Mobilité et remixabilité. Une révolution de l’écriture par L. Allard

Ce billet est un résumé de l’intervention de Laurence Allard à la Journée d’étude « Territoires numériques de marques: transposition et/ou autorités? » organisée le 16 avril 2015, à l’Université de Poitiers – IAE.

Laurence Allard explore dans cette communication une deuxième dimension du territoire qu’est le temps à travers les usages dans différents lieux du téléphone mobile. Elle se propose de documenter l’agencement chronologique décrit par D. Boullier et présenté dans un billet précédent.

A travers une méthodologie ethnographique, elle décrit les usages qu’elle collecte dans le cadre d’entretiens semi-directifs. Dans ces usages du mobile, L. Allard s’intéresse plus précisément au mobtexte, à cette textualité qui permet d’écrire en mobilité et qui révolutionne l’écriture ordinaire :

  • qui peut écrire ?;
  • quand écrire ? qui est un enjeu de l’idiorythmie, i.e. de temps plus que d’espace ;
  • comment écrire ? autour du langage métisse, de la « créolisation » de tout un ensemble de matériel d’expression.

 1. Qui peut écrire ?

Il existe une capacité à écrire au quotidien sur des sujets mineurs ou minorés, par des adolescents. L’intérêt et la curiosité des adultes pour ce « écrire comme on respire » s’expliquent par le fait que ce sont des paroles d’adolescents échappées des mobiles qui étaient peu accessibles auparavant.

En France, environ 235 SMS sont envoyés en moyenne par mois, et l’ARCEP dénombre près de 48 milliards de SMS au 3ème trimestre 2014 [1]. Le téléphone mobile offre un accès à l’écriture mais également à des innovations « indigènes ». Dans les pays émergents, la monnaie mobile est accessible aux personnes sans accès physique à une banque. D’autres modèles économiques se développent, au Bangladesh par exemple, les femmes pauvres louent des minutes.

En France, 68% des adolescents disposent d’un smartphone et 14% des 13-19 ans sont sur Instagram, selon l’étude Junior Connect 2015, d’IPSOS [2]. En février 2015, L. Allard collecte un corpus endogène lié au tag /everything on my phone/ via environ 1,2 million de vidéos postées sur Youtube. Sur ces vidéos, des adolescentes présentent leur téléphone mobile. Il s’agit ici d’une occasion déguisée pour populariser le nom du téléphone et qui montre l’alliance entre les marques et les plateformes.

Le hashtag #sursnapchatyatoujours permet à la chercheuse des descriptions endogènes de pratiques qui lient l’image, le commentaire et le dessin. Dans les messages, la voix se lie à l’image, à l’écrit, au dessin et aux mot-images (emoji).

 2. Ne pas écrire partout mais tout le temps : quand écrire ? Ecrire quand on agit.

Autour de nombreuses pratiques qui évoquent la « stylistique de l’existence » (M. Foucault, Le courage de la vérité), L. Allard analyse la temporalité de l’écriture, le chronologique. Elle fait l’hypothèse non pas d’une connexion à distance mais d’une communication en co-présence, d’une pratique photographique et textuelle automédiale et agentive. Le mobile permet de communiquer avec soi-même. Il est un média avec sa voix intérieure. La pratique agentive réside dans la possibilité offerte d’une action sur nous-mêmes. Par exemple, les photographies permettent d’extérioriser l’ennui, l’attente. L. Allard ne qualifie pas ces pratiques de narcissisme mais d’extériorisation des affects : « je vois, j’envoie ». Il s’agit de produire de la factualité. Les pratiques automédiales du mobile sont un moyen d’agir sur nos affects selon l’auteur. Si le selfie n’est pas un autoportrait narcissique, il est alors un portrait dans le monde où l’élément significatif est à l’arrière-plan.

 Et quels sont les usages de Snapchat ?

Ces usages se lient au temps. Le suspens est aménagé par l’usager. L. Allard donne l’exemple de cette jeune personne qui agence son départ en photographiant le tableau des départs à la gare du Nord sans préciser sa destination. Le temps de réception de 5 secondes est alors un « coup de théâtre ». Selon L. Allard, les usagers aménagent le rythme par des jeux sur le temps, une « façon de créer une idiorythmie à travers la photo-mobile ».

La vie, le banal, l’ordinaire deviennent une « œuvre d’art ». Il existe une synchronisation entre l’action et sa représentation ; une capacité à se dé-doubler entre le physique et la représentation en ligne. L’identité techno-narrativisée dispose d’un temps où chaque moment est capturé. Le Snap est celui de l’immédiateté (faire signe de soi) et le Screenshot est celui de l’archivage (« faire un dossier »). Le temps est métaphoré et se différencie par là-même de la photographie. Le mobile est déconnecté de l’imaginaire morbide de la conservation du temps comme le souligne S. Tisseron. Ici, l’agir est double : vivre et faire en même temps.

 3. Comment écrire ?

Le langage est métissé, un trait rouge de la déraison graphique qui lie icône et écriture. L’utilisation des emojis (image + lettre) est l’axe de cette dernière partie. En 2014, le « mot » de l’année a été le ♡. Le signe métisse est une iconisation du langage. Il est reconnu par le consortium unicode [3] qui rend interopérable les claviers.

 Questions :

Thomas Bonnecarère oriente sa question sur le Game design et la vision holographique.

Louise Merzeau évoque les travaux de recherche d’E. Schneider sur les pratiques d’écriture des collégiens où elle montre le continuum entre en ligne et papier.

 Boullier : ces pratiques montrent l’immédiateté et dont on garde des traces. On essaie de jouer avec le temps. Mais les méta-données donnent tout un ensemble d’éléments sur les contenus et le contexte.

Réponse de L. Allard : Le paradigme de la trace n’est pas évoqué par les usagers. Il existe une crainte de la surveillance mais pas pour décrire ses pratiques. Il manque certainement des compétences dans la maîtrise de la sécurité.

[1] Observatoire de l’ARCEP, http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/observatoire/3-2014/obs-marches-t3-2014.pdf, publié le 8 janvier 2015.

[2] IPSOS, Junior Connect’ 2015 : la conquête de l’engagement, http://www.ipsos.fr/communiquer/2015-04-07-junior-connect-2015-conquete-l-engagement, publié le 7 avril 2015.

[3] http://www.unicode.org/charts/PDF/U1F300.pdf


3 réflexions au sujet de « Mobilité et remixabilité. Une révolution de l’écriture par L. Allard »

  1. Merci à vous Colin de ce commentaire encourageant ! En effet Temps et Récit est toujours éclairant en cette époque d’usage de ces « nouveaux » supports de textualisation de soi métissée hors d’une vision non substitutive des mots par les images !

    • Effectivement, et tout particulièrement l’articulation qu’il fait entre tradition et innovation, qui est à mon sens très pertinente pour analyser les nouveaux usages. Une question à creuser 🙂

      La notion d’identité narrative est elle aussi éclairante pour réfléchir à la construction des identités des scripteurs sur le numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *