispositifs numériques. Le territoire n’est pas plus physique, numérique que reconstruit à partir de l’analyse des traces des usagers du web et des dispositifs sociotechniques qui agencent ces traces eux-mêmes.

Des roots dans l’Internet

L’Internet [1], contrairement à d’autres réseaux, d’autres médias, n’intéresse pas uniquement les acteurs traditionnels de l’espace public, les élus, les journalistes ou l’opinion publique. Dans le débat de la gouvernance de l’Internet, les entreprises, vous connaissez cette expression de GAFA, les FAI prennent place également. Et surtout, la société civile, les internautes, nous.

Pour comprendre cette gouvernance de l’Internet, il faut comprendre l’histoire et la structure technique de ce réseau. Car l’Internet n’est pas virtuel, dans les nuages, il n’annihile pas le territoire, il ne déterritorialise pas et il ne développe pas non plus les autoroutes de l’information, chères au politique. La gouvernance de l’Internet, c’est la discussion de choix faits notamment par des ingénieurs au niveau du nommage sur l’Internet, appuyés par un État : les États-Unis.

Partie1. L’Internet, c’est des racines et des URL;

Partie 2. L’Internet, c’est une gouvernance à inventer, c’est multistakehorlder.

  1. Des Racines et des URL

Quand vous pensez utiliser internet, souvent vous pensez quand je tape des mots clés dans Google. Or, pour arriver au site web que vous recherchez, il existe tout un balisage. C’est à la base une question technique mais nous allons vite comprendre dans cette partie des Racines et des URL (Uniform Resource Locator), que le nommage sur l’internet est un enjeu socio-économique. Et oui il y a eu des batailles pour l’obtention du .xxx ou du nom de domaine sexe.com.

L’Internet repose sur des normes, des règles non pas de transport mais de nommage.

Que désigne une adresse URL (Uniform Research Locator) ?

Vous arrivez à la lire comme suit : univ-poitiers.fr

Univ-poitiers est donc le domaine de l’Université de Poitiers dans le web, et le .fr indique le domaine de premier niveau qui est celui de la France. univ-poitiers.fr vous permet donc d’accéder à l’adresse IP 195.83.66.30, sans avoir à comment votre ordinateur localise cette ressource dans le réseau.

C’est donc à travers ce titre des racines et des URL que nous allons nous intéresser aux normes, aux règles de nommage sur l’Internet et plus précisément sur le web.

Est-ce important ?

Vous pouvez vous demander comment a-t-on pu choisir ce .fr pour se repérer sur le web ? Qui décide qui peut avoir ou non une extension de ce type ?

Je souhaiterais ici vous montrer quelle est l’importance de ce nom ou de ce que désigne ce nom de domaine dans le DNS (Domain name system). Que désigne-t-il ?

  • univ-poitiers.holidays
  • univ-poitiers.br
  • univ-poitiers.books

Ces trois extensions changent quelque peu le sens du nom de domaine.

Selon Y. Jeanneret, le préfixe joue un « rôle d’identifiant », le nom de l’organisation, de l’entreprise, de la ville, et le suffixe .fr, .com donne une « méta-information sur le contenu et évite les leurres ».

C’est largement du marketing sauf que dans les discours, on joue ici sur les questions de  sécurité et de confiance.

Le DNS, des roots dans l’Internet

En 1983, Paul Mockapetris met en place le système DNS, Domain Name system.

Alors le DNS comme vous pouvez le voir dans l’image ci-dessous, se divise en zones, domaines.

Ce système place tout en haut un serveur racine, autrement dit, des Roots dans l’Internet.

source: Wikipédia, modifiée par l'auteur

source: Wikipédia, modifiée par l’auteur

Il existerait 13 serveurs racines du DNS dans le monde, les points dans l’image, nommés de A à M. 10 sont situés aux USA, 1 à Stockholm (I), 1 à Amsterdam (K), 1 à Tokyo (M). Il faut également savoir qu’une entreprise américaine Verisign administre les serveurs racines A et J. Cette entreprise gère également les noms de domaines de 1er niveau, les extensions, .com, .net et .name. Elle est ce que l’on nomme un registre qui gère administrativement le .com. Elle signait également les certificats, etc. Administrer à la fois un serveur racine et gérer des extensions est donc discutable.

Revenons sur la notion de sécurité puisque le DNS assure une fonction de sécurité.

Qui assure cette sécurité? Il faut savoir que 14 personnes dans le monde détiennent une clé. Tous les 3 mois, lors d’une réunion, ou une cérémonie qui se déroule dans deux lieux aux États-Unis, ces personnes se réunissent afin de créer une « clé de chiffrement », « un mot de passe », soit un petit fichier texte. Une des détentrices de cette clé en Europe est suédoise : Anne-Marie Eklund-Löwinder[2].

Anne-Marie Eklund Löwinder, Une des 14 personnes dans le monde à détenir une clé de l'Internet

Anne-Marie Eklund Löwinder, Une des 14 personnes dans le monde à détenir une « clé de l’Internet »

Les TLD, Top-Level Domain ou extensions

En 1984, Postel et Reynolds ont rédigé un request for comments (RFC) que je définirai comme une documentation qui fixe les standards, les protocoles de l’internet.

Dans ce RFC 920, Postel et Reynolds ont donc créé les échelons supérieurs dans le DNS composé de 2 types de TLD:

  1. Les generic Top-Level Domain,nom de domaine générique (gTLD) (.gov, .edu, .com, .org, .mil)
  2. Les 244 TLD country-code ou code-pays (ccTLD). Un ccTLD correspond au code ISO 3166-1 du pays concerné, soit le .fr pour la France.

Sauf exceptions, le système reste stable à partir de ce RFC 920.

Ainsi le .gov n’est pas pour la France mais pour les États-Unis, la France ayant un .gouv.fr pour ces sites web institutionnels. En 1984, le Web n’existe pas encore, les ingénieurs divisent donc le nommage en priorisant certains acteurs.

Ce RFC fixe les responsabilités administratives du domaine. En France, c’est Association Française pour le Nommage Internet en Coopération qui depuis 1998 s’occupe de ce .fr. C’est-à-dire que l’AFNIC est responsable des usages qui sont faits de cette extension. Nous verrons plus tard que les marques sont assez pointilleuses sur cette responsabilité administrative des registres vis à vis des extensions.

L’ICANN contestée depuis 2000

Logo, source: Wikipédia

Logo, source: Wikipédia

L’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), fondée en 1998, par Jon Postel selon M. Castells, prend la responsabilité de ce nommage.

Jon Postel, source: Wikipédia

Jon Postel, source: Wikipédia

L’ICANN a pour missions d’assurer la stabilité, la sécurité et la résilience.

Pourquoi est-ce si important cette stabilité, cette sécurité et cette résilience ?

La stabilité, c’est le rôle des ingénieurs, faire que le réseau fonctionne.

La sécurité, c’est pour les acteurs économiques.

Pour comprendre la résilience, essayez d’imaginer un roseau. Il se tord mais il ne rompt pas. C’est la même chose en informatique, les pannes existent mais le réseau perdure. Dans un avion, on dédouble les circuits du pilote automatique. Si l’un des systèmes tombe en panne, le second prend la relève. L’ICANN et les ingénieurs anticipent ce que sera l’Internet dans 20 ans d’un point de vue technique et le réseau ne tombe pas (normalement) en panne.

Contestée par les États

Il existe différentes lectures de cette contestation, en voici une.

En 1995, les États-Unis ouvrent le web à des activités commerciales. Mais ce réseau n’est pas contrôlé et des domaines, des extensions se créent sans contrôle. Alors le Département du commerce américain à travers son agence National Telecommunications and Information administration (NTIA) publie un « green paper » et reçoit 650 commentaires pour savoir comment le DNS doit être géré. L’ICANN est alors créée comme une société qui est une organisation à but non lucratif sous droit californien, sous contrat avec le département du commerce. Plus précisément, l’ICANN a une délégation pour gérer l’IANA, (Internet Assigned Numbers Authority), soit le DNS, l’adressage IP et les protocoles de l’IETF (Internet Engineering Task Force). L’IETF est le groupe d’ingénieurs qui publie les RFC. Oui désolée là, il faut aimer les acronymes.

Bref, dans cette organisation, les gouvernements n’ont qu’un droit de consultation à travers le Governement Advisitory Commettee.  Voilà un réseau qui se développe, qui remet potentiellement en question leur rôle et ils ne sont que consultés !

Contestée par les usagers

Dès 2005, des demandes se multiplient pour l’ouverture de cet espace de nommage.

Le projet Catalan va constituer une faille dans les règles et les codes de l’ICANN et du DNS. Cette région n’ayant pas de code ISO 3166-1, elle n’a donc pas le droit à un code-pays selon le RFC 920. La Catalogne acquiert donc un sponsored Top-Level Domain, ou sTLD, ou nom de domaine sponsorisé comme le .museum.

Le .cat devient alors un modèle pour les porteurs de projet de TLD à caractère culturel et linguistique comme les .bzh (Bretagne), .eus (Pays Basque), .gal, devenu .cymru et wales, ou .scot (Ecosse). Cette extension est à l’époque un cas anomique du DNS. C’est par ce biais que je suis entrée dans la gouvernance de l’Internet, celle de la diversité linguistique et culturelle. Le .cat définit donc une « communauté culturelle et linguistique catalane » selon un code pour la représentation des noms de langues ISO 639-2.

Les Catalans ont démontré l’existence d’une communauté qui n’est pas territoriale donc non dépendante du code ISO 3166-1 mais qui est multi-territoriale puisque fondée sur sa langue et sa culture, donc dépendante du code pour la représentation des noms de langues, soit CAT pour le catalan.

Insérer le code des langues ou la possibilité de mettre en péril le DNS

Cette situation n’était pas aisée puisque le catalan est la langue d’Andorre. Donc ces 2 gouvernements membre du GAC, l’Andorre et l’Espagne, ont dû donner leur autorisation. En effet, le .cat ne devait pas porter préjudice au ccTLD de l’Espagne, .es. Outre l’obtention d’un nom de domaine générique à destination d’une « communauté culturelle et linguistique catalane », le .cat crée un « nous » identifiable sur le web. Ce nous a dorénavant un statut officiel, inscrit dans le dur du code, dans le DNS dès 2005. Les catalans ont institué ce « nous » sur le web en dehors des procédures classiques du politique, au-delà des frontières classiques d’un territoire politique.

En France, des demandes ont vu le jour suite à cette obtention d’une extension par la catalogne. Et comme pour le .cat, les .paris, .bzh, .alsace, .corsica ne doivent pas porter atteinte au .fr. Cela peut fait sourire, mais voilà comment on le discute. Le .bzh ne porterait-il pas atteinte à l’intégrité de la France? Ne souriez pas, ce sont les débats que j’ai entendus, compréhensibles si on ne s’intéresse pas au fonctionnement technique de l’Internet et du web, et que l’on voit tout réseau de communication comme un monopôle d’État, surtout en 2006. La question est certainement plus large et j’y reviendrais dans d’autres articles sur ce blog.

De 2005 à 2012 … une attente d’ouverture

Ainsi en 2012, soit 7 ans plus tard un guide de candidature et une procédure de candidature à de nouveaux noms de domaines génériques est lancé par l’ICANN.

La lenteur du lancement de la procédure s’explique par la recherche de consensus entre les multiples parties prenantes et les objectifs de sécurité pour les États et les marques, ou plus précisément le droit des marques. Quand F. Pasquale écrit que la distinction entre État et marché s’estompe dans son ouvrage Black box society (2015), cet exemple des extensions l’illustre assez bien. Les candidats à l’obtention d’un gTLD doivent donc établir un contrat avec l’ICANN pour devenir un registre et respecter les procédures mises en place par cette organisation. En France, c’est l’AFNIC qui gère les .paris, .bzh et .corsica même si ces trois extensions ont été portée par des collectives locales et territoriales. Au total, 1950 demandes sont déposées en 2012 lors de la campagne d’ouverture à de nouvelles extensions.

Cela fait un peu boule de neige.

Nous avons donc des ingénieurs, un gouvernement, les États-Unis, les autres États, le GAFA, les entreprises et leurs marques, mais également la société civile (des associations, des syndicats, des collectivités locales et territoriales), les ingénieurs (IETF) qui entrent dans ce jeu du DNS et des nouvelles extensions. Tous ces acteurs discutent l’autorité de l’ICANN. Mais ils n’ont pas les mêmes poids, la même représentation au sein de l’ICANN ni les mêmes objectifs. Ils travaillent sur la diversité et on leur oppose la stabilité et la sécurité. En effet, le DNS est une base de données mais il assure des missions de stabilité, de sécurité et de résilience indispensables aux acteurs économiques.

 Peut-on faire autrement? Oui

Alors si toutes ces personnes sont intéressées par le sujet, sont-elles représentées au sein de l’ICANN ? Est-ce nécessaire de maintenir ce système de DNS géré par l’ICANN et indirectement par le département du commerce américain ? Qu’en est-il des acteurs qui ne peuvent pas payer 180 000 dollars pour accéder à la procédure de dépôt en 2012 et payer 20 000 dollars par an de location d’une extension comme pour le .paris.

Ce dispositif est un consensus technique, un choix des ingénieurs qui s’applique aux acteurs sociaux et qui est encouragé par les marques. Ce consensus technique devient une convention et les acteurs acceptent d’y participer.

Pouzin père des datagrammes et membre du projet Cyclades, utilisé dans le protocole TCP/IP (l’Internet), considère qu’il est possible de faire sans l’ICANN[3]. Notons que la Chine est à l’extérieur de ce DNS géré par l’ICANN depuis 2006[4].

Louis Pouzin, source: Wikipédia

Louis Pouzin, source: Wikipédia

Pourquoi ce consensus technique est discutée. Par exemple, ll faut savoir que ce n’est qu’en 2010, que l’ICANN a ouvert les extensions à la diversité linguistique et culturelle, en sortant du format ASCII (Code standard américain pour l’échange d’information). Ce format ASCII très adapté pour la langue anglaise ne permet pas de représenter tous les caractères de toutes les langues dans le monde. Ainsi, les extensions étaient limités aux caractères de l’alphabet latin.

TLD Internationalisé, source: ICANN

TLD Internationalisés, source: ICANN

Sur les 7000 langues que compte le monde, il n’existait en 2015 que 47 ccTDL internationalisés pour 24 langues. Le choix est donc restreint et contraint[5]!

De plus quand vous obtenez un TLD, vous devez le louer environ 20 000 dollars par an. La société Open Root (www.open-root.eu) vend donc des hébergements d’extensions et l’extension elle-même, c’est-à-dire qu’ils ne la louent pas.

Poids des États contre poids des marques

L’ouverture de ces extensions a ramené le poids des États dans la gouvernance de l’Internet. Le .amazon déposé par l’entreprise Amazon, a été contesté par les pays d’Amérique Latine qui ont émis des objections auprès de l’ICANN. Le .wine et .vin ont été des sujets de discussion et de négociations par rapport aux AOP en France.

Il existe des critiques par rapport à ces normes techniques, juridiques, de marché, comportementales.

Massit Folléa le souligne à juste titre. « On dit que la norme sociale est formatée par la norme technique. En fait tout ce qui est possible techniquement n’est pas souhaitable socialement. [6]»

Le cas de l’ICANN en est un exemple. L’ICANN a une fonction technique, d’appui de la norme technique.

Le problème déjà souligné par Pierre Musso est que la technique ou la technologie, cet imaginaire de la technique vient colmater l’absence de stratégie politique. Or les normes techniques, juridiques du marché ont elles un projet.

Ce sont donc des logiques commerciales, marketing qui se lient à la gouvernance de l’Internet. Google a déposé ainsi plus de 100 extensions et Amazon, 76. La question se pose de posséder le .book et de diriger tous les internautes vers cette extension. Un des enjeux du nommage sur l’Internet et le web est donc l’orientation qui est faite des internautes pour l’accès à l’information. Ce monopole de l’orientation sur le web mis en place par une extension doit être interrogé, non du point de vue des États, des marques mais des usages.

  1. L’Internet, c’est une gouvernance à inventer, c’est multistakeholder

Quelle gouvernance peut-on concevoir avec de multiples acteurs aux intérêts divergents ?

Car l’Internet n’est pas un réseau de monopole d’état dans de nombreux pays. L’internet soulève des enjeux économiques, notamment par les usages qui se développent avec le web mais ce sont également des enjeux géopolitiques où l’actualité depuis 2013 est très intense. Je ne pourrai donc que vous la résumer partiellement ici.

Vous avez donc compris que l’Internet, et plus précisément les roots dans l’internet, ici le DNS renvoie à des choix et des enjeux politiques et surtout économiques.

Il faut savoir que depuis sa création l’ICANN a subi des crises, notamment sur la représentation des États ou de la société civile dans son bureau.

Une première fin de tutelle américaine, 2009

En 2009, la tutelle du département du commerce américain aurait été actée comme finie. En 2009, il été possible de lire que cette tutelle du département du commerce américain a pris fin le 30 septembre 2009 dans le cadre des nouveaux statuts de l’ICANN[7].

Il y est indiqué que « L’Internet est une technologie de transformation qui continuera d’habiliter/empowrement les gens à travers le monde, à stimuler l’innovation, à faciliter les échanges et le commerce, et à permettre la circulation libre et sans entrave de l’information. (…) Malgré cette décentralisation, la coordination technique globale de l’infrastructure sous-jacente de l’Internet – le DNS – est nécessaire pour assurer l’interopérabilité. » Il est donc mentionné dans ces statuts, ce point de stabilité technique. Ces nouveaux statuts renforcent également le poids du GAC (Governement advisitory Commettee) où sont présents les États. En effet, le gouvernement Espagnol s’était opposé au .cat au départ car les États n’acceptent pas le poids de la décision qui incombe à l’ICANN.

Le rôle de l’UTI (Union Internationale des télécommunications)

Lors de la consultation qui a précédé la création de l’ICANN, le gouvernement américain a refusé de transférer la gestion du DNS à l’UTI (Union Internationale des télécommunications), une agence de l’ONU où les États membres sont présents. Face à ce refus, l’UTI a obtenu en échange d’organiser le Sommet Mondial sur la Société de l’Information qui s’est déroulé la première fois en Suisse en 2003. En 2005, lors du Sommet de Tunis, il est convenu d’organiser une Forum sur la gouvernance de l’Internet (IGF) qui aura lieu en 2006 à Athènes. Mais c’est finalement en 2012 que les États se font le plus entendre sur cette question de la gouvernance de l’Internet.

« Nous devons défendre la liberté sur Internet»

Boris Beaud qualifie cet événement de fins d’Internet, ce qui reste discutable. L’Internet d’un point de vue technique demeure. Les valeurs qui ont prévalu à son développement sont quant à elles discutées, malmenées. Vinton Cerf, père de l’Internet, dans un article intitulé « Nous devons défendre la liberté sur Internet » (Le Monde.fr, 04 décembre 2012) dénonce une réunion à huit clos de l’UTI à Dubaï en 2012[8]. Dans cette réunion, des acteurs, et comme le souligne à juste titre Vinton Cerf, habitués à contrôler les moyens de communication, souhaitent réviser le « règlement des télécommunications internationales ». La Russie, mais également d’autres pays comme l’Iran, la Chine, l’Ouzbékistan font des propositions pour placer l’Internet sous gouvernance onusienne. Mais l’Internet est un réseau qui s’est construit sans centralité et dont tous les protocoles sont discutés, comme à l’IETF avec la publication des RFC ou au sein du W3C en toute « transparence », selon Vinton Cerf. La censure, l’entrave à l’innovation sont donc contestées par par Vinton Cerf qui travaille pour une entreprise, Google. Finalement, cette initiative de l’UTI n’aboutira pas.

On vous espionne

Un autre événement va marquer la gouvernance de l’Internet et permettre de discuter le rôle des États-Unis.

En 2013, Edward Snowden, informaticien pour les Central Intelligence Agency et National Security Agency rend public avec deux journalistes, Glenn Greenwald et Laura Poitras, le programme de surveillance PRISM.

Là les enjeux de la gouvernance de l’Internet se modifient quelque peu. La diversité, la liberté d’expression ou d’entreprendre, la co-gestion laissent place aux débats sur la protection de la vie privée contre la surveillance dite illégale.

Vers une transition au sein de l’ICANN?

En mars 2014, l’administration américaine, plus précisément la National Télécommunications and information Administration déclare vouloir « émanciper » l’ICANN de la tutelle du département du commerce américain[9]. La proposition comporte 4 principes :

  1. Support and enhance the multistakeholder model;
  2. Maintain the security, stability, and resiliency of the Internet DNS;
  3. Meet the needs and expectation of the global customers and partners of the IANA services; and,
  4. Maintain the openness of the Internet.

Dans la foulée, les 23 et 24 avril 2014, s’est tenu à Sao Paulo, le Net Mundial, ce sommet mondial des multiples parties prenantes sur le futur de la gouvernance de l’Internet où sont présents l’ICANN et les acteurs économique du forum de Davos. Le Brésil, fer de lance de la contestation de la domination américaine sur l’Internet a déjà annoncé vouloir avoir un câble sous-marin (Internet backbones) qui le relie directement à l’Europe. Les 9 principes énoncés ont déjà été détaillés dans cet article, je me focaliserai sur les deux notions du point 7 « internet governance process principles »[10] :

  • « Multistakeholder: Internet governance should be built on democratic, multistakeholder processes, ensuring the meaningful and accountable participation of all stakeholders, including governments, the private sector, civil society, the technical community, the academic community and users. .The respective roles and responsibilities of stakeholders should be interpreted in a flexible manner with reference to the issue under discussion.(…)
  • Accountable: Mechanisms for independent checks and balances as well as for review and redress should exist. Governments have primary, legal and political accountability for the protection of human rights »

 Deux principes sont donc à retenir :

Principe 1 : Multistakeholder: Ces multiples « actionnaires » doivent prendre en compte que l’Internet est un bien commun, un réseau de transport d’information, qui se partage avec les uns et les autres. Les États, les entreprises, les FAI, les entreprises du numérique, les associations, les syndicats, les collectifs d’usagers ou d’utilisateurs de l’internet participent à cette gouvernance de l’Internet. Tous sont donc réunis à travers des groupes d’intérêts pour négocier.

Principe 2 : Accountability ou redevabilité, est le « contrôle » par les membres, la communauté et par des procédures. Qui est responsable de quoi ? Le principe est la rétroaction et de rendre des comptes. Rappelez-vous, le film Adèle Blanc Sec et son enquête. A chaque échelon, un responsable désigne un exécutant qui doit faire avancer l’enquête, avec une succession entre le président, le ministre, le préfet, le commissaire pour régler l’affaire.

Capture BD Adèle Blanc Sec, T1, p. 10, éditions Casterman

Capture BD Adèle Blanc Sec, T1, p. 10, éditions Casterman

La « communauté » est donc rentrer dans un processus d’accountability. L’action n’étant pas rationnelle, il faut créer des procédures, rendre des comptes qui sont « descriptibles » en ethnométhodologie. Cette notion est très intéressante de part son histoire dans les travaux de H. Garfinkel (Recherches en ethnométhodologie, 2007) et de sa reprise par les gestionnaires. J’avoue mon interrogation première à la voir mobilisée à l’envi quant à cette question de la gouvernance de l’Internet. Mais cette notion d’accountability peut effectivement pour un chercheur permettre d’interroger les pratiques et leur régulation en-dehors de règles, de normes ou de standards.

Mathieu Weill président de l’AFNIC a participé à ce projet de transition qui a été acté le 10 mars 2016, lors de la 55èeme réunion de l’ICANN à Marrakech par la communauté et le board de l’ICANN. L’IANA qui gère les adresses IP deviendrait Post-transition IANA et l’ICANN une de ses composantes. Le changement est prévu pour le 30 septembre 2016. Le président de l’ICANN est maintenant suédois et se nomme Göran Marby.

Oui sauf que

Les États, comme la France, veulent avoir plus de contrôle et accusent cette transition de favoriser le GAFA [11].

Les ingénieurs accusent les États de vouloir contrôler le réseau tandis qu’eux souhaitent assurer la stabilité du réseau (cf. Vinton Cerf)

La société civile et les internautes veulent plus de diversité mais les États craignent une atteinte à l’intégrité de leur web territorial et les ingénieurs à une fragmentation du web. Ici États et ingénieurs ont un point d’accord.

Les États-Unis (élus et marques) souhaitent que l’ICANN reste sous droit californien pour la sécurité des affaires.

Conclusion

La gouvernance de l’Internet ne peut être celle d’un État, ni des États. L’histoire de l’Internet montre que les techniciens, les gouvernants, les entreprises et la société civile sont de multiples parties prenantes de cette gouvernance de l’Internet qui concerne la couche d’application du web.

Des changements au cours de l’année 2016 sont à prévoir au niveau de l’ICANN et de l’IANA, car le gouvernement américain ne peut plus asseoir sa légitimité et le maintien du statu quo au motif que le système est stable et sécurisé.

Mais les élections américaines et la faiblesse du temps de mise en place sont également des freins à ne pas négliger. Les États comme la France en général y voient la mainmise du GAFA, mais tous les États membres de l’UE n’ont pas la même position.

Des États comme le Brésil qui était également fers de lance du retour des États dans la gouvernance de l’Internet semblent quelque peu en retrait. Dans le même temps, l’Inde met en accusation Facebook sur sa volonté de restreindre l’accès à tous les services de l’Internet.

La gouvernance de l’Internet n’est pas celle des bons sentiments, des utopies sociétales ou techniques. L’enjeu n’est pas la gouvernance, mais le monopole ou l’oligopole qui semble se jouer dans un duo, entre États et entreprises. A moins que le travail des ingénieurs pour construire ce réseau et les demandes de la société civile et des internautes, d’un Internet comme un bien commun ne soient pas oubliés ?

[1] Cet article est issu de la conférence inaugurale présentée le 21 mars 2016 à Sciences Po Poitiers et des cours de Communication et libertés (numériques) et d’Intelligence territoriale dispensés à l’IAE de Poitiers. cf. publication: LE BECHEC M. (2014), Nouveaux noms de domaine génériques et ICANN : Un territoire en ligne au-delà des frontières classiques d’un territoire « physique » ?, in. Saleh I., Zacklad  M., Leleu-Merviel S., Jeanneret Y., Massou L., Roxin I., Soulages F., Bouhaï N., Frontières numériques, Paris, l’Harmattan, p. 145-16, disponible sur Academia.edu. Des entretiens sont menés depuis juillet 2015 avec Mathieu Crédou, Marie Berthelot de l’AFNIC que je remercie pour le temps qu’ils m’accordent.

[2] Wikipédia et pour les images Qui détient (vraiment) les clés d’Internet, GQ magazine, 2014, pour le contenu Internet est en réalité contrôlé par 14 personnes qui détiennent 7 clés secrètes, Journal du Net, 2014

[3] Louis Pouzin et ICANN ou Louis Pouzin et gouvernance de l’Internet;

[4] Chine: vers un grand schisme de l’Internet, Le Monde, 2010

[5]ICANN et diversité linguistique

[6]Françoise Massit-Folléa, vidéo

[7] ICANN, Transition, 2009

[8]Nous devons défendre la liberté sur internet, Vinton Cerf, Le Monde, 2012; Gouvernance du Net: un important sommet s’ouvre à Dubaï, 2012, Le Monde

[9]NTIA, 2014, annonce transition

[10]Net Mundial, 2014, PDF

[11][Icann] La France dénonce une mainmise des GAFA sur la gouvernance d’Internet, Journal du geek, 2016

Open Data et Intelligence économique

Appel à contributions de la Revue Internationale en Intelligence Economique R2IE

Open Data et Intelligence Économique
Nouvelles ressources, nouveaux usages, nouveaux défis

Open_Data_stickers

Dossier spécial coordonné par
Louis-David Benyayer, enseignant-chercheur à l’ICD Business School
Mariannig Le Béchec, enseignante-chercheur, CEREGE, IAE de l’Université de Poitiers
Olivier Mamavi, enseignant-chercheur à l’ICD Business School

Contexte
Initié aux USA et en Angleterre en 2009, le mouvement d’ouverture des données (open data) consiste, pour une organisation, à rendre accessibles certaines de ses données (transports, météo, santé, marchés publics,…) pour qu’elles soient réutilisables par des entreprises ou des citoyens. Au-delà des enjeux initiaux sur la transparence de l’action publique, l’ouverture des données devient une source d’information importante. En France, par exemple, l’État met à disposition ses données (www.data.gouv.fr), des start-up construisent des services innovants sur la base de données ouvertes (Data-publica) et des acteurs historiques ouvrent leurs données à leur écosystème (SNCF, Orange).
Mais, à la différence de l’open source ou du big data, le mouvement de l’open data se distingue très nettement des autres concepts issus des nouvelles façons de produire et de partager de l’information. Alors que l’open source vise à fournir des applications, l’open data cherche à libérer des données, souvent volumineuses, et à s’affranchir des limites sur les droits d’accès et de réutilisation.
Selon McKinsey, la valeur annuelle de l’open data se situe entre 3 220 et 5 290 milliards de dollars. Tous les secteurs économiques sont concernés, et les opportunités en termes d’amélioration de performance, concernent à la fois la productivité et les revenus : trouver de nouveaux clients, améliorer le marketing mix, réduire les coûts marketing, concevoir de nouvelles offres…
L’exploitation de données ouvertes devient, alors, un enjeu fondamental de l’Intelligence Économique (IE). En effet, l’une des principales pratiques de l’IE consiste à mettre en place une démarche de transformation de l’information en connaissance utile pour prendre des décisions stratégiques. Dans le cycle du renseignement (besoin, collecte, analyse et diffusion), l’acquisition d’information est une étape fondamentale. Or, l’ouverture des données donne accès à de nouvelles ressources et nous oblige à penser aux nouveaux usages.

Thèmes suggérés
La R2IE réalisera un numéro spécial qui aura pour objectif d’approfondir la réflexion sur la relation entre l’open data et l’Intelligence Économique.
Ce numéro se propose d’accueillir tous types de travaux pouvant revêtir un caractère théorique, méthodologique, ou être basés sur des études empiriques, notamment via la présentation d’études de cas. Nous invitons les contributeurs à proposer leurs analyses sur des thèmes tels que (liste non exhaustive ouverte aux propositions des auteurs) :

– prise de décision à partir de données ouvertes
– stratégies et gouvernance de l’ouverture des données
– réutilisation des données et applications de l’open data
– enjeux organisationnels et impacts de l’open data
– valorisation des données et nouveaux business model
– open data et écosystèmes d’affaires
– traitement des données ouvertes et management des connaissances
– risques et menaces de l’ouverture des données
– accessibilité et fiabilité des données ouvertes et massives
– sécurité, confidentialité, protection des données et éthique
– open data et self data
– open data et intelligence territoriale.

Calendrier
Les auteurs doivent communiquer à la revue leur intention de contribution sous forme d’un résumé avant le 30 mars 2016.
Une réponse sera adressée dans les 15 jours.
Les auteurs dont les propositions auront été retenues, devront remettre leurs articles définitifs avant le 30 juin 2016.

Consignes de rédaction
Le résumé sera de 4500 caractères au maximum, précisant le titre de la communication, les auteurs (avec leurs coordonnées), les enjeux du sujet, le positionnement théorique, la problématique, la démarche et les résultats attendus.

La R2IE invite les auteurs à prendre connaissance des consignes de rédaction disponibles à cette adresse : http://www.revue-r2ie.com

Contact _ Correspondance et envoi des contributions : redaction.r2ie(a)gmail.com

Pour le télécharger: http://scb5335ee051ea784.jimcontent.com/download/version/1454073563/module/8484776185/name/AC%20OPEN%20DATA%20ET%20IE.pdf

Note de lecture. Urbanités et territoires numériques, Hélène Bailleul & Thierry Bulot, 2015

Ce billet est une note de lecture de l’ouvrage :

BAILLEUL Hélène, BULOT Thierry (Dir.), Urbanités et territoires numériques. Approche interdisciplinaire. Bruxelles, Editions Modulaires Européennes, 2015.

Couverture Ouvrage H. Bailleul, T. Bulot, Urbanités numériques, 2015

Couverture Ouvrage H. Bailleul, T. Bulot, Urbanités numériques, 2015

Cet ouvrage est le résultat d’un séminaire co-organisé à l’Université Rennes 2 par les deux auteurs qui ont dirigé cet ouvrage, Hélène Bailleul et Thierry Bulot. Cet ouvrage a pour thème les urbanités numériques et les territoires numériques, même si les deux auteurs interrogent dès l’introduction ce terme numérique et son usage quelque peu abusif. L’approche est transdisciplinaire mêlant sciences du langage, de l’information et de la communication, de la gestion, de la géographie, de l’histoire de l’art et de l’urbanisme. Ce cocktail composé de 8 chapitres finit par donner un aperçu cohérent de multiples approches méthodologiques et conceptuelles sur ce thème, avec des terrains d’observations sur plusieurs pays.

Chap 1. Urbanités langagières, plurilinguismes et diasporisation(s) numérique(s) (itinérances de recherche entre La Réunion et la Bretagne), Thierry Bulot et Gudrun Ledegen

Dans ce chapitre, les langues et le numérique sont interrogés dans la lignée des travaux de la fin des années 1990 sur le dialogue homme/machine. En effet, la langue dans le numérique est à la fois des codes et des pratiques. Une analyse formelle de la langue et de son caractère hybride est mise en évidence en raison de l’usage du numérique et de la pluralité de ces usages. Les auteurs mobilisent alors la diasporisation sociolinguistique pour interroger la spatialisation des langues, des discours et comprendre ainsi les dynamiques langagières. Ils développent ainsi une sociolinguistique urbaine autour d’un cadre théorique, une méthode et un spatialisme des langues dans deux situations sociolinguistiques différentes, la Bretagne et l’île de La Réunion. Leur terrain d’observation est la plate-forme Facebook, ou plus précisément les pages web « Tu sais que tu viens de la Réunion quand … » et « Tu es breton si… », devenu « Tu sais que tu es breton quand… ».

Chap 2. Quelles approches méthodologiques d’un « web territorial »?, Mariannig Le Béchec

Le chapitre est résumé dans le précédent billet « le drapeau : un signe transposable », du 19/11/2015, sur ce blog qui explique la prolifération des images et plus précisément de signes transposables, leur signification variable en raison de la multiplicité des acteurs qui les créent, les mettent en scène et en discours au sein de « l’espace public numérique ». 

Disponible en archives ouvertes: https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01262286v1

Chap 3. Approche info-communicationnelle du déterminisme technologique de « la société de l’information » au Sénégal : l’exemple du web social, Sahite Gaye

Les TIC sont-elles obligatoires pour l’épanouissement des individus, s’interroge l’auteur. A partir d’une socio-critique de la société de l’information et du déterminisme technologique au Sénégal, passe en revue les discours des acteurs internationaux, UNESCO et UTI et reprend la littérature scientifique du domaine. Puis l’auteur interroge les discours émis par les pouvoirs publics du Sénégal depuis 2002 sur ce thème du numérique.

Chap 4. Le marketing territorial dans la fabrique des villes créatives : une approche comparative de Rennes, Nantes et Saint-Etienne, Charles-Edouard Houllier-Guibert et Jean-Baptiste Le Corf

Les auteurs s’intéressent à l’évolution de « l’image de marque » des territoires selon les valeurs présents dans la société. Ainsi, en 2010, la notion de créativité est déclinée selon les villes étudiées Rennes, Saint-Etienne et Nantes comme une créativité économique, culturelle et sociale. Nous reprenons ici le cadre théorique des auteurs.

La créativité est donc une notion transversale qui offre un argument facilement activable dans les supports de communication qui promeuvent les politiques publiques auprès des différentes cibles envisagées.

Les trois formes de développement territorial selon l’usage envisagé de ce qu’est la créativité pour un territoire sont les suivantes :

  1. La créativité renvoie à un lieu de production en lien avec les industries culturelles et créatives. « L’ancrage territorial est déterminant (…) ce que les clusters incarnent, amenant à considérer les industries créatives comme des industries de ce territoire. (Cormerais et Beraud, 2012) », p. 57. Cet ancrage devient donc mesurable ce qui est un atout pour les élus. La French tech illustre ce premier point dans le texte.

    Logotype French-tech, source Wikipédia.fr

    Logotype French-tech, source Wikipédia.fr

  2. La créativité est en lien avec la présence des acteurs de la culture, de la classe créative (Florida, 2002) sur le territoire. Cette théorie de la classe créative est controversée. Elle supposerait que les entreprises s’installeraient dans les territoires où la création et les créateurs sont nombreux. Les expressions telles que scènes culturelles ou urbaines illustreraient cette seconde forme.
  3. La troisième forme est la « contribution citoyenne » ou la « créativité sociale ». Le principe est de mettre en place une communication dialogale entre les élus, services et citoyens. L’objectif serait donc l’implication, la participation à la chose publique voire son appropriation. Nous noterons que ce terme appropriation oblige à considérer que la chose publique est créée, construite hors des citoyens, des habitants d’un territoire qui doivent ici de l’approprier. Le thème de l’open data est ici mobilisé.

Les auteurs vont appuyer leur théorie sur des exemples précis à partir de trois villes : Rennes, Saint-Etienne et Nantes.

Chap 5. La ville d’Alger : Discours sur le « vécu » et la « métamorphose urbaine », Kahina Djerroud

L’auteur s’intéresse aux discours sur les espaces et les groupes sociaux à partir de la définition de la ville par le centre Max Weber de Lyon. L’objectif est d’interroger la fragmentation, est-elle sociale, spatiale, socio-spatiale ou langagière ? (p. 80). Quelle est la connotation de cette fragmentation dans les discours des habitants d’Alger ? L’auteur présente le concept de fragmentation depuis son apparition dans les années 1990 et les discussions en cours dans la communauté scientifique. Son analyse de 25 questionnaires distribués auprès d’habitants d’Alger, la conduise à interroger finalement dans ses travaux de recherche l’urbanité plus que la fragmentation.

Chap 6. L’homme dans la ville, Réflexions sur la performativité des visuels urbains, Raphaële Bertho

Texte publié précédemment dans Cultures-Kairos, Revue d’anthropologie des pratiques corporelles et des arts vivants. [En ligne], mis à jour le : 18/11/2014, URL : revues.mshparisnord.org/cultureskairos

Raphaële Bertho interroge ici le faire-agir des images artistiques dans l’espace public, à la fois dans sa dimension physique et symbolique en reprenant ici la définition de la sphère publique par Eric Macé (2006). Ainsi, l’auteur analyse les tensions parfois une « lutte des imaginaires » ou un « affrontement symbolique » que peuvent susciter ces images dans le cadre de projets urbains. Les images sont interrogées selon leur performativité, notion qui mobilise donc les travaux d’Austin. Dans le fil de son argumentation, l’auteur présente une « iconographie normative » autour d’un projet urbain à Bordeaux puis les disruptions que mettent en scène des artistes tels que Alban Lecuyer en détournant ces « iconographies normatives » ou JR qui à partir de portraits présents sur son site web et affichés dans le territoire joue sur les frontières numériques entre l’espace physique et le web. L’auteur conclut « que ce soit in visu, dans l’espace de l’image, ou in situ, à travers sa mise en situation physique, les images artistiques « performent » dans le but d’opérer un renversement des hiérarchies géographiques, sociales ou politiques du visible. » (p. 110).

JR, Inside Out, Irbid, Jordan, "We are Arabs. We are Humans", source Wikipédia.fr

JR, Inside Out, Irbid, Jordan, « We are Arabs. We are Humans », source Wikipédia.fr

Chap 7. Médiation des projets urbains : une fabrique urbaine augmentée ?, Hélène Bailleul

La coopération des élus et des habitants pourrait se résumer en une action publique collaborative. Depuis 20 ans, les travaux sur l’aménagement collaboratif (‘collaborative planning’) ou l’urbanisme participatif (Söderström, 2000) accompagnent la question du débat public. Pour l’auteur, ces débats sont inscrits dans un ensemble plus vaste que sont les relations et hiérarchie sociales, sources d’inégalités et non d’espace de discussion entre des individus faisant usage de la raison sur un même pied d’égalité, selon l’idéal habermassien. L’auteur s’intéresse plus précisément aux outils de médiation (Lascoumes et Le Gales, 2005) dans le cadre de projets urbains. L’urbanisme permettrait de réveiller la démocratie locale et se déclinerait lui aussi en participatif, collaboratif au service de villes durables. Les TIC aideraient à la décision, accélèreraient les projets et faciliteraient la prise de décision. Mais quelles sont les relations entre élus et habitants ? Quels sont les usages de ces outils numériques ? L’auteur définit alors ce qu’est un espace public de projet. Ce sont donc les images mobilisées pendant la phase de projet qui sont analysées, puis leur rôle comme média, notamment numérique. L’auteur doute de l’usage du numérique comme « capacité « à augmenter » la participation citoyenne. » (p. 131).

Conclusion

Cet ouvrage offre un autre point de vue de ce qui est peut-être nommé l’intelligence territoriale. Les chapitres prennent en compte les villes plus que les territoires, mais le recours au imaginaire, aux identités, au symbolique amènent également sur la notion de territoire. Ce sont donc les usages des habitants, des élus, des artistes qui sont ici interrogés dans leur manière de fabriquer la ville, l’espace urbain. Le terme numérique est associé par les auteurs aux adjectifs participatif, collaboratif sans que les auteurs n’arrivent à dépasser les relations existantes entre élus et citoyens par exemple. Je m’intéresserai très certainement à cette question dans le prochain billet de ce blog.

Le drapeau : un signe transposable ?

Peut-être avez-vous ces derniers jours affiché votre image de compte sur Facebook avec un filtre du drapeau tricolore français, bleu-blanc-rouge. Peut-être avez-vous trouvé que cette proposition ne vous convenait pas et vous n’avez rien changé, ou si, mais vous avez choisi une autre image qui vous semblait mieux vous convenir.

Un article publié sur le site web du journal suisse Le Temps intitulé « Polémique sur Facebook: « Je ne suis pas un drapeau [1] » par Marie Claude Martin ne suscite aucun commentaire à l’heure de l’écriture de ce billet, quelques RT exceptés. Et l’auteur de rappeler qu’il est un marqueur, comme /Je suis Charlie/ en janvier 2015. La différence est que le premier est proposé par la plate-forme Facebook, le second a été créé par un internaute, un graphiste Joachim Roncin [2]. Et voilà, tout le problème, que Fabrice d’Almeida cité dans l’article le résume très bien dans son billet de blog « A propos de la polémique sur le drapeau français sur Facebook » [3] : nous oublions l’histoire de ce drapeau comme « signe fondateur », ce symbole de notre République depuis la constitution de 1958 alors même que l’on adopte des « icônes bricolées en un jour ». Ce billet veut proposer des pistes d’interprétation pour analyser la distinction entre signe et symbole en lien avec un territoire, une nation et l’intérêt pour l’acteur politique d’accompagner cette propagation de signes. Ma conclusion de thèse était, plutôt que de verrouiller la signification de ces signes, par exemple un drapeau, les institutions devraient encourager leur circulation, leur propagation.

source http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/fluctuat-nec-mergitur-la-devise-de-paris-peinte-a-republique-pour-ne-pas-sombrer_1735934.html

Figure 1. Devise Paris, paris, novembre 2015, source http://www.lexpress.fr/actualites/1/culture/fluctuat-nec-mergitur-la-devise-de-paris-peinte-a-republique-pour-ne-pas-sombrer_1735934.html

Par exemple, cette devise « Fluctuat Nec Mergitur », peinte place de la République à Paris le 14 novembre 2015 par un collectif de graffeurs dont des membres de Grim Team, a été relayée par des comptes d’élus parisiens sur Twitter, notamment celui d’Anne Hidalgo le 16 novembre 2015. Une devise, créé vers 1190, peut-être un temps oubliée, se propage ici sur un ensemble de comptes liés à des réseaux sociaux numériques. Cette création, apparition, réapparition, je la qualifie d’agence (Appadurai, 1996, Hoskins, 2006, Descola, 2007) des signes transposables.

Un signe transposable est un signe ayant la puissance à la fois de rester attaché à un territoire dans l’espace et dans le temps, et de circuler sur le web en devenant ainsi capable de traduire et de reformuler le territoire sur le web. Cette circulation et cette transposition produisent une nouvelle version de ce qu’est une échelle territoriale sur le web, de l’attachement territorial sur le web et des communautés politiques qui se développent sur le web. Ces signes n’ont pas valeur de symbole car ils n’ont pas été définis comme tels par une autorité.

La Tour Eiffel mixé avec le symbole peace-and-love, créé par Jean Julien, Designer à Nantes, novembre 2015.

Figure 2. La Tour Eiffel mixé avec le symbole peace-and-love, créé par Jean Julien, graphiste à Nantes, novembre 2015.

Ce monument qu’est la Tour Eiffel peut donc signifier que l’on demeure attaché au territoire français sur le web car stylisé c’est un signe présent dans les logotypes des associations de français à l’étranger. La Tour Eiffel attache par sa présence, sa forme, ses propriétés sémiotiques à une ville Paris et plus largement à un territoire qu’est la France. Barthes (2002 : 657) nous l’indique « dans le symbole, la représentation est analogique et inadéquate (le christianisme « déborde » la croix), face au signe, dans lequel la relation est immotivée et exacte (…) ». La France déborde du lieu d’implantation géographique de ce monument, Paris. Mais notre difficulté ici dans la figure 2 est que l’on voit un signe mixé avec ce qui est selon le sens commun un symbole de la paix créé par le graphiste britannique Gerald Holtom en 1958. Or dans la page Wikipédia française associée à ce signe, sa signification est multiple. Loin d’une signification verrouillée, l’unité sémiotique se délite, se transforme, s’agence, se ré-agence sur le web. La propagation, la circulation, les transformations de ce signe nous intéressent ici.

D’icône, cet exemple /peace-tour-eiffel/ pourrait être qualifié de symbole. Quelle est la signification de ce terme ?

Figure 3. « Flag of France » par This graphic was drawn by SKopp. — Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flag_of_France.svg#/media/File:Flag_of_France.svg

Figure 3. « Flag of France » par This graphic was drawn by SKopp. — Wikimedia Commons – https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Flag_of_France.svg#/media/File:Flag_of_France.svg

Durkheim (1968) s’est intéressé au drapeau dans son étude sur « Les formes élémentaires de la vie religieuse ». Le statut de ce drapeau, pour lequel des individus pouvaient mourir, n’est pas toujours clair. Une partie de son texte insiste sur la force propre de l’objet qui capte les énergies des soldats et les entraîne à agir pour le défendre, alors qu’aussitôt la suite du texte rappelle qu’il ne s’agit « que » d’un signe tenant lieu de la force collective de la société. Précédemment dans ce billet, le drapeau est défini comme un « signe fondateur » de la République par l’historien, F. d’Almeida. Sans chercher ailleurs la force qui lui est propre et qui fait se connecter des êtres, nous observons que ce drapeau est apposé sur un compte Facebook afin de l’associer à un événement tragique ayant eu lieu à Paris en novembre 2015.

Je dirai donc que ce drapeau ou cette /peace-tour-eiffel/ peut être défini comme un signe transposable (Le Béchec, 2010). Non pas au sens réducteur de signe, il représente la France mais au sens sémiotique strict de représentation organisée. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de la qualité graphique d’un tel signe : certains signes demeurent non-transposables ou intransposables, non pas en raison de la faiblesse des attachements politiques qu’ils suscitent mais uniquement parce qu’ils sont mal composés, mal organisés en tant que matérialité. La circulation de la Figure 2. cache sans doute de nombreux autres signes créés et qui n’ont pas trouvé leur public. Une analyse quanti-qualitative serait susceptible de montrer que certains relayeurs du drapeau ou d’autres signes transposables sont sensibles avant tout à une esthétique plus qu’à un message politique. Cette transposabilité ne se définit pas. Des commentaires, articles de presse montrent bien cet étonnement dans la présence du drapeau ou d’autres signes. Cette qualité propre au signe se vérifie après coup dans la circulation générée et dans cette propension à faire tenir ensemble des acteurs, des lieux, des discours par ailleurs très hétérogènes.

Face à ces « icônes bricolées en un jour », il est tentant de dire que cette qualité de transposabilité du signe enlève toute vertu politique de fondation d’une quelconque communauté. Tenons le raisonnement inverse : la capacité d’agrégation d’un signe transposable, relié à un héritage bien particulier, attaché à un territoire, démontre le caractère de composition médiatique de toutes les communautés politiques. Cette composition médiatique varie dans le temps selon l’histoire des médias comme l’a démontrée A-M. Thiesse (1999 : 117-120). « Il n’est pas nécessaire de disposer d’un matériel compliqué pour ouvrir un site web, et la diffusion d’informations par cette voie est d’un coût modique. La célébration de la nation sur Internet est plus souvent le fait de particuliers que d’organismes officiels ou d’institutions publiques. Les identités nationales sont-elles menacées par la globalisation ? Elles ont en tout cas trouvé pour l’instant une nouvelle vitalité grâce au médium planétaire, symbole des changements en cours. La véritable question est plutôt de savoir si la fonction sociale et politique qu’elles ont remplie depuis deux siècles va perdurer. […] L’histoire de nos nations montre bien qu’une identité collective se construit, dans un travail lui-même collectif, qui prend appui sur les nouveaux médias de communication. »

Sans ces artefacts et leur agence, aucun travail politique communautaire ou institutionnel ne serait possible et nul ne peut dire où résiderait ce sens politique s’il n’était pas porté par des signes transposables qui jouent un rôle dans ce travail d’assemblage. Des d’articles de presse mentionnent la place de ces signes, évoquant parfois une « solidarité » entre les acteurs qui mobilisent ces signes. L’attachement territorial (Le Béchec, 2010) de ces signes est considéré comme un « faire-agir» (Latour, 2000). Ces signes n’ancrent pas leurs porteurs dans le territoire sinon ils n’auraient pas la capacité de circuler. Ces signes signifient un lien avec un territoire et sa propagation affiche un lien entre les différents comptes de réseaux sociaux numériques qui le présentent. Dans les théories des réseaux sociaux, la stratégie des acteurs humains explique cette capacité de propagation. Mais les qualités intrinsèques de ce signe transposable, capable de se propager et d’agréger sur le web, renvoient également à toute la force des liens faibles (Granovetter, 1973). Car que nous le voulions ou non, ces signes sont agrégés et deviennent dans le cadre d’analyses du web un marqueur quantifiable de la présence ou de l’absence d’un quelque chose selon l’objet de l’étude [4], qui repose sur le lien entre des entités, ici des comptes sur des plates-formes. B. Anderson le souligne au sujet des communautés imaginées qui fondent les nations. « Elle est imaginée parce que même les membres de la plus petite des nations ne connaîtront jamais la plupart de leurs concitoyens: jamais ils ne les croiseront ni n’entendront parler d’eux, bien que dans l’esprit de chacun vive l’image de leur communion. […] Les communautés se distinguent, non par leur fausseté ou leur authenticité, mais par le style dans lequel elles sont imaginées. » (Anderson, 2002)

Ces sites web, ces plates-formes donnent à voir, organisent les traces de ce style dans lequel elles sont imaginées. Pourtant les deux auteurs, de l’article de journal ou du blog, le soulignent ce signe a des significations diverses selon les personnes qui l’apposent sur leur profil.

Vers une échelle de l’attachement territorial des signes transposables

Le signe transposable nécessite donc de se référer à un répertoire d’objets signifiants. Mais il ne faut pas que ce sens soit verrouillé, il doit pouvoir circuler, être transformé pour pouvoir être repris et devenir une convention. En ce sens, ces signes ne sont pas des symboles. Aucune autorité, au sens institutionnelle du terme ne verrouille leur sens ou leur attribue une légitimité. Cet objet signifiant se distingue entre son contexte de production et son contexte d’usage. La connotation doit pouvoir varier. C’est l’agence de l’objet, des artefacts (Descola, 2007, Hoskins, 2006). Le territoire est donc un répertoire de formes et de concepts sur le web. Mais ces signes n’ont pas toujours la même signification, ce qui rend complexe l’interprétation. Ces signes sont de plusieurs types selon qu’ils engagent :

  • un lien avec le territoire (propriétés sémantiques de l’attachement) ;
  • une capacité à circuler (propriétés sémiotiques des formes « circulantes » sur le web).

L’attachement territorial est ainsi signifié et produit par l’exposition répétée d’un signe sur le web, et précisément d’un signe transposable (Le Béchec, 2010). Ces signes peuvent changer de signification selon leur contexte d’énonciation. Leur propagation est dépendante d’autres critères, notamment celui de l’oubli ou du refus. Nous proposons de prolonger l’analyse de leur propagation à l’aide d’une échelle de l’attachement des signes transposables.

Selon Descola « […] L’agence est ici la traduction approximative en français de l’anglais intraduisible agency, qui désigne une intentionnalité causale. L’authentification par l’agent recherche l’origine, le producteur, les conditions de production, le contexte à l’intérieur duquel l’objet a été produit, et s’interroge un peu moins sur son usage, alors que l’authentification par l’agence s’interroge sur l’efficace déléguée dans l’objet non seulement par ses producteurs mais par tous ceux qui en ont l’usage. […] Il y a une agence initiale qui est celle que les producteurs et les utilisateurs à l’origine, dans le contexte de production, lui ont donnée. […] Mais il y a aussi des agences successives, historiquement contingentes, qui tiennent aux conditions dans lesquelles ces objets ont été transportés dans d’autres contextes. Ces agences peuvent être tout aussi significatives et légitimes. Mais évidemment pas pour ceux qui ont produit ces objets » (2007 : 393).

Ainsi, il existe une agence du contexte de production et une agence du contexte d’usage. Il existe donc une agence significative variable des signes selon ce qu’en font les acteurs et non uniquement selon leur contexte de production. En ce sens, il pourrait exister dans notre échelle de l’attachement territorial, un cas où un signe indique un attachement territorial et un cas où un signe pourrait indiquer un détachement selon la mise en scène de l’internaute. Nous avons défini une échelle de l’attachement territorial de ces signes en prenant en compte cette variation et dans une approche pragmatique des significations.

Tableau 1. Echelle de l'attachement territorial et de l'agence des signes transposables . M. Le Béchec, 2015

Tableau 1. Échelle de l’attachement territorial et de l’agence des signes transposables . M. Le Béchec, 2015

Cette échelle se compose de cinq degrés : la revendication ; le bricolage ; la convocation au sens de présence ; l’absence et l’objection au sens de rejet. Les cinq degrés ont été construits à partir de plusieurs concepts :

  1. Revendication : Nous reprenons ce terme revendication à l’étude des mouvements sociaux de Neveu (2005).
  2. Bricolage : Ce degré reprend la notion de bricolage chez de Certeau (1990). Le bricolage est la ruse au sens de métis, celle qui permet d’occuper le terrain du plus fort.

Le drapeau apposé sur les profils est transformé. Alors qu’il est mis en berne sur les frontons des établissements publics, des institutions, les internautes l’affichent et nous oserons le dire fièrement. Rappelons que Facebook n’a pas proposé le filtre d’un drapeau en berne. Mais cette reprise du drapeau français sur cette plate-forme par les internautes ne duplique pas à l’identique la représentation choisie par les autorités.

  1. Convocation (présence) : Ce sont des signes apparemment neutres où le territoire est convoqué dans sa dimension administrative par exemple.
  2. Absence : L’absence est plus difficile à relever car comme l’évolution dans la disparition ou le rejet, elle se situe dans lieux et des temps différents. « Il ne faut donc pas seulement considérer les changements dans l’espace, mais aussi les changements dans le temps. Pourquoi des sociétés (ou des rituels) passent-elles de formes culturelles « épaisses » à des formes « maigres », rejetant ainsi ce qui était jadis central pour toute leur existence ? » (Goody, 2006 : 17).
  3. Objection (rejet) : C’est « le problème de l’intentionnalité, des objections délibérées », comme la « représentation fautive ou inappropriée » de Dieu (Goody, 2006 : 22), ou ici de la nation, de la République.

Ces degrés montrent que la mobilisation pour une cause peut varier dans le temps si la temporalité d’un signe, son agence est prise en compte. Ainsi, entre un contexte de production et un contexte d’usage d’un signe, il existe des variations, voire des changements de connotation en fonction du temps de l’énonciation et de l’émetteur.

Conclusion

L’agence d’un objet (Descola, 2007), d’une signe peut être réformée dans le temps présent en emmenant et en oubliant parfois ses significations précédentes. La fiction sur le web n’est pas un retour de la symbolique, de la symbolicité mais une prise en compte du mouvement, d’un « Grand Dérangement » (Balandier, 2005), où l’institutionnalisation prend place dans la prolifération de signes, d’acteurs, de pratiques.

« Le pouvoir politique perd aussi une certaine relation au temps, notamment à la temporalité qui le légitime en l’établissant dans la durée. Le passé n’est plus une source suffisamment vivifiante, il se réduit souvent aux formes que lui donnent la gestion patrimoniale et la répétition commémorative. Les générations nouvelles l’oublient et l’exaltation des lieux de mémoire suffit mal à la transmission. La conservation informatisée des traces et des événements du passé historique, l’archivage par numérisation des monuments et des personnages, transforment en rapport d’information ce qui était d’abord une relation forte – par le jeu des affects, des émotions, des transpositions imaginaires – de nature identitaire, une relation qui se fondait sur le sentiment d’appartenance à une identité collective continuée. […] C’est dans le présent que l’action humaine se détermine. Elle prend sens immédiat, peu à même de voir ce qui était avant, presque incapable de se projeter dans l’après, dans un devenir où l’imprévisible fait de plus en plus irruption. » (Balandier, 2005 : 95-96) Même si les détenteurs de quelques algorithmes souhaiteraient prédire ce devenir.

L’institutionnalisation du web doit prendre en compte les propriétés d’un outil de communication numérique comme le web. Il autorise des acteurs hétérogènes, multiples à travailler des signes qui paraissent avoir perdu leur capacité à symboliser et qui, dans le même temps, ont la capacité d’être attachés à un territoire car leur substrat territorial demeure dans les affinités qui circulent sur le web et qu’il génère. Cette capacité à gérer la prolifération et la circulation est l’une des clés de l’institutionnalisation du web, qui interroge directement les pouvoirs politiques institués. L’agence de l’objet (Descola, 2007), permet de distinguer un contexte de production et un contexte d’usage. D’ailleurs ce contexte d’usage était préexistant au web, mais le web rend visible ou cohérent certaines pratiques. Dans le même temps, cette approche nous permet de mieux comprendre que l’attachement territorial peut se faire à différents degrés pour les signes transposables. Ces signes transposables deviennent des marqueurs de la France sur le web et y circulent. Ce pays déborde de ces frontières afin d’être repris non pas comme de la pure signalétique, mais comme un quelque chose qui attache ensemble des acteurs, un « faire-agir » (Latour, 2000).

L’acteur politique ne peut donc plus verrouiller le sens de ces signes. L’acteur politique ne peut plus maîtriser, contrôler leur circulation mais les repérer et accompagner leur circulation. Bonaccorsi conclut de même au sujet des professionnels de la communication qui « sont plus que jamais confrontés à la nécessité d’anticiper les circulations des textes qu’ils produisent (affiche, photographie, extrait vidéo, « petite phrase » etc.), de les maîtriser comme d’accepter d’en perdre le contrôle » (2013). J’ai donc  défini le concept de « fiction circulante » comme cette capacité à manager les éléments qui circulent sur le web par un acteur, cette capacité à accompagner la circulation de signes transposables (Le Béchec, 2013).

Et les graphistes dans les exemples précédents ont compris cette agence des signes transposables, de cette production stylisée de signes et de la capacité de propagation des signes sur le web. Joachim Roncin, créateur du slogan « Je suis Charlie » l’exprime ainsi « C’est très bizarre. Cette phrase, intime à la base, a fait sa propre vie. L’infiniment petit qui était en moi devient énorme et la propriété de tous. »[5] La circulation de ce signe sur le web dépasse son contexte de production. Dans le même temps, les plates-formes de réseaux sociaux organisent voire initient cette circulation en la centralisant, pouvant stopper à plus ou moins longs termes l’agence de ces signes transposables.

ANDERSON B., 2002, L’imaginaire national: réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, La Découverte-poche.

APPADURAI A., 2005, Après le colonialisme, Les conséquences de la globalisation, Fayot.

BALANDIER G., 2005, Le grand dérangement, PUF.

BARTHES R., 2002, Éléments de sémiologie, Œuvres complètes, Tome 1, Éditions du Seuil.

BONACCORSI J., 2013, « Approches sémiologiques du web », in. BARATS C. (dir.), Manuel d’analyse du web, Armand Colin.

De CERTEAU M., 1990, L’invention du quotidien, tome 1, Gallimard.

DESCOLA P., in LATOUR B. (dir.), 2007, Le dialogue des cultures, Actes Sud-Musée du Quai Branly.

DURKHEIM, E., 1968, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, PUF.

GOODY J., 2006, La peur des représentations, La Découverte.

GRANOVETTER M, 1973, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, n° 78, p.1360-1380.

HOSKINS Janet, 2006, « Agency, Biography and Objects », dans Tilley Christopher et. al. (dirs.), Handbook of Material Culture, Londres : Sage.

LATOUR B., 2000, « Factures/fractures : de la notion de réseau à celle d’attachement », MICOUD A., PÉRONI M., Ce qui nous relie, Éditions de l’Aube.

LE BECHEC M. & BOULLIER D, 2014, Communautés imaginées et signes transposables sur un « web territorial », Études de communication n°42.

LE BECHEC M., 2013, « Territoire et web: analyser la multiplicité des acteurs et la prolifération des signes », in VACHER B. & LE MOËNNE C. (éds), Communication et débat public: les réseaux numériques au service de la démocratie ?, L’Harmattan.

LE BECHEC M., 2015, « Quelles approches méthodologiques d’un « web territorial » ? in Bailleul H., Bulot T. (Dir.), Urbanités et territoires numériques. Approche interdisciplinaire, Editions Modulaires Européennes.

NEVEU É., 2005, La sociologie des mouvements sociaux, La Découverte.

THIESSE A.M., 1999, La création des identités nationales: Europe XVIIIe-XXe siècle, Seuil.

[1]http://www.letemps.ch/societe/2015/11/16/polemique-facebook-ne-suis-un-drapeau-0

[2] source consultée : https://en.wikipedia.org/wiki/Je_suis_Charlie

[3]http://www.huffingtonpost.fr/fabrice-d-almeida/a-propos-de-la-polemique-sur-le-drapeau-francais-sur-facebook_b_8570244.html

[4]Voir une autre interprétation : http://rue89.nouvelobs.com/2015/11/17/changez-photo-profil-facebook-bleu-blanc-rouge-clic-262146

[5] Entretien Ouest-France, 06-01-2016, http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/654/reader/reader.html?t=1452101101969#!preferred/1/package/654/pub/655/page/5

Open Data et commentaires des internautes sur l’activité politique

Un billet sur les travaux de recherche menés sur l’open data avec Isabelle Hare, enseignante-chercheure du laboratoire ELICO, isabelle.hare (at) sciencespo-lyon (dot) fr, @Isah74

En Suède, dès 1766, A. Chydenius demande un contrôle par les citoyens des décisions politiques pour qu’elles soient justes. En 2015, les fichiers informatiques de l’administration suédoise se retrouvent sur Hitta.se, par exemple. Ainsi, il est aisé de connaître l’adresse, le numéro de sécurité sociale, le numéro de téléphone, le montant des revenus, le patrimoine imposable et l’état civil de son voisin. Or quand le terme open data est évoqué, notamment en France, c’est l’administration, le politique ou l’entreprise qui se doivent de fournir des données. En France, la CNIL, haute Autorité créée suite au projet SAFARI et la loi Informatique et libertés de 1978, modifiée en 2004, définit l’open data comme suit :

« Les « données ouvertes  » (ou open data) sont les données qu’un organisme met à la disposition de tous sous forme de fichiers numériques dans un objectif de transparence ou pour permettre leur libre réutilisation. » (source : www.cnil.fr).

Régulièrement, www.data.gouv.fr, plate-forme ouverte des données publiques françaises créée en 2011, donne accès à de nouveaux jeux de données. Ces données accessibles sont définies par la Cada, la Commission d’accès aux documents, créée par

« la loi n° 78-753 du 17 juillet 1978 qui reconnaît à toute personne le droit d’obtenir communication des documents détenus dans le cadre de sa mission de service public par une administration, quels que soient leur forme ou leur support » (source : www.cada.fr).

Les restrictions dans cet accès aux données sont donc les données liées à la vie privée et au secret des affaires. Simon Chignard (2012), dans son ouvrage, souligne que les données mises en circulation par les collectivités locales et territoriales concernent principalement le transport. L’ouverture à ces données ou informations de part leur agencement pose la question de l’anonymisation de ces dernières et amène également des critiques sur la réutilisation de ces données par des entreprises pour la fourniture de services payants.

Dans ce billet, l’open data a pour thème la mise à disposition de données par une institution sur son fonctionnement, ses pratiques. Cette « transparence » pourrait ainsi offrir la possibilité au citoyen de voir ce qui se joue dans les coulisses de l’Assemblée nationale, rendrait les élus plus accessibles et pourquoi pas, permettrait d’accroître la confiance dans l’action politique.

C’est sur la question initiale d’A. Chydenius du contrôle citoyen, ou plus précisément ici du commentaire d’un « citoyen-veilleur » qui s’exprime sans exercer de contrôle sur la décision ou l’action politique que je souhaite présenter le travail mené depuis deux ans avec Isabelle Hare, enseignante-chercheure du laboratoire ELICO.

Donner du sens à ces données

En effet, prenons le cas du Cablegate et de ces 251 287 documents. Qui peut lire un tableur comportant autant de lignes de données ?

Dans le cas du Cablegate, cinq journaux ont été associés pour traduire partiellement les documents en l’anglais pour leur public national. Vous pouvez encore voir un exemple à l’adresse url suivante : http://www.lemonde.fr/international/visuel/2010/12/06/wikileaks-lire-les-memos-diplomatiques_1449709_3210.html. Pour donner des repères dans cette pléthore de documents, chacun des journaux a fourni une mise en forme et une mise en scène des documents avec des métadonnées associées qui ont permis une répartition géographique, un classement par date ou par personne citée. Cette mise en forme par date, par lieux géographiques ou par thématiques rappelle la mise en forme de tout logiciel de veille vendu à une organisation pour analyser sa réputation ou sa e-réputation (C. Alloing).

Donner un sens à ces données est donc également un des objectifs. Mais pour que ces données soient exploitables par d’autres, il faut penser à l’interopérabilité et au standard qui est régulièrement évoqué sur cette question et qui rappelle le web de données développé par T. Berners Lee. Et, les huit principes définis par L. Lessig et O’Reilly le mentionnent. Ces données doivent être données complètes ; des données brutes, des données à jour ; des données accessibles à tous, pour tous les usages ; des données dont le traitement peut-être automatisé ; un accès non-discriminant ; un format non propriétaire ; des licences libres.

L’association Regards Citoyens via le site web www.nosdeputes.fr rend accessible des données diffusées par l’Assemblée nationale et le Journal officiel en appliquant les principes précédemment énoncés. L’association permet également le commentaire des internautes suite à l’ouverture d’un compte.

Isabelle Hare développe en ce sens une analyse du dispositif mis en place sur nosdeputes.fr par rapport au « gouvernement des chiffres ». Ce dispositif objective l’action politique par la mise en statistiques et subjective par la présence des commentaires des internautes, qui peuvent commenter l’activité parlementaire.

Je vais développer dans ce billet les commentaires publiés par les internautes. Contrairement à ce qui pourrait être attendu, nous ne parlerons pas de hoax ou de troll, qui dans le corpus de 3560 commentaires réduits à 3057 commentaires postés par 219 inscrits que nous étudions n’ont pas été déterminants à ce stade de l’analyse. Les internautes commentent l’activité d’un député et nous avons classé manuellement ces commentaires selon 41 thématiques différentes.

L’open data et transparence 

Une des hypothèses d’I. Hare étaient est-ce que l’approche des élections amène une augmentation de la fréquentation de ce dispositif ? C’est ici que nous nous avons commencé l’aventure ensemble. Dans une démarche empirique, j’ai commencé à arpenter page par page le site web et à compter manuellement. Les chiffres montraient une corrélation entre temps d’élection et inscription sur la plate-forme (Hare, Le Béchec, 2014).

Source: Hare I, Le Béchec M, 2014

Source: LE BECHEC M., 2014

Mais les étapes de vérification de ce travail manuel étaient chronophages. J’ai pu automatiser cette vérification et le travail exploratoire grâce à un programme informatique développé par P. Barnoux, informaticien qui nous a permis de travailler les données via l’API. L’image suivante résume parfaitement l’intérêt dans ce cas de l’automatisation…

ource: http://www.yvangodard.me/personnaliser-template-libreoffice-word-donnees-annuaire-ldap/

Source: http://www.yvangodard.me/personnaliser-template-libreoffice-word-donnees-annuaire-ldap/

Les fonctions basiques d’un tableur nous permettent donc d’étudier la répartition par date et l’activité du député commentée, comme dans la figure suivante.

Figure 1. Pourcentage des 3057 commentaires de nosdeputes.fr selon à l’activité du député (M. Le Béchec)

Figure 1. Pourcentage des 3057 commentaires de nosdeputes.fr selon à l’activité du député (LE BECHEC M., 2015)

Mais l’intérêt ici d’analyser les commentaires publiés par les inscrits sur le site web. Nous passons de ce fait à l’analyse des interactions (unidirectionnelles ici) avec le discours ou l’activité politique. Unidirectionnelles car les acteurs politiques ne participent pas à la réponse, « toujours en attente de réponse… !!!! » est un des commentaires. Les internautes demandent ou s’adressent à leur député en utilisant parfois une forme épistolaire ou imitant la prise de parole dans l’hémicycle (« Madame, Messieurs les députés, (…) »). Ils peuvent également encourager l’activité de leur représentant « bravo mr le Député et vive la France ». Les commentaires sont des jugements sur l’activité des députés: les termes /bien/ et /mauvais/ sont mentionnés respectivement 910 et 45 fois.

Dans le dispositif mis en place par l’association Regards Citoyens qui fait un travail remarquable de compilation des données, nous pourrions effectivement revenir à la noble proposition d’A. Chydenius ou d’un avatar de la « démocratie participative » (A. Coutant, 2012). Mais en naviguant sur nosdeputes.fr, l’internaute n’est-il pas poussé au paroxysme de la « transparence nue », cette tyrannie de la transparence (L. Lessig, 2009) ? En effet dans les commentaires nous pouvons lire clairement : « « (…) je suis d accord sur le nombre eccessifs d élus a tous les niveaux c est largent du peuple qui est gaspillés a tous les vents en frais divers que chacun va tenter de justifier déplacements repas ect, alors ellagons toutes ces dépenses inutiles budgetivores il faut alléger,, et ce a tous les niveaux car si on laisse faire comme d’habitude ce sera les plus petits qui seront virés par ceux d’en hauts, beaucoup de français demandent la suppression pure et simple du sénat, ou 350 sénateurs siègent pr faire quoi en réalité rien ! si non faire comme si, ces milliards sont engloutis là quant aux députés 576 alors que les US en comptent 350 ? bien sur que ce n’est pas eux qui vont se voter une suppression de la moitié des députés, et la france s’en porterait beaucoup mieux quand aux économies faites, j’ai pu vérifier l’activité du député qui me représente, intervention question dans l année = zéro ! voila un bel exemple d’utilité ! »

« j’ai pu vérifier l’activité du député qui me représente » dans ce commentaire souligne cette corrélation entre mise en calcul de l’activité et une évaluation positive ou négative de l’activité du député. Or L. Lessig le souligne très bien. Cette « transparence nue » fait disparaître la complexité de l’enjeu, celui de la confiance dans le politique. Et les limites de cette transparence est qu’elle ne met pas en place de nouveaux modes d’actions politiques mais la défiance, terme que nous reprenons avec I. Hare à P. Rosanvallon (2008).

 Analyse textuelle de la défiance

 Nosdeputes.fr permet donc aux internautes d’accéder par les données quantitatives à leurs représentants élus à l’Assemblée nationale. Il participe pleinement à cette tendance du web qui s’engage dans la formation du jugement citoyen et revendique la transparence des institutions, rappelant la « maison de verre » de N. Wiener. Néanmoins, l’espace de débats fait défaut laissant place à la juxtaposition de chiffres, de discours et de commentaires, forme de confrontation entre le politique et le citoyen. La lecture de Rosanvallon nous a permis de travailler une notion, celle de la défiance citoyenne. La défiance citoyenne se construit à partir de trois paramètres (Rosanvallon, 2008) : la vigilance, la dénonciation et la notation. Si nous essayons de voir à quel moment chacun de ces points est “activé” sur nosdeputes.fr, nous pouvons dire que la vigilance commencerait au moment de l’inscription de l’internaute sur le site web, la dénonciation serait l’apanage des commentaires réagissant à l’activité politique “déviante” et enfin la notation permettrait d’“expertiser” la compétence des gouvernants. Nous notons qu’aucun système de notation ou de recommandation n’est développé formellement sur nosdeputes.fr à ce jour. Le pouvoir de surveillance pourrait donc être envisagé comme un “contre-pouvoir qui pallie les dysfonctionnements du système représentatif (…) : il est compris comme un moyen d’ériger la défiance en vertu démocratique active” ‘(Rosanvallon, 2008 : 36).

Figure 1. Graph of similarities about the comments of users, nosdeputes.fr, April 17th, 2015, Iramuteq software (LE BECHEC M.)

Figure 1. Graph of similarities about the comments of users, nosdeputes.fr, April 17th, 2015, Iramuteq software (LE BECHEC M., 2015)

 Petit aparté méthodologique : Le précédent exemple de commentaire nous permettra de faire un autre billet sur l’usage d’IRAMUTEQ, développé par Ratinaud P. et Marchand P. pour leur analyse. Le potentiel d’analyse est impressionnant mais le traitement préliminaire m’interroge beaucoup. Par chance, nous n’avons pas croisé d’émoji <3

 Ce travail sur les commentaires des internautes nous permet de travailler sur les statuts et le faire-agir de cette participation scripturale (F. Rebillard, 2007). Les actions coordonnées de plusieurs internautes dans ce corpus se retrouvent dans le débat sur le statut des sages-femmes à l’Assemblée nationale ou le projet de loi sur le mariage. Mais le relevé de commentaire dupliqué, redondant ne nous permet d’approcher des formes de lobbying, ni d’engagement citoyen à partir de ces commentaires.

Le territoire numérique de marques ici est dans une approche plus politique de l’espace public numérique. La constitution de ce corpus en février 2014 puis janvier 2015 m’offre la possibilité de travailler sur la place des internautes sur des questions politiques en découvrant une nouvelle méthode passionnante qu’est l’analyse textuelle et son croisement potentiel avec l’analyse de réseaux.

Bibliographie

CHIGNARD S., 2012, Open data : comprendre l’ouverture des données publiques, Fyp, et son blog, http://donneesouvertes.info/

COUTANT A. (dir.), 2012, Internet et politique, Essentiel d’Hermès

FOUCAULT M., 1993, Surveiller et Punir, Gallimard

HARE I., 2012, Les élections législatives de juin 2012. Nosdeputes.fr, carnet de bonne conduite politique. Politics, Media and France’s Electoral Year 2011/2012, Nottingham University, 2012

HARE, I., LE BECHEC, M., 2014, L’Open data : un acteur au service de l’espace public ? in LINAERT F., ZLITNI S., La communication électronique : enjeux, stratégies, opportunités, Lambert-Lucas, p. 185-198

LE BECHEC, M., HARE, I., 2015, Open data as political web archives. Web Archives as scholarly Sources: Issues, Practices and Perspectives, Jun 2015, Aarhus, Denmark. 2015,http://resaw.eu/, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01180691

LESSIG Lawrence, 2009, Againt Transparency. Newrepublic.com. http://www.newrepublic.com/article/books-and-arts/against-transparency?page=0,0

RATINAUD P., MARCHAND P., 2012, Application de la méthode ALCESTE à de « gros » corpus et stabilité des « mondes lexicaux »: analyse du « Cable-Gate » avec IraMuTeQ. Actes des 11eme JADT (p. 835-844). Liège

REBILLARD Franck, 2007, Le web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’internet, L’Harmattan

ROSANVALLON P., 2008, La contre-démocratie, Points

WIENER Norbert, trad. Mistoulon, 2014, Cybernétique et société. L’usage humain des êtres humains, Points

Territoires numériques de marques : transposition et/autorités (synthèse) par C. Alloing et M. Le Béchec

Image

Territoire numériques de marques : transposition et/ou autorités. JE organisée le 16 avril 2015 à l’université de Poitiers et plus précisément, au laboratoire CEREGE de l’IAE de Poitiers.

Camille (caddE-reputation) et moi-même avons essayé de synthétiser (voir vidéo) les communications en suivant l’objectif scientifique de la journée.

Camille reprend le slide d’introduction et synthétise les questions et réponses soulevées par les intervenants.

C Alloing M Lebechec Synthèse JE Territoires numériques de marques

C Alloing M Lebechec Synthèse JE Territoires numériques de marques

 

  1. Première question : Les troisièmes générations des SHS présentées par Dominique Boullier s’appuient sur la collecte et l’analyse d’opinions et de traces issues principalement de plateformes qui deviennent elles-mêmes des marques. Ces plateformes feraient donc autorité. La question est donc reformulée : au-delà des marques y-a-t-il des territoires ou les territoires deviennent-ils comme nous-mêmes des marques ?
  2. Deuxième question : Le profil présenté par Louise Merzeau peut être défini comme une matrice qui agrège et qui permet d’articuler des représentations et des parcours d’individus. Ce profil est individuel mais traversé par des communautés.
  3. Troisième question : Laurence Allard soulève la dimension du temps dans l’analyse des usages. Cette question de temps est également pertinente par rapport aux flux que nous devons capter nous chercheur continuellement. Comment représenter ces aspects temporels ? Est-ce par les effets émotionnels et affectifs qu’ils peuvent générer et l’emploi de nouveaux signes ou de nouveaux marqueurs ?
  4. Quatrième question : Nathalie Pinède interroge plus que la projection par l’identité numérique. C’est l’articulation de la mise en usage et la mise en évaluation, en calcul – cette algorithmie de soi- qui permet d’ouvrir des pistes sur le positionnement des organisations ou de leurs identités qui leur offre ainsi l’opportunité d’agir sur leur territoire.
  5. Cinquième question : Existe-t-il des formes de territoire de la résistance, s’interrogent André Leroux, Marinette Thébault et Thomas Stenger. Existe-t-il des territoires de la résistance à la consommation ? Existe-t-il une évolution dans le temps des actions pour certaines tranches d’âge ? Les usages peuvent varier selon la connaissance des outils du web et être vus comme une forme de résistance ce qui pour d’autres est vu comme des usages banalisés. Existe-t-il d’autres indicateurs pour qualifier des comportements de résistance ou est-ce une banalisation de la résistance qui est affirmée ?

J’interviens ensuite sur les thématiques et les méthodes présentées lors de la journée d’étude.

Du point de vue des thématiques abordées, même si les organisations étaient convoquées dans l’objectif scientifique de la journée c’est le soi-profil qui prend place. Ce soi-profil devient-il quantifiable, traçable de part sa présence dans des territoires numériques ? Nous avons eu la proposition d’aller vers un régime d’activation sociale des traces, variable dans le temps et qui repose sur une mise en scène de soi. Mais nous pourrions également devenir des signes, des émojis. Si le cœur est le signe de 2014, l’émoji d’Angela Merkel est également apparu.

Angela Merkel emoji

Pouvons-nous acquérir ce statut de signe, de marqueur dans cette mise en scène de soi ? [1] Angela Merkel par cet emoji acquiert-elle un signe transposable ? Cette forme de circulation d’une mise en scène de soi sera peut être proposée à l’avenir aux hommes et aux femmes politiques.

Nous pouvons également nous interroger sur une possible re-territorialisation à travers les pratiques ou les contenus mis en ligne par les usagers. Le portrait retourné vers soi, le selfie montre que le territoire paraît en hors-champ. Et ce selfie peut également être utilisé au service d’une marque. Ici, les organisations, les marques managent une « fiction circulante » sur le web[2]. Elles reprennent les selfies des utilisateurs, comme sur la plateforme Instagram et reprennent leur mise en scène des produits avec la présence ou non de l’utilisateur sur la photographie pour animer leurs comptes.

Du point de vue des corpus et des méthodes proposés, les analyses se basent de plus en plus sur les plateformes de réseaux socionumériques et moins sur l’analyse de sites web, blog. Les approches sont de plus en plus quantitatives à partir des traces mais elles peuvent être couplées avec de l’ethnométhodologie dans une perspective quali-quantitative.

Ces traces sont-elles des marqueurs, des signes ? La marque peut-elle se réduire à des signes, des images ? L’absence de circulation de logo peut-elle être évaluée comme une forme de résistance ou de refus d’adhésion autant pour une organisation qu’une collectivité ?

En conclusion, nous avons insisté sur la dimension temporelle plus que sur l’espace des territoires numériques de marques.

Georges Balandier, dans la description du « grand dérangement », mentionne ces deux dimensions : l’espace et le temps.

« L’arrachement ne s’effectue pas d’avec le territoire et l’histoire qui y est inscrite. Ce n’est plus le défi auquel confronte l’exil collectif accompli dans l’espace, où le peuple exilé doit construire et se reconstruire ailleurs, c’est le défi auquel sont confrontés les émigrés dans le temps que nous sommes devenus, ou en voie de le Devenir. »[3]

Le rapport entre web et territoire se pose en termes d’espace et de temps. Comment ce temps et cet espace peuvent-ils rester aligner ? Dans la culture de l’immédiateté, l’attente, le vide devient un espace-temps à combler, à occuper. Ce temps à partir des traces laissées par l’utilisateur repose sur des flux que l’on peut capter, des mèmes ou des mises en scène de soi.

[1] Voir l’article de blog de L. Allard, Emoji, le « mot-image » de la culture mobile, signe métisse du smartphone aux objets connectés, http://www.mobactu.fr/?p=1074

[2] La fiction circulante est l’accompagnement, le management de la circulation de signes, de marqueurs attachés de part leur forme et leur signification à un territoire ou une organisation. Ces signes sont qualifiés « transposables ». Cette fiction circulante s’appuie sur une prolifération de signes et une multiplicité d’acteurs et non sur l’institutionnalisation ou une communication stratégique. Cf. LE BECHEC M. (2012) Peut-on institutionnaliser le web? Le cas du « web régional breton », in Nguyen, Créach, (dir.), Le numérique en sociétés, Paris, L’Harmattan, p. 301-312.

[3] Georges Balandier, Le grand dérangement, Paris, PUF, 2005, p. 3 cité dans M. Le Béchec, Territoires et communication politique sur web territorial breton, 2010, p. 24.

Les digital natives sont-ils des consommateurs plus résistants? par André Leroux, Marinette Thebault et Thomas Stenger

Ce billet est un résumé de l’intervention d’André Le Roux  à la Journée d’étude “Territoires numériques de marques: transposition et/ou autorités?” organisée le 16 avril 2015, à l’Université de Poitiers – IAE.

Les digital natives sont-ils des consommateurs plus résistants? Ou plus précisément, les pratiques numériques sont-elles des pratiques de résistance et peut-on les caractériser pour les digital natives ?

La résistance des consommateurs

En marketing, la résistance du consommateur est observée alors même qu’il était communément admis que l’entreprise veut le bien du consommateur. André Le Roux le souligne à juste titre, l’entreprise veut son bien propre et comment les consommateurs vont-ils adhérer à cette entreprise ? Les travaux de recherche de Marinette Thébault et d’André Le Roux portent sur le boycott et la contrefaçon, c’est-à-dire sur acheter contre qu’ils appliquent ici aux pratiques des consommateurs liées au numérique. En marketing, Albert O. Hirschman (1970)[1], Lisa Penaloza et Linda Price (1993)[2] ont travaillé sur ces thèmes en essayant de distinguer les comportements des consommateurs.

L’expression de digital native

L’expression de digital native quant à elle se retrouve dans les media studies et les sciences de l’éducation. Marc Prensky (2001)[3] qui a défini cette expression a dû faire face à des critiques théoriques, celle du déterminisme technologique et à des critiques empiriques, notamment sur les pratiques contrastées et des résultats contradictoires quant à ces pratiques. Est-ce lié à la classe sociale plus qu’à une question de génération ? Prensky parle dorénavant de digital wisdom (2009).

Une étude exploratoire sur les pratiques numériques de résistance des digital natives

Le but de cette recherche est donc de travailler à la distinction et à la typologie des résistances comme refuser une carte de fidélité, le télémarketing ou adhérer au mouvement no-logo. Les chercheurs s’intéressent donc à l’apparition de formes alternatives d’échanges comme ce que nous pouvons observer dans les AMAP, les circuits courts, la frugalité et la « cyberésistance ». Il apparaît des discours dissonants sur le web selon André Le Roux: McDonald’s vous veut-il vraiment du bien ?

Ces actions des consommateurs peuvent être individuelles ou collectives. Le consommateur peut être défini comme réformiste ou radical. Le consommateur peut être contre des offres ou des signes par exemple en détournant des logos. Il peut cibler sur des formes, des marques ou plus globalement refuser une offre de services.

L’approche méthodologique est ici quantitative. André Le Roux et ses collègues prennent plusieurs comportements et comptabilisent si les jugements ou les pratiques sont communs.

Mais qu’est-ce qu’un comportement résistant ? Est-ce une action, une intention délibérée et affichée ? C’est cette deuxième perspective qui ressort de l’enquête quantitative menée.

Mais, qui catégorise ce comportement ? Est-ce le chercheur ou le consommateur ?

Cette distinction permet une typologie (Lionel Sitz, 2009[4]) car il existe des jugements divergents sur ce qu’est la résistance. La résistance est perçue et visible quand on se promène avec une pancarte. Mais il existe bien des cas plus individualisés comme le boycott individuel celui du refus de la publicité ou selon André Le Roux et ses collègues, quand on télécharge un film.

Pour analyser les résistances et les pratiques numériques auprès des individus, une étude par questionnaire a été menée sur un échantillon de convenance de 290 individus âgés de 17 à 74 ans avec un âge moyen de 32 ans. Le seuil de césure pris en compte est 1980. L’interprétation des résultats se fait à partir d’une méthode d’analyse de fréquence et factorielle. Le but est d’identifier 25 comportements de résistance (individuel/collectif ; ciblé/global ; copie/téléchargement/hacking/piratage) selon une échelle de Likert en 4 points et non en 5 ou 7 points.

Il existe 3 catégories selon la fréquence relevée. André Le Roux nous montre que 70 % de l’échantillon à recours au bouche-à-oreille (BAO) négatif, aux logiciels libres, aux comportements illégaux et au rejet des formes de marketing. Pour les chercheurs, le logiciel libre n’est pas une pratique illégale mais marque une forme de résistance. Il existe également un noyau dur de pratiques de piratage et d’échanges en réseau auprès des digital natives, ce que souligne la capture d’écran suivante. Il existe donc dans cette étude un écart entre les digital natives et leurs aînés avec des pratiques plus fréquentes chez les digital natives que chez leurs aînés.

André Leroux, Marinette Thébault, Thomas Stenger, pratiques numériques de résistance des digital natives par rapport à leurs aînés

André Le Roux, Marinette Thébault, Thomas Stenger, pratiques numériques de résistance des digital natives par rapport à leurs aînés

André Le Roux, Marinette Thébault, Thomas Stenger, pratiques numériques de résistance des digital natives par rapport à leurs aînés

Cette étude exploratoire soulève une hypothèse à vérifier qui est celle d’un désinvestissement des digital natives par rapport à des formes organisées de résistance et un surinvestissement dans le numérique.

Comment les consommateurs jugent-ils ces pratiques ? Les résultats montrent 3 types de pratiques :

  • les pratiques qualifiées par plus de 60% des répondants comme résistantes appelées Voice (plainte et bouche-à-oreille négatif) ou exit (refus de la publicité et boycott) ;
  • les pratiques qualifiées par plus de 60% des répondants comme non résistantes que sont les atteintes graves aux biens physiques (ex. la dégradation de produits ou l’achat de contrefaçon) ou aux infrastructures numériques (ex. piratage et hacking) ;
  • les pratiques ambivalentes comme la consommation numérique alternative (copie, téléchargement illégal et activités liées au logiciel libre[5]) et le rejet ou l’évitement de la société de consommation (dégradation de produit et participation à des systèmes alternatifs d’échange).

L’étude montre une structuration des jugements de catégorisation en 7 dimensions énoncées dans le slide suivant.

André Leroux, Marinette Thébault, Thomas Stenger, pratiques numériques de résistance des digital natives et la structuration des jugements

André Le Roux, Marinette Thébault, Thomas Stenger, pratiques numériques de résistance des digital natives et la structuration des jugements

Les chercheurs notent un consensus entre les ainés et les jeunes sur ce qu’est la résistance mais il existe des clivages sur la non-résistance notamment autour d’une plus grande tolérance vis-à-vis du piratage, du hacking et de l’atteinte aux biens chez les jeunes.

André Le Roux, Marinette Thébault et Thomas Stenger souhaitent dorénavant proposer une cartographie des comportements de résistance selon la fréquence et la catégorisation du comportement. Dans ces différentes structurations, il y a une certaine similarité, une proximité sans que ces comportements soient similaires. La fréquence et la catégorisation ne se recouvrent pas totalement ce qui ouvre également une nouvelle hypothèse de recherche. Les chercheurs souhaitent poursuivre leurs travaux à partir d’une ethnographie sur les forums pour mieux comprendre ces pratiques.

[1] HIRSCHMAN Albert (1970), Exit, Voice, and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Harvard University Press., 162 pages.

[2] PENALOZA Lisa and PRICE Linda L. (1993), « Consumer Resistance: a Conceptual Overview », NA – Advances in Consumer Research Volume 20, eds. Leigh McAlister and Michael L. Rothschild, Provo, UT : Association for Consumer Research, p. 123-128. En ligne : http://www.acrwebsite.org/volumes/7423/volumes/v20/NA-20

[3] PRENSKY Marc (2001), Digital natives, digital migrants, On the Horizon, Vol.9 No.5, p. 1-6. En ligne http://www.nnstoy.org/download/technology/Digital Natives – Digital Immigrants.pdf. Pour aller plus loin, à lire un billet de blog de J-F. Cerisier http://blogs.univ-poitiers.fr/jf-cerisier/2012/04/22/quand-marc-prensky-enterre-trop-vite-les-digital-natives/ sur cette expression.

[4] SITZ Lionel (2009), Lier les résistances : au-delà de la dichotomie entre l’individuel et le collectif, In ROUX Dominique, Marketing et résistance(s) des consommateurs. Economica, p. 89-106.

[5] Cette classification a soulevé des questions de la part du public dans la discussion qui a suivi sur la juxtaposition du téléchargement illégal et les activités liées au logiciel libre.

Identités et territoires numériques des organisations recomposition entre stratégies et usages par N. Pinède

Ce billet est un résumé de l’intervention de Nathalie Pinède à la Journée d’étude « Territoires numériques de marques: transposition et/ou autorités? » organisée le 16 avril 2015, à l’Université de Poitiers – IAE.

Nathalie Pinède propose une méthodologie exploratoire sur l’identité numérique des organisations à travers trois points :

  1. Les multiples Facettes de l’identité numérique
  2. l’identité numérique organisationnelle
  3. le territoire numérique des organisations

Lors de cette présentation, N. Pinède s’intéresse plus particulièrement aux sites web organisationnels (SWO) qu’elle a étudiés de 2008 à 2012 dans le cadre du programme recherche aquitain (RAUDIN). Le site web organisationnel est défini comme un produit hypertextuel d’informations et de services, dépendant d’autorités éditoriales pouvant être multiples mais dépendant d’une seule et même responsabilité. Le terrain d’étude de ce programme au niveau micro était l’image produite par l’Université de Bordeaux Montaigne et au niveau macro, le domaine académique français. L’objectif était de mesurer les écarts entre une stratégie, de travailler sur une matrice de désalignement entre le discours et la présence sur le site web. Pour ce faire, les chercheurs ont travaillé sur une taxonomie des liens hypertextuels, une analyse webométrique à partir de liens hypertextes, les modèles de processus éditoriaux et les analyses d’usage (questionnaire et ergonomie). Pour analyser l’alignement stratégique des SWO, et comme le travail de recherche était interdisciplinaire, ils ont appliqué par exemple le modèle SAM (Strategic Alignment Model) de productique aux sites web. Ils ont montré par exemple que pour les futurs étudiants et les prescripteurs, le lexique est inadapté voire incompréhensible. Qui connaît le sens de cet acronyme UFR ?

  1. Les multiples Facettes de l’identité numérique

Or le SWO participe à l’identité numérique des organisations, donc à l’identité numérique des organisations. Cette identité est poly-facettes. Elle est fragmentée et plurielle et se pose la question de comment reconstituer un tout ? Elle se situe dans des traces intentionnelles et involontaires, ce qui renvoie à la métaphore de la « bulle », de l’écume chez B. Rieder[1] ou de « fantômes », l’ombre digitale chez Williams[2]. L’identité renvoie également à l’identification étudiée par J. Pierre[3] et à la présence étudiée par L. Merzeau[4]. Il existe un biais entre les traces et ce que nous sommes, cette inscription qui est une forme de nous. C. Alloing les a étudiées comme une forme de réputation.

Cette identité peut-être étudiée par des approche qualitative (sémiotique) ou quantitative, et N. Pinède renvoie ici aux travaux de F. Georges, d’A. Coutant, de T. Stenger et de D. Cardon. Il existe deux contextes principaux d’approches autour des identités numériques les individus et les organisations.

  1. Identité numérique organisationnelle

Les 3 plans d’une identité numérique organisationnelle pour traiter cette identité sont donc une « projection numérique » autour d’une mise en scène de soi, une mise en usages de soi et une mise en évaluation de soi. Mais il se pose alors toujours le problème de l’alignement entre la mise en scène des personnes qui incarnent l’organisation qui peut être multiple, une appropriation qui également peut être multiple et des évaluations qui sont dépendantes des critères des moteurs de recherches par exemple.

Comment séparer déclarer et agir ? Quels sont les éléments dans la construction identitaire (la scénarisation) ? Quels sont les marqueurs possibles : les liens hypertextes, les plans de site web, les discours ?

Quelles sont les appropriations par les usagers qui produisent eux-mêmes de nouvelles traces ?

La mise en évaluation de soi est également une mise en calcul de soi dans une perspective endogène, soit calculer pour ajuster sa présence et ou dans une perspective exogène, soit être calculé malgré soi. Comment aller vers les territoires numériques entre des frontières institutionnelles et des agrégats algorithmiques ? N. Pinède nomme cette mise en évaluation de soi, entre sa propre présence son égo ou alterego et l’algorithmique : l’« alteregorithmique ».

  1. Des identités aux territoires numériques des organisations

Dernièrement dans un colloque un géographe a proposé de ne plus parler des territoires[5]. N. Pinède souhaite soulever la question des territoires et des réseaux. Elle rappelle les travaux de P. Musso[6] autour du territoire connecté, équipé et de la convocation de la notion cyberespace[7]. M. Lussault, géographe, montre que les territoires sont des construits sociaux, des agencements. La question de l’alignement entre lieux, territoires et réseaux pose la question du double par le miroir et des flu(x)tuants (P. Musso), de ces connectés entre territoires et réseaux.

Dans le corpus étudié des universités, quel est le périmètre et quels sont les territoires de ces organisations ? Est-ce la zone du Domain Name System ? Est-ce les liens hypertextes entre les sites web étudiés via le logiciel Tulipe ? Faut-il mesurer l’écart entre territoire et territoire numérique, entre des logiques topologiques et topographiques ?

En conclusion, N. Pinède pose la question de l’alignement et du désalignement territorial.

Y. Delmas demande si cette approche ne renvoie pas aux logiques de brand content.

[1] B. Rieder, « Pratiques informationnelles et analyse des traces numériques : de la représentation à l’intervention », Études de communication, 35 | 2010, 91-104. http://edc.revues.org/2249.

[2] Ian Williams, « Digital universe continues to expand », http://www.v3.co.uk/v3-uk/news/1991552/digital-universe-continues-expand.

[3] Julien Pierre, Génétique de l’identité numérique. Sources et enjeux des processus associés à l’identité numérique, Les cahiers du numérique, Vol. 7, 2011, 15-29. https://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=LCN_071_0015

[4] L. Merzeau, cf. ternumeric.hypotheses.org/49 et merzeau.net/profil-territoire/

[5] Nous proposons au lecteur de lire l’article de Lévy Jacques, « A-t-on encore (vraiment) besoin du territoire ? » Espaces Temps, 51-52, 1993. Les apories du territoire. p. 102-142. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/espat_0339-3267_1993_num_51_1_3859.

Cette interrogation a été également la mienne dans le cadre de ma thèse.

[6] Pierre Musso (dir.), Territoires et cyberespace en 2030, éd. La Documentation française/Diact, 2008.

[7] Andrey Lohard, « La genèse inattendue du cyberespace de William Gibson », Quaderni, n°66, Printemps 2008. Cyberesp@ce & territoires. pp. 11-13. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/quad_0987-1381_2008_num_66_1_1842

Mobilité et remixabilité. Une révolution de l’écriture par L. Allard

Ce billet est un résumé de l’intervention de Laurence Allard à la Journée d’étude « Territoires numériques de marques: transposition et/ou autorités? » organisée le 16 avril 2015, à l’Université de Poitiers – IAE.

Laurence Allard explore dans cette communication une deuxième dimension du territoire qu’est le temps à travers les usages dans différents lieux du téléphone mobile. Elle se propose de documenter l’agencement chronologique décrit par D. Boullier et présenté dans un billet précédent.

A travers une méthodologie ethnographique, elle décrit les usages qu’elle collecte dans le cadre d’entretiens semi-directifs. Dans ces usages du mobile, L. Allard s’intéresse plus précisément au mobtexte, à cette textualité qui permet d’écrire en mobilité et qui révolutionne l’écriture ordinaire :

  • qui peut écrire ?;
  • quand écrire ? qui est un enjeu de l’idiorythmie, i.e. de temps plus que d’espace ;
  • comment écrire ? autour du langage métisse, de la « créolisation » de tout un ensemble de matériel d’expression.

 1. Qui peut écrire ?

Il existe une capacité à écrire au quotidien sur des sujets mineurs ou minorés, par des adolescents. L’intérêt et la curiosité des adultes pour ce « écrire comme on respire » s’expliquent par le fait que ce sont des paroles d’adolescents échappées des mobiles qui étaient peu accessibles auparavant.

En France, environ 235 SMS sont envoyés en moyenne par mois, et l’ARCEP dénombre près de 48 milliards de SMS au 3ème trimestre 2014 [1]. Le téléphone mobile offre un accès à l’écriture mais également à des innovations « indigènes ». Dans les pays émergents, la monnaie mobile est accessible aux personnes sans accès physique à une banque. D’autres modèles économiques se développent, au Bangladesh par exemple, les femmes pauvres louent des minutes.

En France, 68% des adolescents disposent d’un smartphone et 14% des 13-19 ans sont sur Instagram, selon l’étude Junior Connect 2015, d’IPSOS [2]. En février 2015, L. Allard collecte un corpus endogène lié au tag /everything on my phone/ via environ 1,2 million de vidéos postées sur Youtube. Sur ces vidéos, des adolescentes présentent leur téléphone mobile. Il s’agit ici d’une occasion déguisée pour populariser le nom du téléphone et qui montre l’alliance entre les marques et les plateformes.

Le hashtag #sursnapchatyatoujours permet à la chercheuse des descriptions endogènes de pratiques qui lient l’image, le commentaire et le dessin. Dans les messages, la voix se lie à l’image, à l’écrit, au dessin et aux mot-images (emoji).

 2. Ne pas écrire partout mais tout le temps : quand écrire ? Ecrire quand on agit.

Autour de nombreuses pratiques qui évoquent la « stylistique de l’existence » (M. Foucault, Le courage de la vérité), L. Allard analyse la temporalité de l’écriture, le chronologique. Elle fait l’hypothèse non pas d’une connexion à distance mais d’une communication en co-présence, d’une pratique photographique et textuelle automédiale et agentive. Le mobile permet de communiquer avec soi-même. Il est un média avec sa voix intérieure. La pratique agentive réside dans la possibilité offerte d’une action sur nous-mêmes. Par exemple, les photographies permettent d’extérioriser l’ennui, l’attente. L. Allard ne qualifie pas ces pratiques de narcissisme mais d’extériorisation des affects : « je vois, j’envoie ». Il s’agit de produire de la factualité. Les pratiques automédiales du mobile sont un moyen d’agir sur nos affects selon l’auteur. Si le selfie n’est pas un autoportrait narcissique, il est alors un portrait dans le monde où l’élément significatif est à l’arrière-plan.

 Et quels sont les usages de Snapchat ?

Ces usages se lient au temps. Le suspens est aménagé par l’usager. L. Allard donne l’exemple de cette jeune personne qui agence son départ en photographiant le tableau des départs à la gare du Nord sans préciser sa destination. Le temps de réception de 5 secondes est alors un « coup de théâtre ». Selon L. Allard, les usagers aménagent le rythme par des jeux sur le temps, une « façon de créer une idiorythmie à travers la photo-mobile ».

La vie, le banal, l’ordinaire deviennent une « œuvre d’art ». Il existe une synchronisation entre l’action et sa représentation ; une capacité à se dé-doubler entre le physique et la représentation en ligne. L’identité techno-narrativisée dispose d’un temps où chaque moment est capturé. Le Snap est celui de l’immédiateté (faire signe de soi) et le Screenshot est celui de l’archivage (« faire un dossier »). Le temps est métaphoré et se différencie par là-même de la photographie. Le mobile est déconnecté de l’imaginaire morbide de la conservation du temps comme le souligne S. Tisseron. Ici, l’agir est double : vivre et faire en même temps.

 3. Comment écrire ?

Le langage est métissé, un trait rouge de la déraison graphique qui lie icône et écriture. L’utilisation des emojis (image + lettre) est l’axe de cette dernière partie. En 2014, le « mot » de l’année a été le ♡. Le signe métisse est une iconisation du langage. Il est reconnu par le consortium unicode [3] qui rend interopérable les claviers.

 Questions :

Thomas Bonnecarère oriente sa question sur le Game design et la vision holographique.

Louise Merzeau évoque les travaux de recherche d’E. Schneider sur les pratiques d’écriture des collégiens où elle montre le continuum entre en ligne et papier.

 Boullier : ces pratiques montrent l’immédiateté et dont on garde des traces. On essaie de jouer avec le temps. Mais les méta-données donnent tout un ensemble d’éléments sur les contenus et le contexte.

Réponse de L. Allard : Le paradigme de la trace n’est pas évoqué par les usagers. Il existe une crainte de la surveillance mais pas pour décrire ses pratiques. Il manque certainement des compétences dans la maîtrise de la sécurité.

[1] Observatoire de l’ARCEP, http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/observatoire/3-2014/obs-marches-t3-2014.pdf, publié le 8 janvier 2015.

[2] IPSOS, Junior Connect’ 2015 : la conquête de l’engagement, http://www.ipsos.fr/communiquer/2015-04-07-junior-connect-2015-conquete-l-engagement, publié le 7 avril 2015.

[3] http://www.unicode.org/charts/PDF/U1F300.pdf

Le profil: un nouveau territoire imaginaire ? par L. Merzeau

Ce billet est un résumé de l’intervention de Louise Merzeau à la Journée d’étude « Territoires numériques de marques: transposition et/ou autorités? » organisée le 16 avril 2015, à l’Université de Poitiers – IAE. Les vidéos de la journée sont en ligne sur le site web de l’Université de Poitiers (petit conseil: les télécharger).

L. Merzeau présente le profil comme une matrice d’un territoire imaginaire commune à diverses logiques (mémorielles, identitaires, communicationnelles, stratégiques ou marketing).

Le profil se différencie de l’image numérique de quelqu’un d’un point de vue identitaire ou réputationnel. Il permet de fédérer des communautés autour de récits unifiants. Ces territoires imaginaires peuvent relever de la fiction et être liés également à des bases de données. Ils obtiennent alors une certaine forme d’objectivité.

L. Merzeau nous rappelle la crise des médiations institutionnelles, traditionnelles qui a placé les personnes sont au cœur des transactions relationnelles et marchandes. Les mass media sont passés organisés autour de la cérémonie aux magasins de données et à un monde on-demand. Avec la fin de ces repères normatifs, la personne devient un nouveau cadre du lien social. L’identité devient une source de légitimation (un capital, un projet) et un capital de réagencement de contenus, de techniques et de comportements. L’environnement informationnel gagne en plasticité pour s’adapter aux identités, au profil. La personnalisation touche dorénavant l’accès aux contenus et les contenus eux-mêmes.

Ainsi, la raison communicationnelle change de paradigme avec la fin d’un dénominateur commun, des audiences, des cibles. L’environnement numérique produit de l’information sur mesure, monyahoo, mon.service-public.fr, par exemple. Les mythologies sont évacuées (Barthes), le type (structuralisme) également. La médiation identitaire repose sur la différenciation. Elle s’éloigne de l’idéaltype. La médiation identitaire ne valorise plus l’unité mais repose sur la plasticité et la conversion machinique.

L’individu est donc indexé pour avoir l’information qui lui correspond et il est traduit en profil. Le profil est une grappe de données afin de traiter la personne elle-même. Il est calculable par des machines. Cette grappe de données se déplace en même temps que la personne, entraînant des re-territorialisations.

 Le profil a une double activité :

  1. l’activité algorithmique qui est une production de calcul, de métadonnées et de traces ;
  2. en parallèle, se développe une activité narrative et spéculaire, comme un habiter quelque chose qui serait du territoire.

L’identité en graphes est décomposée et recomposée sur des murs. L’individu devient son propre média. C’est autoréférentiel. Cette identité se développe par circonférence et non par planisphère. Les communautés existent uniquement l’individu qui est le dénominateur commun.

Le profil est un moyen de circonscrire, de segmenter et d’agréger.

Son usage se retrouve dans les arts plastiques : il est contour pour permettre la saisie. On le retrouve en médecine, en anthropométrie puis en informatique notamment dans le profil-user et le user modeling. Ce sont des paramètres, un historique : c’est auto-adaptatif. Des catégories sommaires sont créées comme celles de novice, d’expert.

L. Merzeau présente ensuite une histoire de ce profil et de sa présentation syncrétique.

Dans les années 1980, les marqueurs de l’identité numérique étaient le nom et l’affiliation professionnelle.

Puis arrivent le pseudonyme, les goûts et les citations dans la signature qui faisaient office de miniprofil. Il s’agissait d’un don sur sa personne par la contrainte soft, l’imitation.

Dans les années 1990, la homepage se développe en lien avec la logique de l’accès, du portail web. On est auteur d’une page, d’un espace, d’un chez soi administré et ouvert vers l’extérieur. Les fournisseurs sont AOL par exemple.

Puis, début 2000, les blogs ont reposé sur une production normalisée, une automatisation de la présentation et une récupération de données.

Milieu des années 2000, les réseaux socionumériques émergent. C’est l’avènement d’une nouvelle définition du profil comme dispositif visuel et dynamique. On conserve les couches antérieures, les data, les logs et on y ajoute les commentaires, la curation… le profil devient combinatoire. Les photographies sont capitalisées sous forme d’album et partagées selon des communautés, des préférences, des habitudes, des styles de vie.

C’est une matrice de visibilité complexe décrite par D. Cardon[1]. Le profil est une manière d’occuper un territoire, un « périmètre » selon l’auteur. Ce territoire repose sur des lois algorithmiques, il est espace normé. Il s’agit alors d’interroger la dimension territoriale du profil. Comment gérer la distance et la proximité informationnelle qui deviennent moins statiques et proviennent dorénavant d’anamorphoses mouvantes plus ou moins repoussées selon le territoire profilaire ?

Les RSN permettent de nouer l’adressage et les recommandations, de mettre en forme la plasticité de l’environnement numérique. Ils permettent de signaliser, caractériser et pointer vers des contenus en ligne. L’accessibilité aux contenus se fait en fonction du profil et de ses connexions. Le filtrage, la pertinence et le zoom sont réalisés par les algorithmes et les traces. La distance informationnelle diffère selon les individus par rapport aux métriques des plateformes et des relations entretenues. Les traces sont alors le double de l’individu et des boucles de feedback.

Les territoires bougent en fonction des traces laissées. Le territoire est « une mise en réseau de liens autour de signes transposables, activables selon les situations »[2]. Les territoires numériques sont anamorphosés par les traces. Le territoire n’est plus un espace donné mais dépend des représentations circulantes et portatives dans les échanges. L’échelle territoriale devient activable selon la situation. Les systèmes de référence partagés laissent place au profil qui agit comme une matrice référentielle.

L’échelle territoriale du profil pourrait être définie par le mur, son aménagement ou par son jardin. L’expression « cultiver son identité numérique » l’exprime bien selon L. Merzeau. L’échelle est celle d’une collection de traces générées en ligne. Nous avons alors une propension à collecter et conserver dans un lieu.Dans le même temps, ce lieu est dans la mobilité. Le rapport espace/lieu/territoire a été étudié par de M. de Certeau [3] qui définit le lieu comme pratiqué. Le profil est de nature à construire un territoire car il résulte de l’usage. La localisation et la traversée sont deux rapports au lieu différents. Il existe une dichotomie entre la localisation, la géolocalisation et les mouvements, la mobilité, le continuum.

L. Merzeau conclut sa présentation par les territoires mémoriels et fictifs. Le profil est mémoire et peut montrer une appartenance territoriale. Les profils peuvent être imaginés, ou relever de la fiction, comme l’ont décrit A. Coutant et T. Stenger[4]. La créativité intègre la représentativité de la personne. L’invention des profils se retrouve dans des tags et des avatars. Les archives peuvent permettre de créer des individus fictifs, comme Léon Vivien à partir des archives du Musée de Meaux sur la Grande Guerre. Les posts étaient nourris à partir des archives. Le profil dans cette expérience reposait sur une hybridation entre archives et documents, une redocumentarisation d’archives à laquelle venaient s’ajouter les commentaires des internautes.

 Questions à Louise Merzeau :

? C. Alloing : L’expérience profilaire est déterminée par le cloisonnement par silos et les applications.

Réponse de L. Merzeau : Le lieu se dérobe. L’expérience est transmédiatique, et dans cette habileté à traverser l’espace. Le topos est clos et statique. Or là il existe une tension entre la géolocalisation et la traversée.

?: Comment peut-il y avoir du commun si la médiation identitaire est individuelle ?

Réponse : Les marqueurs sont issus d’un profil qui est décomposé. Les communs sont éphémères et partiels. Le profil est issu de plusieurs personnes, d’une constellation de traces et pourtant il renvoie au collectif. Le profil est un support potentiel de collectif.

[1] D. CARDON, (2008) « Le design de la visibilité  », Réseaux 6/2008 (n° 152) , p. 93-137 URL : www.cairn.info/revue-reseaux-2008-6-page-93.htm.

[2] M. LEBECHEC, D. BOULLIER, « Communautés imaginées et signes transposables sur un « web territorial » », Études de communication [En ligne], 42 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 16 juin 2015. URL : http://edc.revues.org/5737

[3] M. de CERTEAU (1990), L’invention du quotidien : Arts de faire, tome 1, Gallimard.

[4] T. STENGER, A. COUTANT (dir.) (2011), « Ces réseaux numériques dits sociaux », Hermès, n° 59 et A. COUTANT, T. STENGER (2013), Identités Numériques, coll. « Communication et Civilisation », L’Harmattan.

Marques en conversations et en territoires. Pour une théorie des vibrations par D. Boullier

Dominique Boullier, Professeur à Sciences Po, propose trois agencements pour décrire cette thématique des territoires numériques et des marques.

La vidéo est disponible sur le site web de l’Université de Poitiers.

  1. L’agencement topographique

Le territoire n’est pas qu’un État-nation mais une construction. On peut s’approprier le territoire par idéologie (De Certeau), par les « communautés imaginées » (B. Anderson, 1983). Les marques, elles-aussi, ont une souveraineté. Elles sont puissantes et elles créent un espace concurrentiel. Leur but est alors de segmenter et de cibler selon des propriétés socio-démographiques (CSP). Comment les marques peuvent-elles se projeter sur le web ? En analogie avec le territoire, on veut agir selon la loyauté des consommateurs par exemple. On peut parler également de Consumer Journey, ces parcours en ligne et en magasin qui génèrent des traces d’achat. Ce sont des formes de corps dans l’espace, ce qui n’est pas la même chose que des bases de données car là, il y a eu un corps en déplacement in situ.

  1. L’agencement topologique

Dans cet agencement, on se déplace hors des CSP pour aller vers des types, des goûts et des attitudes.

Le but est de cartographier l’opinion : des tendances, des courants. On établit des sociostyles (Katla, Benzegui). Ici on est déconnecté du territoire. On construit des topics. On observe la marque en ligne par exemple.

  1. L’agencement chronologique

Pour amener ce troisième agencement, D. Boullier introduit son travail sur les 3èmes générations de quantification en SHS que l’on retrouve sur le blog suivant http://shs3g.hypotheses.org/.

Dans la 1ère génération, le concept dominant est la société. Le dispositif de collecte d’information est le recensement [1]. Et, le principe de validation est l’exhaustivité. L’état est donc l’acteur de référence.

Dans la 2ème génération, le concept dominant est l’opinion. Le dispositif de collecte est le sondage d’opinion introduit par Gallup en 1936, puis repris par Lazarsfeld et dont le principe de validation est la représentativité. On travaille alors sur les communautés, on les représente par des clusters alors que dans la première génération, on recherchait des causalités.

Mais, en l’état, le traitement des marques reste territorial. Le dispositif techno-cognitif pour en rendre compte est la carte et les tableaux. Le problème est que ce n’est pas assez réactif. Comment traiter les données ?

On peut essayer par topics, par type en calculant des proximités, par des calculs de clustering dans des graphes. Il est possible de suivre des mouvements d’opinion, là où il y a de la conversation. Ex. la cartographie du web du « livre en France » à partir des citations entre sites web, ce que fait également très bien Linkfluence. Le but est d’établir une pragmatique des liens hypertextes entre les sites web.

La question est qui parle ? Sur quoi ? C’est-à-dire quels sont les groupes sociaux et comment les agréger et les représenter. L’opinion mining en est un exemple. La réputation est un style d’agrégation.

Mais la marque est là pour capter l’attention et créer de la « communauté imaginée » (B. Anderson). Cette économie d’opinion a été décrite par A. Orléans comme ces jeux d’attentes réciproques. Ces tweets par seconde sont un régime d’attention particulier par exemple. On peut les suivre, ce que D. Boullier nomme le régime de l’alerte. On peut les suivre par le « meme tracker » de Leskovec et Kleinberg (2009). Ces traces et ces représentations sont différentes des tableaux et des graphes.

Vers une 3ème génération de SHS

Les pratiques mobiles laissent surtout tout un ensemble de métadonnées. C’est une autre dimension de la conversation, basée sur le rythme, la réactivité. Le Quand ? C’est un autre monde ; les traces sont partout.

La pulsation, la fréquence font passer des SMS à Kakao Talk. Elles font énoncés. Elles sont vibrations. D’ailleurs le téléphone mobile est mis sur vibreur pour capter l’attention. L’immédiateté et la connectivité sont permanentes. Pour Mac Luhan (1968), « Le message est le massage ». Cela fait époque. L’alerte est la surprise pour générer des emprises et éviter des prises.

En 1995, la National Science Fondation ouvre l’internet à la publicité, aux marques et aux individus-comptes. Nous sommes donc devenus des marques. Nous publions pour capter notre audience. Les plateformes, comme Facebook, sont également des marques. Ces plateformes génèrent des offres de vibrations. Elles en mesurent les traces, comme nous le voyons à travers les API’s pour les récupérer. Elles captent des traces puis elles les vendent aux marques. C’est l’effet plateforme. La traçabilité est la clef.

Capture d’écran 2015-06-03 à 09.32.57

L’agencement est ici chronologique.

Il s’agit de suivre des ondes et non la particule. Nous nous comportons comme des marques. Nous sommes traversés les uns et les autres par ces vibrations que nous contribuons à produire. Entre la nation, le public et la marque, il existe à la fois de la répétition et de la différence, une ritournelle selon Deleuze. La question de la territorialisation, de la déterritorialisation et de la reterritorialisation est importante et dépendante des plateformes qui sont devenues elles-mêmes des marques. Le but est de capter des attentions pour devenir un point de passage obligé.

Les marques au sens sémiotique dépendent plus des plateformes que des firmes. Cela devient autoréférentiel même si les indicateurs de type ROI sont absents.

En revenant à la question du territoire, D. Boullier rappelle que les techniques ont organisé le temps et l’espace. Le Beffroi pour la ville. La gare pour unifier des marchés. Les montres connectées vont permettre une nouvelle pulsation de connexion, concentrée sur l’individu.

Les questions et les remarques :

T. Bonnecarrère : Le GAFA est fermé et centralisé. Dans les innovations rien ne semble lui résister. Aujourd’hui, la question est de savoir comment les pluralismes des architectures peuvent se retraduire dans d’autres architectures, par exemple à travers des accompagnements dans des politiques publiques ? Être une plateforme ne peut pas être un objectif.

D. Boullier : L’universalité réside dans des architectures distribuées. Mais cela pose également la question des États-nations par rapport à des acteurs comme Facebook.

L. Allard : Les marques utilisent les plateformes pour acheter les individus, les faire devenir des ambassadeurs de marques. La question se pose également du couplage hors plateformes et hors publics de celles-ci, comme le content forming.

D. Boullier : Oui il faut connaître des algorithmes qui profitent à la marque. Le développement d’application est la force de frappe de ces marques. La transformation en projet collaboratif et contributif peut être une forme de re-territorialisation et une piste intéressante également.

L. Merzeau: La question de la 3ème génération lui fait penser à D. Cardon avec l’éditorialisation, la massification du web (l’audience) et l’affinitaire, la vitesse qui renvoie à la pulsation. L’évolution du web va vers la cohabitation.

D. Boullier : L’idée d’éditorisalisation, c’est l’effet diligence mais on s’en détache. On va vers l’autoréférentiel. Le pouvoir c’est de servir sa propre réputation.

C. Alloing : C’est aussi le modèle ranking qui est performatif. La mesure est édictée notamment autour des KPI.

D. Boullier : Les sciences sociales sont dépendantes de ces données. C’est une convention socio-économique basée sur l’audimat. L’indicateur a un effet. Par exemple, Médiamétrie est un compromis entre l’annonceur et la chaîne pour fixer un prix. Cela ne fait rien mais cela fonctionne.

La vraie attention est le bouton pousseur. Criteo est sous les fourches caudines de ces plateformes. Et, l’opinion mining repose sur 80% d’arnaques. La différence avec la télévision, c’est que cela reposait sur des systèmes nationaux de régulation.

Là on voit une prolifération des indicateurs comme le nombre de tweets pendant une émissions. C’est la télévision sociale qui passe du Mass média à l’agencement chronologique. On voit arriver une prolifération d’indicateurs à la périphérie.

Remarque de L. Allard : Je suis contente d’entendre parler de l’agencement chronologique car c’est exactement ce dont je vais parler.

Semaine prochaine, un billet sur la présentation de L. Merzeau.

[1] Le recensement est le classement géographique de l’état colonisateur pour trouver une place claire pour chaque individu dans un tableau selon B. Anderson. Puis cet individu est qualifié après 1870. Le recensement au même titre que le musée et la carte participent à la construction de ces États-nations.

Territoires numériques de marques transposition et/ou autorités

Ce texte reprend l’introduction de la journée d’étude co-organisée avec Camille Alloing (CaddE-Réputation) le 16 avril 2015 à l’Université de Poitiers et plus précisément, au laboratoire CEREGE de l’IAE de Poitiers.

Petit rappel de l’argument scientifique proposé.

Voici l’introduction de la journée d’étude que nous avons faite et disponible en ligne.

Territoires et communautés de marques: transposition et/ou autorités sur le web?

Dans ce programme de recherche, nous proposons d’interroger la question des « territoires numériques de marques », à savoir les stratégies informationnelles et communicationnelles développées par les institutions et les organisations pour animer, délimiter leur présence numérique, ainsi que les processus algorithmiques inhérents aux dispositifs sociotechniques qui régissent leurs actions.

Autrement dit, peut-on transposer la notion de territoire ou de marque au numérique et plus spécifiquement au web ? Comment définir des territoires dits « numériques » ? Quelle est la place des institutions, des organisations dans ces territoires ? Quels sont les acteurs de ces territoires « numériques » ? Quelles sont les formes d’autorités qui dessinent ces territoires ? Quelles sont les pratiques des individus pour construire leur territoire ? Comment et quelles données devenons-nous en tant que chercheur collecter ?

Une analyse des « territoires numériques » à partir de la circulation de signes transposables

Prenons ces données à collecter. J’ai constitué empiriquement un corpus de sites web en lien avec la thématique territoriale, la Bretagne. Une des hypothèses (dans ma thèse) était: Peut-on dupliquer les catégories d’analyse d’un territoire stable comme celles des échelles territoriales sur le web? Ou inversement, peut-on territorialiser le web ?

Méthodologiquement, la première difficulté a été de savoir comment définir qu’un site web est en lien avec la thématique Bretagne?

Taper la graphie BRETAGNE dans un moteur de recherche tel que Google donne de nombreux résultats. Devant la multitude de résultats, la méthode consisterait à « parcourir » le web soit villes par villes et à classer les listes de résultats selon ce découpage. Mais dans ce cas, le territoire sur le web a des frontières. Ce territoire sur le web est la projection de villes « physiques » sur le web à travers leur site web.

Regardons maintenant les frontières externes d’un territoire comme la Bretagne. En tapant Bretagne, dans Google Images sur les 24 premiers résultats, 12 sont des cartes. B. Anderson définit cette forme aux contours identifiables, le logo-carte. Dans les résultats du moteur de recherche, la forme aux contours identifiables est la péninsule bretonne. Or en fonction des cartes, les frontières varient allant jusqu’à Nantes ou s’arrêtant entre Morlaix et Vannes.

Que faire? Faut-il analyser ce qu’est un web territorial, un « territoire numérique » en reprenant les catégories des acteurs qui représentent les territoires (les acteurs politiques), analyser leurs stratégies de présence en ligne ? Ou faut-il analyser ce web territorial à partir de ce que les acteurs qui ne (re)connaissent pas ces catégories mettent en ligne? Et, là les images, les signes et l’analyse sémiotique commencent à faire sens. Lors de mes analyses des altérations entre un territoire physique et le web, j’ai identifié 5 médiations, que sont les moteurs de recherche et annuaires, les pratiques professionnelles, la carte, les liens hypertextes et les adresses URL.

Un glissement s’opère de la première approche, la projection à l’identique d’un territoire à la seconde, une analyse des pratiques des acteurs. En dehors des résultats des moteurs de recherche, en dehors des sites web institutionnels, une thématique territoriale fait-elle sens pour les acteurs ?

J’ai pris en compte ce qu’il restait d’un territoire sur le web. Quels sont les éléments d’un territoire numérique en lien avec un territoire physiques ? À travers l’analyse de 227 signes présents sur 591 sites web, c’est la circulation d’éléments du territoire au web ou sur le web qui a permis d’analyser ce corpus de sites web en lien avec un territoire. Le site web est défini comme une entité sémiotique et hypertextuelle et non comme une institution et son double projeté sur le web. Il devient alors important pour un territoire et une organisation, et pour leur stratégie de présence sur le web de comprendre la circulation de ces signes.

J’ai défini le concept de signe transposable en étudiant la vie de ces signes, leur histoire, leur transformation en changeant de support, leur mise en scène sur le web et leur signification à travers une échelle de l’attachement territorial.

Un signe transposable est un signe qui attache au territoire de référence et qui circule sur le web grâce à ses qualités sémiotiques. Avec un signe transposable on reconnait toujours le territoire physique, c’est-à-dire qu’il attache au territoire de référence mais qu’en même temps, en changeant de support, il adopte les principes de circulation de ce nouveau support qu’est le web.

Prenons un exemple. En mai 2013 l’extension .paris est validée par l’ICANN. La ville de Paris comme tous les porteurs de projet a dû remplir un dossier répondant aux normes du secteur bancaire et financier, de la propriété intellectuelle et du droit des marques.

Voici l’argumentaire disponible sur le site web de la ville de Paris.

Pourquoi obtenir une adresse en .paris ?

  • « Acquérir un .paris, c’est accoler à son adresse l’image de marque de Paris, symbole de qualité, d’élégance, de créativité et d’innovation pour le monde entier. Bref, renforcer son attractivité.
    – C’est défricher un nouveau territoire numérique et être le premier à bénéficier de ses retombées.
    – C’est réinventer la façon d’être Parisien. »
  • « Ulule : Le .paris nous est apparu dès le début comme une évidence : Ulule est «made in paris» (nos bureaux sont situés dans le 2ème arrondissement), et de nombreux Parisiens nous ont fait confiance : plus de 900 projets ont été lancés avec succès sur Paris ! Le lancement du site ulule.paris est une façon de rendre hommage à nos racines, mais aussi d’illustrer l’importance des logiques de proximité et de voisinage dans le crowdfunding. »

Dans cette approche, les territoires numériques de marques reposent sur l’analyse de la circulation de signes autour d’une « fiction circulante », définie à partir du concept de fiction instituante de L. Sfez. Dans cet exemple, la ville de Paris ne se limite pas à son échelle territoriale, mais va au-delà de ses « frontières », de son échelle territoriale à partir des adresses URL en .paris choisies par les éditeurs.

Une analyse d’un « territoire numérique » à partir de la notion de réputation

Cette partie de la vidéo est présentée par Camille Alloing, MCF en SIC, auteur du blog CaddE-Réputation et d’une thèse portant globalement sur le sujet de la (e)réputation.

La question de la réputation, numérique ou non, ne s’arrête pas celle de son instrumentalisation par des entités. La réputation numérique, vue comme un ensemble de marqueurs documentaires et de signes structurant l’environnement informationnel des usagers, permet à une entité, comme La Poste où la recherche a été effectuée, d’appréhender les représentations que les publics ont de ses discours ou actions. Cette notion questionne à la fois les mécanismes (endogènes ou automatisés) qui permettent sa production, autant que la manière dont elle s’insère dans des économies de l’attention et de la recommandation. De fait, cette notion est protéiforme et permet d’interroger les différents concepts qu’elle articule, voire agence comme la popularité, la crédibilité, la confiance, etc. Plus spécifiquement, il s’agit ici d’interroger la manière dont ces marqueurs de réputation favorisent le développement d’une forme d’autorité réputationnelle » plus qu’informationnelle.

En effet, l’autorité informationnelle fait référence à la notion de « notices d’autorité » présente dans le monde des bibliothèques. Elle se concentre sur la figure de l’auteur pour légitimer ou observer le processus d’in-formation qu’il développe (Broudoux, 2007). Elle vise à définir si le renseignement produit est valide en fonction des divers critères d’autorité habituellement usités et transposés au web de « l’ordre imprimé ». Elle peut alors s’appliquer à un blog ou à un wiki mais ne recouvre pas toutes les activités numériques, notamment les plus « ordinaires » telle que la recommandation de contenus. L’autorité réputationnelle englobe, quant à elle, l’autorité informationnelle et s’appuie plus largement sur la présence numérique d’un internaute dont les divers marqueurs ou indicateurs réputationnels qui lui sont attachés. Cette autorité ne vise pas seulement à observer ou valider un processus de « création » ou de traitement de l’information mais à valider son processus de recommandation.

Par le prisme de la réputation et de la possible autorité qu’elle permet de générer, il s’agit de ne pas parler tout de suite de territoire de marque, mais de questionner la consommation ordinaire que les publics de l’organisation font de l’information numérique. Et ainsi y déceler l’apport (ou la place) de la présence numérique de l’organisation autant que de potentielles « communautés ».

Un territoire numérique de marques, vers une définition provisoire

En associant nos travaux, nous souhaitons travailler la définition d’un territoire numérique de marques : Circulation d’un ensemble de signes transposables du territoire « physique » à celui sur le web, mémorisé et traité par des algorithmes, valorisé par l’autorité réputationnelle des usagers des plateformes de réseaux socio-numériques et qui marquent ainsi leur attachement à un territoire ou une organisation.

Deux questions centrales émergent du croisement de nos travaux:

  • Le territoire, ou l’organisation se définit-il à partir du suivi de la circulation de signes transposables sur le web ?;
  • Le territoire est-il délimité et structuré par les formes d’autorités qui se déploient sur le web (algorithmes, régulations, « communautés ») ?

Nous nous interrogeons sur le statut de ces marques. Comment peut-on les identifier et comment peut-on définir une organisation, une institution sur le web à partir de ce que nous collectons? Comment définir cette marque ?

  • Est-ce un signe transposable du territoire « physique » au web ?;
  • Et/ou, est-ce un marqueur issu du traitement des « traces numériques » qui participe à une mise en scène de la présence numérique, et qui la structure ?

Néanmoins dans cette proposition nous prenons en compte que nous opérons un glissement selon Y. Jeannerêt (2011) un glissement entre marque et trace, je le cite « opération qui laisse en suspens la question de savoir par quelles médiations réelles le pouvoir social viendrait imprimer sa marque dans le texte, comme le fait le poids du corps dans l’empreinte du pas. »

Le programme de la journée d’étude

Afin de questionner les différentes catégories possibles d’un « territoire numérique de marques » nous souhaitons développer lors de cette journée les interrogations suivantes :

  1. En quoi les propagations et les conversations favorisent-elles la circulation d’attributs et de nouvelles formes d’autorité ? présenté par D. Boullier, Sciences Po, medialab
  2. Quel est le lien entre la déliaison des traces et le territoire comme fiction ? présenté par L. Merzeau, Université Paris Ouest – DICEN
  3. Le territoire numérique s’exprime-t-il en mobilité et par hybridation ? présenté par L. Allard, Université Paris 3 – IRCAV
  4. Comment la stratégie d’une organisation projette-t-elle un territoire structuré autour des identités des acteurs qui la compose ? présenté par N. Pinède, Université Michel de Montaigne – IUT – MICA – IMS
  5. Quelles sont formes de consommation dans un territoire numérique ? présenté par A. Leroux, Marinette Thébault, Thomas Stenger , IAE – Université de Poitiers – CEREGE

La présentation des différentes interventions et des échanges avec les participants arrive prochainement.

Extrait première vidéo

Les autres vidéos de la journée sont en ligne sur le site web de l’Université de Poitiers (petit conseil: les télécharger)

La transposition: du territoire au web

Quelques lignes de l’introduction de ma thèse

Parfois le musicien souhaite changer d’instrument. Depuis dix ans, ses yeux déchiffrent, lisent, se détachent des mêmes partitions. Ses doigts se positionnent aux mêmes emplacements sur l’instrument. Le musicien produit des ondes qui frottent l’air pour essayer de produire le même son ou l’améliorer. Toutefois, aujourd’hui, le musicien a choisi de passer de la cornemuse à la flûte traversière. L’instrument, la position des doigts, le souffle, les lignes des notes sur la partition ne sont plus les mêmes. Désorienté, le musicien doit réapprendre à écouter, à sentir, à maîtriser et à faire vivre de nouvelles sonorités. Le musicien peut de nouveau se détacher de sa partition, glisser ses doigts sur son instrument et chercher de nouvelles sonorités.

Puis, un jour, le musicien fredonne une ancienne mélodie qu’il jouait à la cornemuse. Prenant son courage à deux mains, entre papier et essai avec son nouvel instrument afin de jouer sur la hauteur des notes, le musicien doit changer de tonalité, transposer l’ancienne mélodie de si bémol majeur en sol mineur. Il calcule les intervalles dans l’intention de mieux se rapprocher de la mélodie initiale. Toutefois, le musicien ne peut pas éviter l’altération de certaines notes. Toute transposition oblige une altération de certaines notes. Le musicien le sait mais par moments, il ne peut pas s’y résoudre.

Dans le cadre de mes travaux de doctorat, il conviendrait d’imaginer que la musicienne-doctorante se retrouve face à une nouvelle partition, une transposition de territoire « physique » en territoire « web ». Le territoire « physique » est le territoire au sens où il est pratiqué tous les jours dans l’espace « concret », « matériel » ou « réel ». Le territoire « web » est le territoire situé derrière un http://www. La musicienne-doctorante doit comprendre comment et pourquoi le territoire « physique » fonctionne aujourd’hui avec certaines notes, certaines partitions. Puis, la musicienne-doctorante doit chercher comment des milliers d’autres musiciens jouent sur la hauteur des notes ou autres éléments afin de transposer un territoire « physique » en territoire « web ».

La transposition oblige une altération de certaines notes. Quelles seraient les altérations entre un territoire « physique » et un territoire « web » ? Quelle méthode, quelles règles le musicien qui maîtrisait le territoire « physique » pourrait-il tester pour s’approprier un territoire « web », un « web territorial » ? Quelle note, quel son ne pourra-t-il pas retrouver sur son nouvel instrument ? D’ailleurs, le territoire « physique » est-il tout simplement transposable en territoire « web » ?

Je souhaite continuer ces travaux sur la transposition du territoire au web en prenant en compte ce qui circule sur le web, ce qui se propage, les imitations, les signes transposables, les marques, les traces et ceux qui les font circuler, des usagers aux plateformes web, en partageant mes réflexions. Je remercie mon collègue Camille Alloing de m’avoir soufflé cette idée d’écrire en ligne.